Christian Audet nommé entraîneur-chef des Cheminots

Partager cette page à un(e) ami(e)

Votre courriel : * 
Courriel du destinataire : * 
Nom du destinataire : * 
Commentaire (facultatif)

CoachaudetLe Cégep de Saint-Jérôme (CSTJ) est très fier d’annoncer la nomination de Christian Audet au poste d’entraîneur-chef de son équipe de football. Détenteur d’un diplôme en administration sportive, il compte plus de 25 ans d’expérience à titre d’entraîneur. Il a notamment œuvré au sein des équipes de l’Université d’Ottawa, de l’Université Bishops et du Cégep Beauce-Appalaches, en division 2.

Les Cheminots cherchaient un leader rassembleur, afin d’aider les jeunes de la région à se développer, tant sur le plan sportif qu’humain. L’expérience de M. Audet amènera une crédibilité incroyable à l’équipe, croit Richard Campeau, coordonnateur des sports au CSTJ

« Les jeunes qui choisiront notre équipe de football le feront pour les bonnes raisons, notamment la réussite scolaire. Ils sortiront de chez nous avec un souvenir incroyable de leur séjour et des liens qu’ils auront développés avec coach Audet. C’est un éducateur dans l’âme », souligne M. Campeau.

D’ailleurs, M. Audet a développé, au cours des dernières années, un programme de mentorat pour les athlètes et les entraîneurs, afin de les guider et les motiver à atteindre leur plein potentiel.

« Je suis une personne axée sur le travail d’équipe : j’établis et j’entretiens de solides relations avec les étudiants, les parents et les entraîneurs, grâce à ma capacité d’écoute. Je suis reconnu par mes pairs comme étant un motivateur remarquable, un meneur d’hommes », fait valoir le principal intéressé.

Le nouvel entraîneur entrera en poste, début janvier, afin de rencontrer les étudiants-athlètes ainsi que le personnel entraîneur, continuer le recrutement et préparer le camp d’hiver.

Une nouvelle page s’écrira donc pour les Cheminots en 2017.


Eve Campeau-Poirier remporte le concours « Défi ouvert canadien »

maths

Eve Campeau-Poirier, étudiante au programme Sciences de la nature, en compagnie de Geneviève Paquin, son enseignante en mathématiques. (Photo : CSTJ)

Eve Campeau-Poirier, étudiante au programme Sciences de la nature, a terminé première au concours de mathématiques « Défi ouvert canadien » qui a eu lieu en novembre. Elle a remporté une carte cadeau de 50 $ de la Coop, offerte par le Carrefour des sciences de la nature.

Quand on lui demande pourquoi elle aime les mathématiques, Eve répond qu’elle est fascinée par leur « utilité universelle » : elles sont indispensables à tous les domaines scientifiques (naturels ou humains). Elles permettent notamment de décrire les comportements de la nature, de résoudre des problèmes techniques et de produire des preuves irréfutables .

Décrite comme une étudiante discrète et autonome par ses enseignants, la jeune femme envisage d’étudier la physique à l’Université de Montréal ou l’agronomie à l’Université McGill.

 






Youssef Baati recruté par les Carabins de l’Université de Montréal

_dsc6314

Youssef Baati a été recruté par les Carabins de l’Université de Montréal. (Photo : Gracieuseté – Carabins de l’Université de Montréal)

Youssef Baati, attaquant de l’équipe de volleyball – division 1 des Cheminots du Cégep de Saint-Jérôme, joindra les rangs des Carabins de l’Université de Montréal (UdeM), à l’automne 2017.

Au sein de cette formation, il retrouvera Gabriel Chancy, Philippe Labelle et Alexandre Lafontaine, d’anciens coéquipiers des Cheminots. Leurs retrouvailles pourraient d’ailleurs être devancées, puisqu’il est possible que Youssef prenne part aux  entraînements de l’équipe, dès cet hiver.

Le jeune homme est enchanté d’avoir été recruté aussi rapidement par l’UdeM, où il souhaite réaliser des études en médecine (son premier choix) ou en pharmacie.

Les Cheminots, un moteur d’intégration

Le passage de Youssef chez les Cheminots a été déterminant pour lui. Le fait de pouvoir compter sur l’appui de ses coéquipiers a facilité son intégration au cégep et dans son pays d’adoption.  Originaire de Tunisie, il est arrivé au Québec, il y a 3 ans.

« Youssef avait 16 ans lorsqu’il est arrivé ici. Outre son jeune âge, il a dû s’adapter à un nouveau pays, une nouvelle culture et de nouvelles expressions. Son premier hiver a été difficile et froid! », souligne Jonathan Brunet, entraîneur de l’équipe de volleyball – division 1.

Une progression constante

Malgré les embûches, Youssef a connu une grande progression – tant sur les plans physique que tactique – qui s’est reflétée sur son niveau de jeu.

« C’est motivant de jouer avec quelqu’un qui s’investit autant dans le sport que dans ses études. Youssef est un exemple de réussite pour nous tous. Malgré tout, il reste humble », témoigne un de ses coéquipiers, Théo Jean-Baptiste.

D’ailleurs, tout le monde vous le dira : Youssef est un jeune homme gentil, intelligent, sérieux et travaillant qui n’hésite pas à repousser ses limites. Son éthique et ses nombreux efforts rayonnent sur l’équipe et incitent ses coéquipiers à se surpasser.

« En tant qu’entraîneur, c’est un privilège de diriger un tel athlète. La progression de Youssef a été impressionnante et ç’a été agréable de le voir ainsi évoluer. Je suis heureux de la bonne communication et de la collaboration qui s’est installée entre nous. Au-delà des nombreux honneurs qu’il a reçus depuis son arrivée dans l’équipe (Première équipe d’étoile – Joueur par excellence du circuit collégial – Équipe d’étoiles Pan canadienne – Étudiant-athlète par excellence de la ligue, pour ne nommer que ceux-là), ce qui me réjouit le plus, c’est qu’il ait été recruté par une bonne université », conclut M. Brunet.


Tour du monde en quelques bouchées!

L’équipe du Mexique nous a présenté de la salsa de tomates vertes, servie avec des chips de tortillas de maïs maison. (Crédit : Valentine Laperle)

L’équipe du Mexique nous a présenté de la salsa de tomates vertes, servie avec des chips de tortillas de maïs maison. (Crédit : Valentine Laperle)

Une quarantaine de curieux gourmands ont goûté aux créations culinaires des étudiants en deuxième année du programme Techniques en gestion d’un établissement de restauration (TGER) du Cégep de Saint-Jérôme, lors de l’événement Cuisine de rue, tenu le 8 décembre, au restaurant Neurones et papilles. 

Lors de ce 5 à 7 gastronomique, les convives ont réalisé un tour du monde en dégustant des mets aux inspirations grecques, japonaises, mexicaines et amérindiennes. 

Rappelons que l’événement Cuisine de rue constitue l’évaluation finale des étudiants en TGER. Ces derniers devaient concocter des plats en tenant compte des notions abordées dans le cours Cuisine du monde, tendances et traditions et en mettant en pratique les conseils des chefs invités qui les ont visités tout au long de la session.

Pour en savoir plus, lisez le texte Cuisine de rue des étudiants en TGER, le secret le mieux gardé de Saint-Jérôme!

 

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

En clin d’oeil à la cuisine japonaise, deux étudiants ont servi des onigiris de saumon et concombre avec croquette de porc, caramel de parures de légumes, écume de sauce soya et lime, et « chicharron » de peau de saumon. (Crédit : Valentine Laperle)

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Le canapé de cerf fumé avec humus, condiment et chips de courge sur petit pain de maïs en a épaté plus d’un avec son équilibre des goûts et son inspiration amérindienne. (Crédit: Valentine Laperle)

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Les convives ont pu déguster des spécialités aux inspirations grecques. (crédit ; Valentine Laperle)


Un lancement sous le signe de la nouveauté

026

Plus d’une soixantaine de collaborateurs et de curieux ont assisté au lancement. (Crédit Club photo CSTJ)

Le 6 décembre dernier a eu lieu le lancement de la toute dernière cuvée de textes rédigés par les étudiants du Cégep de Saint-Jérôme. Plus d’une soixantaine de collaborateurs et de curieux se sont massés au resto Neurones et papilles pour déguster les cocktails brassés par les mixologues du programme en techniques de Gestion en établissement de restauration (TGER) et pour feuilleter le nouveau numéro de leur revue, qui réunit articles journalistiques, créations littéraires et artistiques.

Lors de ce 5 à 7, des textes ont été lus par les étudiants, dont un coup de gueule de Maude Bélair qui réitérait la nécessité de s’indigner devant les inégalités dont sont encore victimes les femmes, et un texte du très coloré Tristan Paquin qui dresse un portrait d’un certain Barnabé Baillargé, personnage détesté de tous.

Les concepteurs visuels du numéro ont aussi fait valoir leur travail. Émélie Charrette-Paquette, avec son œil vif et professionnel, a signé la nouvelle grille graphique du volet artistique et littéraire, tandis qu’Aurélie Galibois a réalisé l’œuvre en couverture. Les tableaux mis en valeur dans ce volet ont également été projetés sur grand écran tout au long de la soirée.

De Mots de tête à Étendard

logosL’évènement a aussi permis de souligner le début d’une nouvelle ère.  Après plus de 10 ans d’existence, Mots de tête, le volet artistique et littéraire de la revue, est devenu l’Étendard. Ce nouveau nom témoigne du désir de faire de la revue une enseigne sous laquelle se rallier pour expérimenter, découvrir, se rebeller.

Ainsi, dans Sous le regard des montagnes, Antoine Drouin explore les tourments de la psyché humaine en temps de guerre en les opposant à une nature impassible. Evelyne Marchand s’aventure également sur un terrain accidenté lorsqu’elle visite le chantier abandonné de la mémoire de son Grand-papa Félix, poème qui lui est dédié.   

De son côté, Le Trouble-tête propose à son habitude des articles journalistiques de qualité, dont une troublante chronique d’Emmanuelle Chartrand, Au-delà des étiquettes, qui dénonce les absurdités du système en lien avec la maladie mentale.

Un dossier sur l’environnement a aussi été créé en collaboration avec le récent festival de films documentaires Planètoscope. D’ailleurs, des articles ont été récompensés dans le cadre d’un concours issu du festival. Ariane St-Hilaire s’est mérité la première place avec une entrevue très bien documentée intitulée Les abeilles bientôt en grève. Millèna Bérubé-Comtois a livré une critique juste du film Demain, qui s’est vue attribuer la deuxième place.

Alexis Vaillancourt-Chartrand, prof de français et mentor de l’Étendard, a clos la soirée festive avec un conte délirant, une tradition des lancements.

Soulignons que le journal étudiant a récemment fait adopter une proposition en assemblée générale étudiante pour que le journal soit en partie financé par les cotisations étudiantes, ce qui assurera sa pérennité en plus d’apporter un souffle nouveau à la publication.

La revue sera disponible au cégep dans des présentoirs, et pour la première fois à l’extérieur des murs du collège, dans des endroits fréquentés par les étudiants, comme Le Dieu du Ciel ! et l’Uni-Café.


Une supplémentaire pour la Tragédie du langage!

CSTJ - Théâtre - Tragédie du langage

(Photo : Service des communications CSTJ)

Forts de leur succès, les étudiants à l’option Théâtre du programme Arts, lettres et communication du Cégep de Saint-Jérôme (CSTJ) présenteront une supplémentaire de la pièce La tragédie du langage ou comment semer des choux et récolter des lapins, le jeudi 15 décembre, à 19 h 30, à la salle Germaine-Guèvremont du Cégep de Saint-Jérôme (455, rue Fournier).

Ceux qui n’ont pas eu l’occasion de voir la prestation des jeunes comédiens ou ceux qui, au contraire, souhaitent la revoir peuvent se procurer des billets au coût de 5 $, à la porte, le soir de l’événement. Information : pjoly@cstj.qc.ca

 


Histoires sans un mot dit : tout dire sans parler!

cstj_theatre

Lors de ce spectacle chorégraphique, les acteurs s’exprimeront sans dire un mot! (Photo : Service des communications CSTJ)

Les étudiants à l’option Théâtre du programme Arts, lettres et communication du Cégep de Saint-Jérôme (CSTJ) vous raconteront mille et une petites histoires, sans prononcer un seul mot, à l’occasion du spectacle chorégraphique Histoire sans mot dit, présenté le 9 décembre, à 19 h 30, à la salle Germaine-Guèvremont !

Les acteurs se livrent à un jeu ludique – en solo ou en groupe – dans le but de parler par le corps et le mouvement en scène. Appuyés par des musiques enlevantes, les étudiants de première année de l’option théâtre s’exécutent avec entrain et délinquance. Un show à voir et à revoir ! 


« Speed dating » pour étudiants et professionnels des affaires

img_2995

Les organisateurs de l’événement. (Crédit : Club photo CSTJ)

Communauté d’affaires et étudiants se sont donnés rendez-vous, le 16 novembre, lors de la 8e Soirée des professions, organisée par Nicolas Hunter, Catherine Bertrand et Jérémy Marquis, trois finissants en Techniques de comptabilité et gestion. 

Lors de cet événement inscrit au plan du cours Introduction à la profession, les étudiants de première année en Techniques de comptabilité et gestion ont pris part à un « speed dating » au cours duquel ils ont pu discuter avec des professionnels aguerris, afin d’en apprendre davantage sur ce qu’ils font. Ces témoignages permettront aux jeunes de mieux orienter leur choix de carrière. 

Les participants ont également assisté à une conférence d’Alexandre Pinel, conseiller en sécurité financière et représentant en investissement.

Cette soirée a été rendue possible grâce au soutien financier de la Fondation du Cégep de Saint-Jérôme et de nombreux commanditaires : les caisses Desjardins de Saint-Antoine-des-Laurentides et de Saint-Jérôme, Industrielle Alliance, l’Association générale étudiante du Cégep de Saint-Jérôme, Techno Recharge, Pizza Hut, Toilette Québec et Marissa Thibault. 

 

 

 


L’expertise du Cégep de nouveau mise à contribution dans un projet de développement à l’international à Haïti

haitibeach_v2

L’Île à vache, à Haïti, tout près d’où se tiendra le projet de développement.

La Formation continue, Services aux entreprises et International (FCSEI) du Cégep de Saint-Jérôme est fière de dévoiler son nouveau projet international qui prendra place dans les Caraïbes, plus précisément à Haïti.

La FCSEI sera maître d’œuvre de ce projet qui s’inscrit dans la stratégie globale d’Affaires mondiales Canada (AMC).  Ce projet a pour thème le développement des Compétences pour l’emploi en tourisme et en hôtellerie en Haïti (CETHH) ciblant particulièrement les femmes, les jeunes et les groupes vulnérables, notamment les personnes en situation de handicap (PSH). L’objectif de ce projet, d’une durée de 4 ans, est de favoriser l’essor de l’industrie touristique de façon durable dans le but d’accroître la prospérité du peuple haïtien. Rappelons que le secteur du tourisme est un pilier de la stratégie économique haïtienne et un moyen de réduire la pauvreté.

Le rôle de la FCSEI et de son partenaire québécois, Éducation internationale (ÉI), sera d’accompagner deux institutions d’enseignement haïtiennes spécialisées en tourisme soit, l’École Hôtelière d’Haïti (EHH) située à Port-au-Prince et l’Institut de formation hôtelière et touristique du sud (IFORHT), qui se trouve dans la ville des Cayes.  Le mandat consistera à améliorer la gestion organisationnelle des écoles et à implanter la mise en œuvre des programmes par compétences aux niveaux professionnel et technique. Il permettra aussi de développer une meilleure collaboration entre les deux institutions scolaires et les organismes privés de l’industrie de l’hôtellerie et du tourisme haïtien.

Plusieurs experts du Cégep de Saint-Jérôme provenant des départements de Gestion d’un établissement de restauration, d’Intervention en loisir ainsi que de Comptabilité et de gestion seront mis à contribution.

Prévue au début de l’année 2017, la première mission en Haïti permettra aux personnes responsables du projet de préciser les besoins actuels des deux écoles et d’établir une stratégie de déploiement efficace. À la suite du passage de l’ouragan Matthew qui a grandement ravagé l’Institut de formation des Cayes (IFORTH) en octobre dernier, certains ajustements devront être apportés aux activités qui avaient été prévues initialement.

Ce projet est réalisé avec l’appui financier du gouvernement du Canada accordé par l’entremise d’Affaires mondiales Canada (AMC).


Les étudiants en TIL distribuent plus de 3 000$ aux organismes de la région

Les étudiants Vincent Cantin, Joëlle Asselin, Myriam Karim-Ouellet, Nicolas Lacasse et Catherine Bourgault, en compagnie d’Estelle Caron, représentante de l’organisme CALACS Laurentides, lors d’un cocktail, tenu le mercredi 29 novembre.

Dans le cadre du cours « Autofinancement » de leur programme, les finissants en Techniques d’intervention en loisir du Cégep de Saint-Jérôme ont amassé plus de 3 000$, qu’ils ont distribués à la Société canadienne du cancer, la Fondation CHUS de Sainte-Justine, SOS Suicide Jeunesse, CALACS Laurentides et la Fondation Québécoise pour les enfants malade du cœur.

Tout au long de leur parcours académique, ces  étudiants ont cherché à faire une différence dans leur communauté, notamment en appuyant les organismes à but non lucratif.

Rappelons que le programme Techniques d’intervention en loisir offre une formation adaptée aux milieux récréotouristique, sportif, municipal et socioculturel.