Le 2e Café des sciences attire une centaine de curieux!

Partager cette page à un(e) ami(e)

Votre courriel : * 
Courriel du destinataire : * 
Nom du destinataire : * 
Commentaire (facultatif)

Les quatre panélistes du 2e Café des sciences (Photo : Paul Liboiron)

Plus de 100 étudiants et quelques employés du Cégep ont assisté au 2e Café des sciences, animé par Patrice Arpin, le 15 février, à l’agora. Le sujet choisi cette année était le traitement et la prévention du cancer. Les scientifiques invités ont présenté l’état de la recherche dans le domaine du cancer.

Ainsi, Jean-David Larouche (doctorant à l’Institut de recherche en immunologie et en cancérologie), Jean-François Masson (professeur de chimie à l’Université de Montréal), Morgan Craig (professeur de mathématiques à l’Université de Montréal) et Jean-François Aubry (physicien médical en radio-oncologie au CHUM) ont partagé les fruits de leur recherche en biologie, chimie, mathématique et physique (4 disciplines scientifiques du programme Sciences de la nature) . 

M. Larouche a brisé la glace en présentant ses recherches doctorales en immunologie. Ses travaux portent sur une approche individualisée du traitement du cancer par le système immunitaire. Les recherches menées par son équipe pourraient déboucher sur le développement de vaccins contre le cancer. 

Par la suite, M. Masson a présenté ses recherches sur les biocapteurs avec des matériaux plasmoniques dans l’espoir d’un jour être capable de détecter le cancer d’une façon semblable à un test de grossesse ou encore, à un test de glycémie.

Mme Craig a présenté comment les mathématiques pouvaient être utiles dans la recherche sur le cancer. Elle a notamment expliqué qu’elle pouvait créer des personnes virtuelles afin de tester des modèles de traitement du cancer, dans le but d’évaluer l’efficacité d’une combinaison de traitements par rapport à une autre. Cela permet de sauver des coûts

et de connaître à l’avance l’efficacité d’un traitement, avant même de le faire sur un vrai patient.

Finalement, M. Aubry a expliqué ce qu’était la radiothérapie et comment la physique était utile afin de bien planifier et effectuer un traitement de radiothérapie.

L’activité s’est terminée par une période de questions, qui a d’ailleurs donné lieu à de riches échanges. Les présentations des panélistes ont définitivement suscité la curiosité des étudiants!  Mentionnons que cette activité a pu être réalisée grâce au support financier de la Fondation du Cégep de Saint-Jérôme.


Soirée Entrepreneuriale Z : Braver la tempête pour aller au bout de sa passion!

Alexandre Pinel a captivé la foule avec des conseils. (Photo : gracieuseté)

Le 12 février, quelques 32 courageux ont bravé « la pire tempête de l’hiver » pour assister à la soirée Entrepreneur Z, organisée par le club Jeunes entrepreneurs (JeTAD) du Cégep de Saint-Jérôme. 

Lors de cette soirée, des entrepreneurs œuvrant dans différents domaines en lien avec les nombreux programmes d’études du CSTJ (langue, informatique, multimédia, comptabilité et gestion, loisir, restauration, arts) sont venus rencontrer les étudiants de tout horizon pour leur partager leur expérience et, par le fait même, leur montrer la diversité du milieu entrepreneurial de la région. 

En plus de prendre part à des activités de réseautage, les participants ont pu assister à des conférences offertes par Gérard Boursier du Club Optimiste de Saint-Jérôme et Alexandre Pinel, de l’entreprise Pinel services financiers. Ce dernier a notamment partagé des exemples de réussite, mais aussi une « recette pour échouer ». Ses conseils ont semblé être très appréciés de la foule. En effet, un des étudiants a affirmé : « J’ai vu beaucoup de conférences et celle-ci est l’une des meilleures auxquelles j’ai assisté! »

Si la soirée a dû être écoutée en raison des mauvaises conditions climatiques, plusieurs participants ont néanmoins décidé de rester pour poursuivre leurs échanges! Comme quoi, rien ne peut venir à bout de la passion de nos entrepreneurs!

 


Une bourse pour Laurianne Desmarais-Gilbert et Valérie Gilbert

Laurianne Desmarais-Gilbert (Photo : gracieuseté)

Laurianne Desmarais-Gilbert et Valérie Gilbert, deux étudiantes-athlètes en ski acrobatique (bosses) inscrites au Cégep de Saint-Jérôme, se sont vues décerner une bourse Saputo, octroyée par la Fondation de l’athlète d’excellence (FAEQ).

La première, qui étudie en Sciences de la nature au CSTJ, a maintenu une moyenne académique de 86 % à la dernière session. Ses efforts lui ont valu une bourse d’excellence académique d’une valeur de 4000 $. Elle entend poursuivre ses études dans le but de devenir médecin auprès d’athlètes de haut niveau.

Rappelons que la jeune femme a terminé 27e lors de sa première expérience en coupe du monde, à Calgary, et 19e à la Coupe du monde de Mont-Tremblant (2018). Elle désire se classer à nouveau parmi les 20 meilleures à des Coupes du monde et de skier sur la piste des Jeux olympiques de 2022. 

Valérie Gilbert a reçu sa bourse des mains de Stéphanie Roy, conseillère principale, relations communautaires SAPUTO (Photo : gracieuseté)

Valérie, pour sa part,  s’est mérité une bourse d’excellence de 2000 $. Elle étudie présentement en sciences humaines, mais envisage de faire le saut (!) vers le programme Techniques policières.

Médaillée de bronze aux Championnats canadiens, la skieuse a terminé 10e à la Coupe du monde de Mont-Tremblant en 2018. Elle est reconnue pour sa vitesse, sa technique et ses sauts qui font toujours l’objet d’une attention particulière. Tout comme sa consoeur, elle espère se qualifier en vue des Jeux olympiques de 2022!

Félicitations à Valérie et Laurianne pour cet exploit!

 


Construction du Centre collégial de Mont-Tremblant : étapes franchies

Depuis l’annonce de la construction du Centre collégial de Mont-Tremblant, le 6 août 2018, plusieurs étapes ont été franchies par les partenaires du projet, dont le Cégep de Saint-Jérôme, le Centre collégial de Mont-Tremblant et la Ville de Mont-Tremblant, et ce, dans le respect de l’échéancier qui a été convenu.

Depuis l’annonce, les partenaires ont mis la main à la pâte et se sont rencontrés à plusieurs reprises afin de planifier la construction du Centre collégial de Mont-Tremblant.

À la fin de l’année 2018, deux mandats ont été donnés par la Ville de Mont-Tremblant, soit celui du relevé d’arpentage du site retenu, situé juste à côté du bâtiment actuel du Centre collégial, ainsi que de l’étude géotechnique du terrain.

En janvier 2019, la Ville a lancé l’appel d’offres des services professionnels requis pour la préparation des plans et devis de performance, ainsi que pour la surveillance des travaux. La date de dépôt des propositions est le 20 février prochain et le Conseil municipal accordera le mandat à la firme retenue lors d’une assemblée spéciale le 28 février.

La firme devra soumettre les plans préliminaires du concept proposé à la fin du mois de mai pour analyse et recommandation par le comité consultatif d’urbanisme (CCU) afin de s’assurer du respect du plan d’implantation et d’intégration architecturale (PIIA) dans ce secteur. Le plan du concept proposé devra, par la suite, être accepté par les  partenaires et approuvé par résolution du Conseil municipal.

Une fois cette étape franchie, le projet sera déposé auprès de différents promoteurs et les partenaires procéderont à l’étude des propositions soumises par les promoteurs qui souhaitent réaliser le projet de construction du Centre collégial. Le promoteur retenu devrait commencer la construction de l’édifice au mois de septembre 2019. Si tout se déroule conformément à l’échéancier, l’intégration des premiers étudiants devrait s’effectuer à la fin du mois d’août 2020.

Rappelons que l’édifice et le terrain du Centre collégial appartiendront au promoteur du projet. Ce dernier le louera au Cégep de Saint-Jérôme, dont le Centre collégial de Mont-Tremblant relève pour une période initiale de 20 ans avec possibilité de renouvellement.

Lors du déroulement des travaux, une supervision conjointe sera assurée par la Ville de Mont-Tremblant et le Cégep de Saint-Jérôme afin de s’assurer que le projet du Centre collégial est réalisé en conformité avec les normes du ministère de l’Éducation et de l’Enseignement supérieur et dans le respect des besoins de la clientèle. Le rôle de la Ville s’inscrit dans une perspective de facilitateur au dossier afin que le projet de construction d’un centre collégial permanent à Mont-Tremblant se concrétise à court terme.

Cette nouvelle construction représentant presque le double de la superficie actuelle du centre collégial permettra aux étudiants d’habiter des espaces répondant parfaitement à leurs besoins. On y trouvera notamment des salles de classe, des laboratoires de sciences et des laboratoires informatiques, mais également des espaces de socialisation et d’études (cafétéria, salon étudiant, aires d’études, bibliothèque).  Plus qu’un milieu d’études, les étudiants auront droit à un véritable milieu de vie!

À propos

À l’automne 2008, le Centre collégial de Mont-Tremblant, un campus du Cégep de Saint-Jérôme, faisait son entrée sur le circuit des établissements collégiaux. Depuis ce temps, plus de 300 diplômés se sont dirigés avec succès vers l’université ou le marché du travail. Le Centre collégial de Mont-Tremblant favorise l’accessibilité à l’enseignement supérieur en région et permet aux jeunes de demeurer dans leur milieu et d’y obtenir un diplôme de qualité. Le Centre a étendu son offre de formation aux adultes et aux entreprises désireuses de se perfectionner ou de perfectionner leur personnel.


Colloque Plein air – Apprendre à ciel ouvert : 2 enseignants du CSTJ réfléchissent « en dehors » de la boîte!

Christophe Allen et Olivier Morin-Gauthier

Depuis maintenant 3 ans, le Cégep de Saint-Jérôme offre le cours de canot-camping. Plus qu’un simple cours d’éducation physique offert en plein-air, celui-ci propose  une approche pédagogique différente, comme l’ont fait valoir Olivier Morin-Gauthier et Christophe Allen, enseignants au Département d’éducation physique, lors du colloque Plein air – Apprendre à ciel ouvert.

Cet événement, organisé par la Fondation Monique-Fitz-Back et la Fédération des éducateurs et éducatrices physiques enseignants du Québec (FÉÉPEQ) le 8, 9 et 10 février derniers, rassemble des enseignants et éducateurs de tous les niveaux (préscolaire, primaire, secondaire, collégial), mais aussi de disciplines diverses (sciences, arts, français, anglais, éducation physique) dans le but de promouvoir des « interventions extérieures pratiquées dans un rapport dynamique et respectueux avec les éléments de la nature ».

« Les recherches ont démontré que la rétention [des apprentissages] en contexte de plein air est beaucoup plus élevée, puisque c’est un environnement qui est plus évocateur. On remarque aussi une tendance autour du plein air : l’expérience en est souvent plus positive ce qui amène les étudiants à bouger davantage… Ce n’est pas forcément le cas avec les cours traditionnels où on apprend les bases d’un sport comme le badminton… Cette formule plus classique ne convient pas à tout le monde », illustre Olivier Morin Gauthier.

Christophe Allen et Olivier Morin-Gauthier

Lors de ce colloque, les deux enseignants du CSTJ ont donc présenté à leurs collègues le cours qu’ils ont bâti ainsi que les outils pédagogiques qu’ils ont développé afin de les inspirer à emboîter le pas.

« Puisqu’il s’agit d’un cours intensif – on rencontre nos étudiants 4 fois avant de partir avec eux 3 jours, lors de la fin de semaine du Travail –, on s’est dit qu’on allait monter des outils pour les aider à être prêts rapidement. Il y a des capsules vidéo sur YouTube, un guide avec des photos, etc…Bref, ils ont tout ce qu’il faut pour planifier une expédition de canot-camping. C’est d’ailleurs ce qu’ils doivent faire à la fin du cours, dans le cadre de leur évaluation. On a partagé tout ce matériel et nos évaluations avec nos collègues pour les aider. À titre d’enseignant, on veut contribuer au système d’éducation… alors pourquoi travailler en silo? », questionne-il, mentionnant au passage que les enseignants du Collège Brébeuf utilisent déjà les outils développés par le dynamique duo du CSTJ!


Sarah Madgin, lauréate du Prix du CALQ

La Fabrique culturelle, plateforme Web produite par Télé-Québec, propose un portrait touchant de Sarah Madgin, diplômée en Arts visuels du Cégep de Saint-Jérôme et lauréate du Prix du Conseil des arts et des lettres du Québec — Œuvre de la relève à Montréal 2018. 

C’est son oeuvre Dentalium, qui jumelle gravure lithographique et dentelle dans une quête identitaire, qui a retenu l’attention du jury. 

Mentionnons que la jeune femme poursuit aujourd’hui ses études à l’UQAM en Arts visuels et médiatiques. 


3 étudiants-athlètes du CSTJ aux Jeux du Canada 2019!

Trois étudiants-athlètes inscrits à l’Alliance Sport-Études au Cégep de Saint-Jérôme prendront part aux Jeux du Canada 2019 qui se tiendront, du 15 février au 3 mars, à Red Deer en Alberta.

Florence Delsame, Olivier Lessard et Mathieu Dufresne se mesureront aux meilleurs skieurs du pays, lors des compétitions de ski acrobatique. On leur souhaite la meilleure des chances!


Le Rocket de Laval remet 3485 $ à la Fondation!

Profitant d’un arrêt de jeu à la troisième période, le Rocket de Laval a remis un chèque de 3485 $ à la Fondation du Cégep de Saint-Jérôme, le 8 février, à l’occasion d’un match-bénéfice organisé en appui à la campagne majeure « Voir grand pour soigner ».

Cette somme – provenant de la vente de quelque 300 billets pour le match et des revenus du tirage moitié-moitié – servira à l’acquisition d’équipements à la fine pointe de la technologie pour le Centre de simulation haute-fidélité du Cégep de Saint-Jérôme et du Centre collégial de Mont-Laurier.

« Nos étudiantes pourront s’exercer et raffiner leurs compétences en étant confrontées à toutes les situations auxquelles ils devront faire face au terme de leur parcours académique », mentionnent Sylvie Marsan et Annie Denoncourt, les coordonnatrices du Centre de simulation en soins infirmiers.

Bienvenue au « bébé » de la famille!

Lors du match, les partisans ont fait connaissance avec le « p’tit » dernier de la famille : un simulateur nouveau-né. 

Il s’agit du plus récent équipement acquis par le Collège, grâce aux précieux dons récoltés dans le cadre de la campagne majeure « Voir grand pour soigner ». Celui-ci servira à la formation des futures infirmières notamment  en périnatalité et en pédiatrie.

Mentionnons que le Cégep de Saint-Jérôme compte 5 simulateurs (3 hommes, 1 femme et maintenant, 1 nouveau-né!), tandis que le Centre collégial de Mont-Laurier en possède 3 (1 homme, 1 femme et 1 nouveau-né).

Merci à tous les donateurs et aux bénévoles qui ont fait de cet événement un succès!


Fin de session au Costa Rica!

C’est au Costa Rica, du 2 au 16 janvier 2019, que 24 étudiants en Sciences de la nature ont terminé les cours de biologie et d’éducation physique auxquels ils étaient inscrits à la session d’automne 2018. Encadrés par deux enseignants – Caroline Aubé (biologie), Catherine Messier (éducation physique) – et accompagnés par Sophie Dubé (enseignante en biologie), de même que par deux guides costaricains, leur séjour au « pays des gens heureux » s’est avéré aussi enrichissant qu’exaltant !

Lors de la première partie du périple, le groupe était hébergé par des familles de Cuajiniquil, un petit village pittoresque de pêcheurs situé au nord-ouest du pays, au cœur de la forêt tropicale sèche. Puis, pour la seconde moitié du voyage, ils ont séjourné dans une auberge à Bijagua, une localité qui s’étend dans une vallée étroite entre les volcans Tenorio et Miravalles. Les deux dernières journées à Tamarindo leur ont permis de s’initier au surf et observer la ponte de tortues marines.

Se retrouvant hors des sentiers touristiques traditionnels, ils ont eu droit à une expérience authentique incluant des excursions en bateau, des parties de soccer avec les habitants et des visites de fermes biologiques.

Plongé au cœur de l’Amérique centrale, le groupe a visité quatre écosystèmes : la forêt tropicale sèche, la forêt tropicale humide, la mangrove et l’écosystème marin. Dans un cadre pédagogique, les participants ont fait de nombreuses randonnées d’observation, effectué différentes recherches sur le terrain et assisté à des cours sur la plage. Ils devaient relever les principales adaptations des organismes à leur environnement. Ils ont également étudié différents problèmes environnementaux et expliqué la biodiversité par l’évolution. Enfin, pour des fins d’évaluation, les étudiants ont eu à répondre à une douzaine de jeux-questionnaires durant leur séjour et à remettre un travail synthèse à leur retour.

La flore et la faune sauvages faisaient partie intégrante de l’aventure. Ils ont visité des endroits magnifiques, dont la réserve naturelle Cano Negro pour s’adonner à l’observation des oiseaux. Il leur a également été possible de faire une randonnée sur des ponts suspendus dans la canopée de la forêt tropicale humide et de marcher le long de la Rio Celeste, l’une des rivières les plus spectaculaires du pays.

Ils ont aussi eu la chance de côtoyer et d’apercevoir plus de 140 espèces animales : les trois types de singes qu’ils pouvaient potentiellement voir, des paresseux, des grenouilles, des toucans, des pélicans, des colibris, des fourmis, des termites, des iguanes, des geckos, des scorpions, des araignées, des termites, des phasmes, des coquerelles, des chauves-souris, des papillons, des crabes, des méduses, etc.

Et ce n’est pas l’activité physique qui manquait ! Ils ont fait plusieurs longues randonnées, de jour comme de nuit, dont une ayant particulièrement mis à l’épreuve leur force cardiovasculaire, mais qui leur a offert la plus belle des récompenses au fil d’arrivée : des eaux thermales sulfureuses, sur le flanc d’un volcan. À cela s’ajoute des séances de plongée en apnée, plusieurs périodes de baignades dans des petits coins de paradis, du camping sur la plage, du volley-ball et une activité de surf !

En plus de cette programmation étoffée, la délégation étudiante a profité de quelque temps de repos pour tirer le maximum de la pura vida !

 

Remerciements

Mentionnons que ce projet a été rendu possible grâce à l’appui financier de la Fondation du Cégep de Saint-Jérôme.