ALLIANCE SPORT-ÉTUDES : VANESSA RACINE PREND PART À UN TOURNOI DE HOCKEY SUR LUGE EN ONTARIO

Partager cette page à un(e) ami(e)

Votre courriel : * 
Courriel du destinataire : * 
Nom du destinataire : * 
Commentaire (facultatif)

VanessaRacineLors de la fin de semaine du 23 au 25 janvier, Vanessa Racine et son équipe de hockey sur luge, Les Démons roulants de Laval, participaient au London Blizzards Sledge Hockey Tournament en Ontario. L’étudiante, inscrite en Techniques d’éducation spécialisée et membre de l’Alliance Sport-Études, s’est encore une fois distinguée lors de ce tournoi, lequel opposait 16 équipes de sa catégorie, toutes de très fort calibre.

L’équipe avait obtenu un laissez-passer pour cette compétition et y faisait fièrement office d’ambassadrice du Québec.

Après avoir remporté les trois premières parties (5-0, 3-1 et 8-0) et s’être classée première au classement général de la ronde de qualifications, l’équipe s’est inclinée face à l’équipe locale lors des quarts de finale, avec la marque de 2-3. Le club de Laval a en effet vu la victoire glissée entre ses mains lors de la deuxième prolongation de cette partie, en accordant un but dans un jeu trois contre trois.

Ce n’est que partie remise pour l’an prochain!

Félicitations à Vanessa qui réussit à conjuguer sports et études au quotidien!


Jeux des infirmières et infirmiers du Québec : le CSTJ surclasse les établissements collégiaux

150125_soins_jeux_1_journauLes 23, 24 et 25 janvier derniers, une délégation du programme de Soins infirmiers prenait part aux Jeux des infirmières et infirmiers du Québec (JIIQ), une compétition sportive et professionnelle tenue à l’Université McGill pour sa 6e édition. Au terme de trois jours d’épreuves physiques et de défis cliniques, l’équipe du CSTJ s’est illustrée en remportant la troisième position, surclassant ainsi 8 équipes universitaires et 13 équipes collégiales.

Seule équipe de niveau collégial à accéder au podium, le groupe des 15 finissantes du Cégep de Saint-Jérôme se mesurait à 465 membres de la communauté étudiante en soins infirmiers du Québec.

Ces dernières ont notamment brillé lors des épreuves ECOS, des mises en situation clinique qui consistaient à élaborer un plan de soins sur la base de l’état de santé d’un patient fictif. Sous pression, celles-ci ont démontré leur capacité à travailler en équipe, en usant à la fois de jugement et de rigueur. Témoins de leur savoir-faire, les membres du jury ont louangé leur habileté à réagir efficacement dans une situation d’urgence, un exploit d’autant plus impressionnant compte tenu du fait que l’équipe du CSTJ comptait moins de joueurs que la plupart des autres délégations.

150125_soins_jeux_2_journauFinalement, en plus de s’adonner à une compétition amicale, les ambassadrices du Collège ont pris part à plusieurs activités sociales leur permettant de prendre contact avec leurs homologues, afin de partager leur passion du métier et de cultiver un climat solidaire.

D’ailleurs, si leur performance soutenue lors des trois jours de compétition leur a valu le bronze, les participantes auront surtout retenu l’attention grâce à leur synergie ainsi qu’à la camaraderie dont elles ont fait preuve vis-à-vis leurs pairs.

Soins infirmiers à Saint-Jérôme : une longue tradition d’excellence se perpétue!
Le Cégep de Saint-Jérôme est l’un des pionniers de la formation infirmière au Québec. L’établissement détient d’ailleurs l’autorisation d’accueillir 600 étudiants dans ce programme, le plus important devis ministériel du réseau.

Les étudiantes et les étudiants qui y sont inscrits sont soutenus par un corps professoral d’expérience et évoluent au sein de laboratoires modernes. Depuis l’automne, ils ont d’ailleurs la chance de pouvoir s’exercer sur des mannequins haute-fidélité, des simulateurs de grandeur nature pouvant être programmés pour réagir comme le corps humain aux soins prodigués.

Bref, signe que la région peut compter sur le Cégep de Saint-Jérôme pour lui fournir le bassin de personnel infirmier qualifié et compétent dont elle a besoin, la cohorte qui s’apprête à diplômer en est une primée ayant manifestement fait ses classes dans un environnement propice à la réussite. Et comme ils sont reconnus comme des candidats fins prêts à relever les défis inhérents à la profession, les diplômés de l’établissement connaissent un taux de placement en emploi de 100 %.


Soccer intérieur : Les filles remportent leurs deux premières parties

2015-01-27_SOCFL’équipe de soccer féminine du Cégep de Saint-Jérôme a entamé l’année 2015 en force en remportant ses deux premières parties de la saison intérieure, le 25 janvier dernier.

Les Cheminots ont gagné au compte de 3 à 1 contre Jean-de-Brébeuf et contre Bois-de-Boulogne.

Cliquez ici pour lire l’article complet.


Une étude de KPMG-SECOR fait la lumière sur les retombées que génère le Collège

LE CÉGEP DE SAINT-JÉRÔME : UNE RICHESSE POUR LA RÉGION

Étude-kpmg-contribution-économiqueDe par leur mission d’enseignement et les services qu’ils offrent aux organismes et aux entreprises, le Cégep de Saint-Jérôme (CSTJ) et ses campus de Mont-Tremblant et de Mont-Laurier constituent des acteurs clés du développement économique et social de la région. C’est en effet ce que révèle l’étude « La contribution économique des cégeps et des centres collégiaux de transfert de technologie », publiée en novembre par KPMG-SECOR. Selon les chiffres de 2012-2013, cette étude rapporte que le Collège génère des retombées économiques de plus de 50 millions de dollars pour la société québécoise, en plus de procurer 694 emplois.

C’est donc dire que les bénéfices économiques découlant des activités du CSTJ dépassent largement le champ des seuls diplômés. En effet, les entreprises, les contribuables et la société dans son ensemble en retirent également des gains majeurs.

« Tout compte fait, cette étude nous permet de réaffirmer, chiffres et données à l’appui, que le Cégep de Saint-Jérôme et ses campus enrichissent la qualité de vie des citoyens des Laurentides. Et c’est en mettant en œuvre notre mission éducative avec vigueur et fierté que nous avons fait notre marque à titre de partenaire respecté et incontournable pour la prospérité des Laurentides. », d’ajouter Mme Francine Paquette.


 

Les bénéfices pour les diplômés
Bien sûr, les jeunes diplômés sont les premiers bénéficiaires de la formation qui est dispensée au Cégep de Saint-Jérôme, puisque la diplomation collégiale permet d’accroître l’employabilité et les revenus. Assurément, ces derniers peuvent s’attendre à des perspectives d’emplois nettement plus intéressantes que ceux n’ayant pas poursuivi des études supérieures. Pour preuve, au Québec, le taux de chômage des détenteurs d’un diplôme d’études secondaires est de 33 % plus élevé que celui des diplômés du cégep. D’ailleurs, toutes spécialisations confondues, le DEC technique est le diplôme ayant le meilleur taux de placement en emploi, atteignant en 2011 un sommet de 94,3 % au niveau du réseau, et de 97,8 % pour le CSTJ.

En plus de mieux s’intégrer au marché du travail, les titulaires d’un DEC jouissent d’un niveau de revenu plus élevé. Ces derniers se féliciteront toute leur vie d’avoir fait le choix d’acquérir un DEC puisque l’étude de KPMG-SECOR démontre qu’ils disposeront d’un revenu de 32 % plus élevé que celui d’un diplômé du secondaire, ce qui représentera en moyenne 560 000 $ supplémentaires au cours d’une vie.

Haut


 

Les bénéfices pour les employeurs
Pour les employeurs de la région, l’apport du CSTJ se manifeste à travers le bassin de candidats qualifiés qu’il rend disponible annuellement. Il faut dire que le Cégep de Saint-Jérôme sanctionne les compétences d’environ 920 étudiants chaque année. Sur ce nombre, ce sont bon an mal an 450 diplômés techniques – issus des campus de Saint-Jérôme, Mont-Tremblant et Mont-Laurier – qui sont appelés à dynamiser le marché de l’emploi régional grâce à leur formation spécialisée.

Dans une économie où la concurrence est vive, une main-d’œuvre qualifiée est un gage de compétitivité. Pas surprenant donc que les plus récentes perspectives d’Emploi-Québec indiquent qu’à l’échelle provinciale « plus de 85 % de la croissance prévue de l’emploi de niveau technique (d’ici 2021) devrait toucher les métiers demandant une formation collégiale, ce qui équivaut à 88 000 nouveaux emplois. »

Des efforts continus d’arrimage entre les programmes offerts et la réalité du marché du travail sont déployés, grâce à une approche collaborative entre le Cégep et les employeurs. « Avec la mission d’éducation dont a hérité le CSTJ viennent aussi la responsabilité et le privilège de tisser des liens avec la collectivité. À cet égard, notre maison d’enseignement supérieur fait preuve d’une grande écoute afin de répondre aux besoins du milieu, en développant et en adaptant nos programmes d’études en étroite collaboration avec les employeurs. » soulignait la directrice générale du Cégep, Mme Francine Paquette. Ainsi, au-delà des programmes techniques réguliers, le CSTJ offre également des AEC et des programmes de formation en entreprise, via la Formation continue, pour répondre à des besoins plus spécifiques.

Haut


 

Les bénéfices pour la région des Laurentides
Au chapitre des retombées positives sur la région, le calcul de l’impact des dépenses du Collège révèle que la contribution économique des trois campus se chiffre à 48,5 millions de dollars annuellement. Une valeur ajoutée qui a une incidence significative sur le développement et la croissance des Laurentides.

De surcroît, grâce à un modèle construit sur mesure pour les besoins régionaux, le Cégep de Saint-Jérôme est une force vive du milieu. À cet effet, la présence de ses trois campus sur le territoire constitue un facteur important dans la décision de poursuivre des études collégiales, puisque les étudiants ont la chance de compléter leur formation en restant connectés à leur cellule familiale et, par conséquent, en assumant des coûts plus modestes pour leurs études. Véritable incitatif à la persévérance scolaire, cette proximité contribue également à la rétention des jeunes dans leur coin de pays, qui s’y enracinent et peuvent choisir d’y demeurer à plus long terme.

En outre, bien implantés dans leur milieu, les cégeps participent à l’organisation d’une foule d’activités et d’événements qui animent la vie sociale. Cette vitalité communautaire est bénéfique pour la qualité de vie des régions et par le fait même à leur capacité à attirer et garder des individus. Et parce que vitalité communautaire et développement économique sont intimement liés, l’effervescence qui entoure un cégep contribue à assurer une base d’employés et de consommateurs pour les entreprises régionales.

Haut


 

Les bénéfices pour les contribuables
En s’acquittant de leur mission d’éducation, les cégeps permettent à la société de retirer de nombreux bénéfices. D’une part, il ne fait aucun doute que la scolarisation permet d’éviter un certain nombre de coûts sociaux, à moyen et long termes. Malgré qu’il soit difficile d’identifier et de quantifier l’ensemble des coûts évités, plusieurs études démontrent qu’il existe une relation inverse entre le niveau de scolarité atteint et le recours aux programmes sociaux, dont les programmes d’aide sociale et d’assurance-emploi. De même, les diplômés de la formation collégiale sont plus enclins à adopter des comportements sains, contribuant ainsi à réduire la prévalence de certaines maladies et des coûts qui en découlent pour un système de santé.

Par ailleurs, toujours selon l’étude de KPMG-SECOR, le détenteur d’un DEC paiera en moyenne 200 000 $ de plus en taxes et impôts qu’un détenteur d’un DES pendant sa vie active, alors qu’il en coûte environ 47 000 $ au gouvernement pour former cette personne.

« Tout compte fait, cette étude nous permet de réaffirmer, chiffres et données à l’appui, que le Cégep de Saint-Jérôme et ses campus enrichissent la qualité de vie des citoyens des Laurentides. Et c’est en mettant en œuvre notre mission éducative avec vigueur et fierté que nous avons fait notre marque à titre de partenaire respecté et incontournable pour la prospérité des Laurentides. », d’ajouter Mme Francine Paquette.

Haut



BELL HELICOPTER FAIT DON DE LA QUEUE D’UN APPAREIL AU DÉPARTEMENT DES MATÉRIAUX COMPOSITES

TransformationMateriauxComposites-3992_web_2Soucieuse d’appuyer la formation de la relève, l’usine de Mirabel de Bell Helicopter faisait récemment don de la queue d’un appareil au Département des matériaux composites du Collège. 

L’aéronautique étant l’un des nombreux secteurs à utiliser de façon croissante les matériaux composites, l’analyse de cette pièce maitresse constituera un exercice pédagogique concret et très enrichissant pour les étudiants.

Elle sera notamment utilisée dans le cadre des cours « Moulage aéronautique » et « Réparation aéronautique », lors desquels ses procédés de conception et de fabrication seront passés à l’examen.

De même, l’étude des matériaux de pointe constituant cette pièce servira à mettre en lumière les propriétés de légèreté et de résistance des composites, lesquelles sont essentielles à la compétitivité des constructeurs d’aéronefs, tant sur le plan de la sécurité, qu’au niveau de l’économie de carburant. 

Bref, avec ce don, Bell Helicopter signe un témoignage de confiance, révélateur de l’esprit de collaboration qui règne entre le Collège et l’industrie. À cet effet, les partenariats entretenus avec les entreprises du secteur représentent un important gage de qualité quant à la formation dispensée par le CSTJ, une formation toujours au diapason des progrès enregistrés dans le domaine. 

Merci pour cette contribution éducative!


Inauguration officielle de la piscine entièrement rénovée

Le Cégep de Saint-Jérôme (CSTJ) et les Centres d’activités physiques Rivière-du-Nord (CREPS) se sont unis aujourd’hui pour procéder à l’inauguration officielle de la piscine entièrement rénovée du Cégep de Saint-Jérôme. Plusieurs partenaires et figures de la scène politique ont assisté à la cérémonie protocolaire qui s’est clôturée par le plongeon inaugural de six étudiants-athlètes de l’équipe collégiale Les Cheminots.

Totalisant plus de 2,3 millions de dollars, l’investissement lié à la réfection de cette piscine semi-olympique (25 m) est le fruit d’une collaboration étroite entre trois instances. Le ministère de l’Éducation, du Loisir et du Sport a octroyé une somme de 617 K$ au Collège, dans le cadre du programme de soutien aux installations sportives et récréatives phase II. À cet investissement s’est ajouté celui du Collège (650 K$) et celui encore plus important de la communauté utilisatrice, représentée par le CREPS de l’ordre de 1,1 M$.

Après près de 40 ans d’utilisation, les anciennes installations avaient atteint leur durée de vie utile. Il était impératif de se conformer aux nouvelles normes en vigueur afin de maintenir accessible cette infrastructure sportive des plus fréquentée par la population. Il faut savoir que 87 % des usagers de la piscine sont des usagers externes. Près de 8000 personnes profitent annuellement de la piscine du Collège à travers une riche programmation de cours divers et de périodes d’entraînements proposée par le CREPS.  À ce nombre s’ajoutent les étudiants ainsi que les athlètes du Collège qui participent aux cours en piscine ainsi qu’aux entraînements.

L’ensemble des usagers pourra désormais fréquenter une installation sportive de qualité et conforme aux exigences du Règlement sur la qualité de l’eau des piscines et autres bassins artificiels en vigueur depuis le 1er janvier 2007. Les travaux ont permis la réfection du bassin, de la plage, des tremplins, des systèmes de filtration (tuyauterie et écumoires), de traitement de l’eau et de l’éclairage.

La réfection s’est faite dans une perspective de développement durable. Ainsi, le bassin a été remplacé par un bassin modulaire Myrtha, une technologie brevetée permettant d’assurer une imperméabilité à toute épreuve. L’éclairage a été remplacé par des équipements moins énergivores ayant une longévité accrue et qui résistent à la chaleur et à l’humidité. Enfin, le nouveau système de filtration et de traitement d’eau assurera une qualité supérieure pour l’ensemble des usagers.   

Dans la même foulée, les vestiaires adjacents ont également été rénovés. Les douches, les toilettes et les vestiaires ont complètement été refaits avec des matériaux de haute performance. Le changement du revêtement du plancher ainsi que l’installation de deux toilettes et d’une douche pour personnes à mobilité réduite offrent dorénavant un environnement agréable et sécuritaire pour tous.

« Je suis persuadé que les étudiants et le personnel du cégep, tout comme la population locale, attendaient avec impatience la réouverture de la piscine. Ce sont des installations nettement plus sécuritaires et attrayantes qu’ils auront le plaisir de découvrir et de fréquenter. Je suis persuadé qu’elles deviendront un pôle sportif important dans la région », a déclaré le ministre de l’Éducation, du Loisir et du Sport, M. Yves Bolduc.

Pour leur part Mme Louise Gallant, ainsi que MM. Jean Dumais et Stéphane Maher, respectivement maires de Ste-Sophie, de Saint-Colomban et de Saint-Jérôme, ont accueilli la nouvelle avec beaucoup d’enthousiasme. Ils ont déclaré d’une même voix : «Nous félicitons le Cégep et le CREPS d’avoir collaboré avec énergie à la réussite de ce beau projet. Nous croyons que le travail d’équipe est notre meilleur gage de succès, si nous voulons doter notre région d’infrastructures sportives et culturelles de qualité. C’est l’ensemble des citoyens qui vont en profiter ». En raison de leur partenariat avec le CREPS, les résidents des trois villes susmentionnées bénéficient de tarifs préférentiels pour pratiquer leur sport favori dans les différentes installations.

Le CREPS, représenté par sa présidente, Mme Louise Gallant, a tenu à remercier les dirigeants du Collège pour leur ouverture et leur soutien : « Sans la piscine du Cégep, nous ne pourrions pas répondre à la demande et offrir autant de services de jour ainsi que de soir. Nous sommes fiers de faire bénéficier la population de leurs installations sportives. C’est grâce à ce genre de partenariat et en combinant les forces du milieu, des municipalités, de la commission scolaire Rivière-du-Nord et du Cégep que nous pouvons en arriver à de si belles réalisations ».

M. Pierre- Luc Tremblay, président du conseil d’administration du Collège, a lui aussi souhaité souligner la qualité de la synergie entre les partenaires ainsi que les retombées positives que cette nouvelle installation aura sur la population étudiante des Laurentides : « L’apport du Ministère et la précieuse collaboration que le Cégep entretient avec le CREPS, la MRC et les municipalités ont été déterminants dans la concrétisation de ce projet. Nous nous réjouissons de constater toute la fébrilité et l’effervescence entourant cette nouvelle installation sportive pour notre communauté. Je suis convaincu que cet endroit deviendra la plaque tournante de plusieurs rencontres sportives historiques », a-t-il déclaré.

L’effet rassembleur de cette nouvelle installation sportive pour la collectivité est indéniable. La population est invitée à venir la découvrir. Pour consulter la programmation du CREPS, rendez-vous au : www.centresactivitesphysiques.ca.


Gabriel Chancy élu personnalité masculine de l’année de L’Écho du Nord

Gabriel-Chancy-écho-du-nord

© Photo André Bernier

Pour les succès qu’il a obtenus et les nombreux honneurs qu’il a remportés en 2014, Gabriel Chancy, joueur de volleyball chez les Cheminots du Cégep de Saint-Jérôme, est la Personnalité masculine de l’année de L’Écho du Nord.

Il n’aura fallu au comité de sélection que quelques minutes de discussion pour en arriver à la conclusion que Gabriel Chancy méritait amplement cet honneur. Au cours de l’année 2014, il a d’abord mené les Cheminots à leur premier championnat provincial en division 1, soit la ligue la plus compétitive de volleyball collégial au Québec, permettant ainsi à la formation de participer au championnat canadien en Saskatchewan où il a été nommé sur l’équipe d’étoiles parmi tous les volleyeurs canadiens.

Pour la saison qu’il a connue, Gabriel a par ailleurs reçu du RSEQ, le Réseau du sport étudiant du Québec, le titre de recrue de l’année en volleyball collégial. Il a aussi été décoré du même titre lors du gala annuel des Cheminots.

Gabriel-Chancy-personnalité-année2014_spread

À la une de l’édition du 7 janvier 2015 de l’Écho du Nord. Article complet en page 4.

L’été dernier, faisant un retour au volleyball de plage, il a décroché le titre de champion provincial avec son coéquipier Philippe Labelle, également des Cheminots, en plus de permettre à l’équipe de volleyball junior canadienne de terminer au 2e rang lors d’une compétition présentée au El Salvador.

Et comme si cela n’était pas suffisant, Volleyball Québec le sacrait, en octobre dernier, Athlète de l’année, puis, le mois suivant, il signait un contrat de quatre ans avec les Carabins de l’Université de Montréal où il poursuivra donc sa carrière d’athlète en septembre prochain, en plus d’y faire ses études.

Cliquez ici pour lire l’article complet.