Avis de nomination

Partager cette page à un(e) ami(e)

Votre courriel : * 
Courriel du destinataire : * 
Nom du destinataire : * 
Commentaire (facultatif)

Le comité exécutif du Collège a procédé à la nomination de Nathalie Girard au poste de directrice adjointe à la Direction des études au Service du développement pédagogique et gestion des programmes.

Mme Girard est détentrice d’une maîtrise en orientation et counseling, ainsi que d’un baccalauréat en psychologie.   De plus, elle a complété plusieurs cours universitaires en enseignement, en pédagogie et en administration. Cumulant plus de dix ans d’expérience dans le milieu collégial, elle a occupé les fonctions de conseillère pédagogique, d’aide pédagogique individuelle, de conseillère d’orientation et d’enseignante en psychologie.

C’est au ministère de l’Éducation et de l’Enseignement supérieur qu’elle aura acquis une riche expérience en coordination : adjointe au directeur des programmes de formation technique, chef de l’équipe d’évaluation des programmes, responsable de la recherche et du développement en évaluation des apprentissages. Depuis avril 2016, Mme Girard œuvrait à titre de conseillère en gestion axée sur les résultats et plus particulièrement au niveau de la planification stratégique au Secrétariat du Conseil du trésor.

Reconnue pour sa capacité à mobiliser des équipes autour d’enjeux communs, Mme Girard a également vu l’excellence de son travail soulignée alors que lui a été décerné le prix d’excellence 2010 du Groupe des responsables en analyse et évaluation de programme (GRAEP) du gouvernement du Québec.

Son riche parcours professionnel ainsi que sa compréhension de la réalité enseignante et des enjeux liés à la pédagogie constituent un atout solide pour relever le défi des tâches qui lui seront confiées.

Son entrée en fonction est prévue 19 juin 2017

Toutes nos félicitations!

 

 

 


Deux étudiants du CSTJ reçoivent la médaille du Lieutenant-gouverneur

Émilie Corbeil et Youssef Baati, deux étudiants en Sciences de la nature au CSTJ, se sont vus décerner la médaille du Lieutenant-gouverneur en raison de l’excellence de leur dossier académique et de leur engagement. 

En effet, Émilie Corbeil détient une des meilleure cote R du Collège. Malgré les efforts qu’elle dédie à ses études, elle trouve quand même le temps de faire du tutorat et du bénévolat au Carrefour des sciences. 

« Elle est une étudiante attentive, minutieuse, curieuse et ponctuelle. Le travail acharné ne lui fait pas peur et elle ne compte pas les heures qu’elle met à la tâche afin de comprendre avec grande précision tous les détails de la résolution d’un problème mathématique.  […] Ses résultats académiques sont plus qu’impressionnants. […] En plus de très bien réussir ses cours, elle collabore bien avec les autres étudiants et n’hésite pas à les aider au besoin. […] Émilie est une étudiante qui nous marque comme enseignant », a fait valoir le personnel du Département des sciences, dans sa lettre de recommandation.

Youssef Baati, quant à lui, excelle autant en sciences que dans les sports. Pour preuve, le jeune homme a obtenu la meilleure note de la session – tous groupes confondus – en Calcul différentiel et en Calcul intégral, deux des cours jugés les plus difficiles de son programme. Sans compter qu’il évolue également au sein de l’équipe de volleyball – division 1 des Cheminots, où il cumule les honneurs, notamment ceux du Joueur par excellence du circuit collégial et d’Étudiant athlète par excellence de la ligue.

« Youssef est un étudiant allumé, attentif, autonome, qui sait poser les bonnes questions avec une précision étonnante. Il a une vivacité d’esprit hors du commun pour un étudiant de niveau collégial. Il saisit rapidement les nouveaux concepts et a la capacité à faire des liens entre les différents cours. […] Sa curiosité fait de lui une personne très présente, qui sait aller au fond des choses pour trouver les réponses à ses questions. […] En plus de ses exploits académiques, Youssef arrive de façon impressionnante à concilier les études et le sport », peut-on lire dans la lettre de recommandation rédigée par les enseignants du Département des sciences.

Mentionnons que les deux jeunes récipiendaires ont été acceptés à l’université en médecine.  

Le CSTJ tient à féliciter Émilie et Youssef pour leur exploit et leur souhaite la meilleure des chances pour la suite. 


Dévoilement des gagnants du concours « Les vents enchanteurs »

Monique Laprise (à gauche),en compagnie de Nadine Le Gal (à droite), lors du tirage au sort. (Photo : CSTJ)

Le 24 mai, Nadine Le Gal, directrice générale, et Monique Laprise, directrice adjointe aux études, ont procédé au tirage de billets pour le concert « Les vents enchanteurs » de la Chorale du Cégep de Saint-Jérôme, présenté le samedi 10 juin, à l’église Saint-Antoine-des-Laurentides (705, boul. des Laurentides). 

Voici le nom des gagnants: 

Annie Turbide, technicienne TGER

Céline Bornais, agente de soutien administratif à la DFCSEI

Carole Perron, agente de soutien administratif à la DVÉ

Chloé Dicaire, agente de soutien administratif à la DVÉ

Ces derniers peuvent récupérer leurs billets au local A-107, entre 8 h et 12 h et 13 h et 16 h.

Mentionnons qu’il est toujours possible de se procurer des billets auprès de Marie-Claude Ross, Service du développement pédagogique, au local C-271 ,ou par téléphone en composant le poste 5631.

 


Colloque des Sciences : 96 finissants démystifient la science

Le prix Coup de Coeur a été remis à Ève Campeau-Poirier, Charles Desfossés et Miguel Punde, qui ont réalisé une lampe gravitationnelle. (Photo : CSTJ)

À l’occasion du traditionnel Colloque des Sciences, tenu le 25 mai, plus d’une centaine de curieux sont venus admirer le projet synthèse de fin de programme des 96 finissants en Sciences de la nature et Sciences informatiques et mathématiques du Cégep de Saint-Jérôme (campus de Saint-Jérôme et de Mont-Tremblant).

Dans le cadre de leur projet, les finissants devaient mobiliser différentes compétences acquises pendant leur parcours collégial, en combinant différentes disciplines scientifiques (ex : la physique et les mathématiques, la biologie et les mathématiques, la chimie et la biologie, ou encore, l’informatique et les mathématiques).

Par le biais de ces projets, les visiteurs ont pu en apprendre davantage sur différents phénomènes scientifiques, tels que la synthèse de l’aspartame et l’analyse de la qualité de l’eau de certaines piscines de Saint-Jérôme. Ils ont aussi pu observer et comprendre comment certains étudiants ont réussi à créer une balance de Watt ou encore, un miroir intelligent.

Distinctions

Un prix Communication a été remis à Émilie Corbeil et Maggy Robinson, qui ont fait la synthèse de la vanilline. (Photo : CSTJ)

Lors de cet événement, l’équipe composée d’Ève Campeau-Poirier, de Charles Desfossés et de Miguel Punde a remporté le prix Coup de cœur, remis à la formation ayant le plus impressionné le public.

Le prix Communication, quant à lui, a été décerné à l’équipe ayant effectué la présentation la plus engageante et la plus scientifique, soit celle d’Émilie Corbeil et de Maggy Robinson.


Cours de plongée sous-marine au CSTJ pour un étudiant en fauteuil roulant

Tommy St-Onge, un jeune homme en fauteuil roulant qui étudie au Cégep de Saint-Jérôme, souhaitait faire de la plongée sous-marine. Grâce à l’aide de son enseignant d’éducation physique Olivier Morin-Gauthier, du Service d’aide à l’intégration des étudiants (SAIDE) et d’un généreux bénévole, Philippe Cossette, son rêve est devenu réalité.

« Au premier cours, Tommy s’est présenté à la piscine. Quand je l’ai vu, sans pieds ni mollets, ça s’est mis à travailler fort dans ma tête : je me suis demandé comment je pourrais adapter mon cours à ses besoins », explique d’entrée de jeu, M. Morin-Gauthier.

Lors de cette rencontre, l’enseignant a soumis Tommy aux mêmes exercices de sélection que les autres étudiants. Pour se qualifier, il devait effectuer 200 mètres de natation et 10 minutes de nage sur place, ce qu’il a réussi à faire.

« C’est un jeune homme très, très courageux et qui ne se laisse pas arrêter. Il voulait absolument faire le cours.

« Après la séance, je suis allé le rencontrer et je lui ai dit que j’allais tout faire pour m’adapter à sa réalité, mais que je devais d’abord et avant tout m’assurer de le faire de manière sécuritaire. Il ne faut pas oublier que j’ai d’autres étudiants à surveiller – dont certains qui sont moins à l’aise dans l’eau – et Tommy qui s’essouffle plus rapidement, parce qu’il ne peut pas se reposer en posant un pied par terre », fait valoir l’enseignant.

Le CSTJ et un bénévole se mobilisent

Tommy, en compagnie de son enseignant Olivier Monrin-Gauthier (à gauche) et de Philippe Cossette (à droite), qui lui a fabriqué des palmes. (Photo : CSTJ)

M. Morin-Gauthier a alors contacté le SAIDE qui a embauché un maître-plongeur supplémentaire pour accompagner Tommy dans ses apprentissages. L’enseignant a aussi pu compter sur l’aide d’un bénévole, Philippe Cossette. Ce dernier a constaté que Tommy ne pourrait pas parvenir à faire son cours sans palmes adaptées. Il a donc décidé de lui en fabriquer. Une attention qui a particulièrement touché le principal intéressé.

« Philippe a entrepris le projet : il a pris rendez-vous avec Tommy, a fait des recherches, a moulé ses membres avec du plâtre pour réaliser une empreinte, a magasiné des matériaux et a finalement procédé à la conception des palmes. Plusieurs prototypes ont dû être réalisés avant d’en arriver à un modèle répondant aux besoins de Tommy », précise M. Morin-Gauthier.

« C’est vraiment cool et généreux de sa part. Je ne m’attendais pas à ça. Je le considère comme un ami », témoigne Tommy.

Mentionnons que la production des palmes a été financée en partie par le SAIDE ainsi que par M. Cossette. Ce dernier a également acheté une combinaison de plongée (wet suit) qu’il compte adapter spécialement pour Tommy.

Pas de passe-droits pour Tommy 

Pour obtenir sa certification « Open Water Diver » PADI, un plongeur doit maîtriser 47 habiletés motrices. Or, le cours de plongée sous-marine offert par le Cégep de Saint-Jérôme vise justement à préparer les étudiants à l’obtention de cette attestation. Tommy a donc dû se soumettre aux mêmes exigences que ses collègues.

« Les 47 habiletés motrices que l’on doit développer représentent autant de situations qui peuvent se produire lorsqu’on fait de la plongée sous-marine. Comme c’est un sport souvent considéré comme étant « dangereux », il doit être prêt à faire face à tous les scénarios possibles. Tommy était hyper à l’aise avec ce défi-là », soutient M. Morin-Gauthier.

Pour ce faire, l’étudiant a notamment dû apprendre à palmer avec ses mains, à avoir une meilleure gestion de sa flottabilité, à effectuer sa mise à l’eau et sa sortie de l’eau, seul, ainsi qu’à manipuler son équipement [NDLR : les doigts de Tommy n’ont pas leur dernière phalange, ce qui limite sa dextérité].

Tommy passera son examen pour obtenir sa certification « Open Water Diver » PADI, les 4 et 5 juin prochains, avec les autres étudiants de son cours. Selon son enseignant, il a d’excellences chances d’y parvenir.

 
« Un beau défi » pour un enseignant d’éducation physique!

« C’est un des beaux défis de carrière que j’ai eu !» – Olivier Morin-Gauthier (Photo : CSTJ)

Quand on demande à Olivier Morin-Gauthier, enseignant d’éducation physique au CSTJ, comment il a vécu cette expérience, sa réponse est claire : « c’est un des beaux défis de carrière que j’ai eu»!

Il n’est pas peu fier du travail accompli, même si cela a demandé beaucoup de travail, de débrouillardise et de créativité. Sans l’aide du Collège – par le biais du SAIDE et du projet En action différemment – et d’un généreux bénévole, il n’y serait pas arrivé, avoue-t-il.

D’ailleurs, il estime que cette expérience a été enrichissante d’un point de vue professionnel, mais aussi humain. Il salue d’ailleurs le courage et la détermination de Tommy, qui, sans le vouloir, a été un modèle pour les autres étudiants du groupe.

« D’un point de vue plus personnel, c’est gratifiant d’accompagner un étudiant dans sa réussite », fait-il valoir.

Et quand on lui demande ce qu’il voudrait que les gens retiennent de cette histoire, c’est « qu’il est possible d’atteindre ses buts, et qu’il n’y en a pas de limites! »

« Mon rôle, en tant qu’éducateur physique, c’est d’amener les gens à s’occuper de leur santé physique, peu importe leurs limitations », conclut-il.

 

****************


Une nouvelle passion pour Tommy

Tommy rêve d’ailler faire de la plongée dans la mer des Caraïbes. (Photo : CSTJ)

 

C’est parce qu’il aime nager que Tommy St-Onge, a décidé de s’inscrire au cours d’initiation à la plongée sous-marine au CSTJ. Il ignorait, à ce moment-là, qu’il se découvrirait une nouvelle passion.

« J’ai choisi ce cours, car je me suis dit que ça serait un bon défi et que j’en serais capable. En même temps, je ne savais pas à quoi m’attendre », explique le jeune homme.

Même s’il est fier de ce qu’il a accompli, Tommy n’y voit rien d’exceptionnel. Comme il le rappelle, il est habitué à relever des défis.

« J’ai juste choisi un cours qui m’intéressait, il n’y avait pas d’autres raisons derrière ça », conclut celui qui compte s’inscrire au deuxième cours de plongée sous-marine au CSTJ, la session prochaine, et caresse le rêve de plonger dans les eaux des Caraïbes.


La recherche financée, également pour les étudiants du CSTJ

Ariane Bertrand (Photo : CSTJ)

Qui a dit que la recherche financée est réservée seulement aux étudiants universitaires? Parlez-en à Marie-Éve Nault et à Ariane Bertrand, deux étudiants en Sciences de la nature au CSTJ, qui vous diront que c’est plutôt facile d’obtenir une bourse en recherche, en tant que cégépien, quand on a de l’intérêt réel pour la recherche ainsi que des résultats scolaires qui reflètent un grand engagement dans son projet de formation.

En effet, grâce au Programme de bourses de stage d’été lancé par le Fond québécois de la recherche Nature et Technologie (FQRNT), nos deux étudiantes ont su se démarquer et pourront bénéficier de deux bourses de 5000 $ pour effectuer, cet été, un stage dans un laboratoire de recherche situé en milieu universitaire dans le domaine des sciences naturelles.

Passionnée par le monde des sciences et par celui de la recherche, Ariane a décidé de réaliser, lors de son stage de recherche, un projet de simulation numérique de diffusion de particules nano-confinées. Sous la supervision de Sabrina Leslie, enseignante chercheure à l’Université McGill, Ariane aura l’occasion de se familiariser avec la simulation informatique tout en s’appropriant le MALTAB, un langage informatique de plus en plus rependu.

Marie-Éve Nault (Photo : CSTJ)

Marie-Éve partage la même passion que celle d’Ariane à la différence qu’elle s’intéresse, plus particulièrement, au rôle des enzymes SCD1 et PLD2 dans la migration des cellules du cancer du sein métastatique. Afin d’approfondir son sujet, elle aura l’opportunité d’intégrer l’équipe des chercheurs du laboratoire du métabolisme moléculaire de l’UQAM.

Nous profitons de l’occasion pour remercier Sébastien Côté et Geneviève Paquin, deux enseignants passionnés et inspirants qui ont participé aux démarches de mise en candidature.

Pour de plus amples renseignements au sujet du Programme de bourses de stage en recherche lancé par le FQRNT, veuillez contacter Roxana Staiculescu, conseillère pédagogique, responsable du dossier de la recherche à l’adresse recherche@cstj.qc.ca


La Fondation Sport-Études souligne la persévérance de Gabriel Sarrazin

Gabriel SarrazinGabriel Sarrazin, étudiant membre de l’Alliance Sport-Études au Cégep de Saint-Jérôme, a remporté la bourse sport-études de la Fondation Desjardins.

Ce jeune athlète fait de plus en plus sa place sur la scène québécoise du ski de fond comme l’indique son palmarès. Deuxième au classement de la Coupe Québec chez les universitaires et cégépiens, il est monté sur la troisième marche du podium du sprint classique de la récente Coupe Québec de Morin-Heights. Celui qui étudie en Sciences de la nature veut maintenant briller sur la scène nationale, principalement aux championnats canadiens.

Gabriel a mis en place un échéancier pour sa réussite scolaire en intégrant ses périodes d’études, ses entraînements et ses activités sociales à son quotidien. Il est également tuteur au Carrefour des sciences et entraîne les plus jeunes en vélo de montagne. À moyen terme, il aimerait poursuivre des études universitaires en médecine ou en médecine vétérinaire.

La Fondation Sport-Études et la Fondation Desjardins appuient  les athlètes poursuivant des études postsecondaires et reconnaissent le soutien des répondants sport-études ainsi que l’apport des enseignants, parents et entraîneurs au succès des étudiants-athlètes lauréats. La Fondation Sport-Études remettra cette année 170 000 $ en bourses à des étudiants-athlètes méritants de l’Alliance Sport-Études, organisation qui soutient plus de 1 200 étudiants-athlètes de 50 sports différents.


Schéma de gestion des commentaires – réseaux sociaux

schéma1117


Les Incroyables comestibles débarquent au CSTJ

vegetables-1149006Au cours des prochaines semaines, ne vous étonnez pas de voir pousser des « potagers libre-service » sur le terrain du CSTJ. Cette initiative de certains membres de la Coopérative d’alimentation Rivière-du-Nord, réalisée en collaboration avec le Collège, s’inscrit dans le mouvement mondial des Incroyables comestibles.

Le concept du projet est simple : aménager des jardins accessibles à tous dans des espaces publics, afin de favoriser l’esprit de partage. Comment? En misant sur l’engagement et l’action communautaire. En effet, tous sont invités à prendre soin de ces jardinets improvisés et … à en récolter les fruits (ou plutôt les légumes!).

Mentionnons que les Incroyables comestibles (Incredible Edible) a vu le jour à Todmorden, en Angleterre, en 2008, en réponse à la crise économique. Le but de cette initiative était de rapprocher les gens et de faire une agriculture de proximité, tout en favorisant l’économie locale.  

Deux jardins au CSTJ

Au cours des prochaines semaines, des bacs de jardinage seront installés à deux endroits sur le terrain du Collège, soit en bordure du parc linéaire du P’tit train du nord (5 bacs) et à proximité de l’entrée #2, aux abords de la rue Fournier (4 bacs).

Rappelons que le CSTJ se fait un devoir de promouvoir les saines habitudes de vie et de sensibiliser sa communauté aux principes de développement durable. C’est pourquoi il a décidé de se joindre à ce projet.

Pour en savoir plus :


Concours intercollégial de photo : mention d’honneur pour Shany Maltais

Chrysaora fuscescens, de Shany Maltais, étudiante au CSTJ. (Photo : gracieuseté)

Chrysaora fuscescens, de Shany Maltais, étudiante au CSTJ. (Photo : gracieuseté)

L’oeuvre Chrysaora fuscescens de Shany Maltais, étudiante au programme Sciences de la nature au CSTJ, a conquis le jury, lors du Concours intercollégial de photo 2016-2017. Celui-ci lui a d’ailleurs décerné une Mention spéciale, lors du vernissage de l’exposition regroupant les 29 oeuvres finalistes, tenu le 3 mai, au Collège de Maisonneuve.

Dans le cadre de ce concours, organisé par le Centre collégial de développement de matériel didactique (CCDMD),  quelque 1292 photos ont été soumises par 315 étudiants provenant de 62 établissements du réseau collégial. Malgré la nombreuse compétition, la photographie de Shany, qui représente un trio de méduses, a capté l’attention du jury, présidé par le photographe Benoit Aquin.

« Le caractère éthéré de ces méduses fascine. Les couleurs orangées  contrastent avec les variantes complémentaires du bleu de l’eau. La composition, la mise au point et l’utilisation de la lumière concourent à mettre en relief l’apparente fragilité de ces animaux », peut-on lire dans la section « appréciation du jury » sur le site Internet du concours.   

Mentionnons que les 29 photographies finalistes du concours seront exposées du 5 juillet au 3 septembre, au Musée populaire de la photographie à Drummondville.

 


La philosophie, un jeu d’enfants!

Sur la photo de gauche à droite, Margelaine Chartrand, enseignante en TÉE, Laurence Angers, Aryanne Bergeron, Rachel Morin, Marianne Thibault, Jonathan Therrien-Boyer, Annie O'Bomsawin-Bégin, enseignante en philosophie, absente sur la photo, Marie-Elda Blanc.

Margelaine Chartrand, enseignante en TÉE (à gauche) et Annie O’Bomsawin-Bégin, enseignante en philosophie, en compagnie des participants aux ateliers : Laurence Angers, Aryanne Bergeron, Rachel Morin, Marianne Thibault et Jonathan Therrien-Boyer. Absente sur la photo: Marie-Elda Blanc.

Qui a dit que la philo, ça devait être compliqué? Parlez-en aux six étudiants en Techniques d’éducation à l’enfance (TÉE) qui ont complété une série d’ateliers de philosophie adaptés à leur domaine d’études. Ils vous diront que c’est, au contraire,  un jeu d’enfants!

Durant sept semaines, les étudiants ont pris part à des discussions portant sur de la littérature philosophique pour enfants. Ces échanges leur ont permis de s’initier à la pensée critique et à ses principes fondamentaux, soit la formulation de questions philosophiques, la reformulation d’idées, la recherche d’exemples et de contre-exemples, l’identification des critères, etc. Ces apprentissages leurs seront utiles tout au long de leur vie professionnelle, et personnelle!

Au terme de cette session, les étudiants ont pris part  à un « stage » auprès des élèves de l’école primaire de Saint-Antoine, où ils ont animé leur propre discussion philosophique. Preuve que la philo, c’est accessible à tous!

Mentionnons que ce projet est une initiative conjointe des départements d’éducation à l’enfance et de philosophie. Celle-ci vise à développer un plus grand intérêt pour la philosophie chez les jeunes.

Félicitations aux participants! 


Christian Godard nommé membre honoraire de Fondation

ChèquePour une deuxième année consécutive, l’homme d’affaires jérômien Christian Godard a organisé une soirée de financement au profit de la Fondation du Cégep de Saint-Jérôme, laquelle s’est soldée par la remise d’un chèque de 13 470 $. C’est dans le cadre d’un banquet gastronomique 5 services que celui-ci, à titre de président d’honneur, avait convié la communauté à encourager la réussite scolaire, autour d’un bon repas. Au total, 64 invités ont répondu à l’appel et se sont rassemblés pour l’occasion au Neurones et Papilles, le restaurant pédagogique du Collège.

La soirée a été organisée avec la collaboration de trois finissants du programme Techniques de gestion d’un établissement de restauration, Arianne Faucher, Geneviève Langelier et Samuel Laroche. En plus de veiller à ce que tout se déroule rondement lors de la soirée, ces derniers étaient responsables de la logistique, du scénario et de la mise en scène de l’activité. Ils supervisaient par ailleurs la brigade d’étudiants en première année qui, quant à eux, s’acquittaient du service aux tables et de la préparation en cuisine.

Membre honoraire

PlaqueAu cours de la soirée, M. Christian Godard s’est vu décerner le titre de membre honoraire de la Fondation du Cégep de Saint-Jérôme par la directrice générale du Cégep et administratrice de la Fondation, Mme Nadine Le Gal. Le titre de membre honoraire est décerné par le conseil d’administration de la Fondation à une personne ou à un organisme ayant rendu des services exceptionnels et qui se démarque par son engagement notoire et exemplaire. M. Godard est impliqué et soutient la Fondation depuis 1999. Pour marquer le coup, le directeur de la Fondation, M. Joël Bouchard, lui a remis une plaque.

« Encore une fois cette année, une mention honorable à tous les étudiants et les professeurs du programme TGER (Technique de gestion en établissement de restauration), ils ont su préparer et servir un excellent repas digne de restaurants étoilés. Ces jeunes sont rafraîchissants et inspirants. De plus je tiens à remercier la Fondation de la délicate attention de faire de moi un membre honoraire de la Fondation du Cegep. Longue vie à la Fondation » a déclaré Christian Godard, président d’honneur de la soirée-bénéfice.

« Au nom du conseil d’administration et de tous nos étudiants, je tiens à remercier chaleureusement M. Christian Godard, dont l’implication depuis 18 ans ne se dément pas. C’est avec beaucoup de fierté que nous lui décernons le titre de membre honoraire pour sa contribution soutenue dans les activités de la Fondation, dont la mise en œuvre de cette soirée-bénéfice. Je remercie également toutes les personnes qui ont pris part à cette activité et qui ont, par le fait même, contribué à soutenir notre communauté étudiante », a mentionné Carole Marchand, présidente du conseil d’administration de la Fondation.