L’AUTEUR DE « LA RÉPUBLIQUE QUÉBÉCOISE » AU COLLÈGE

Partager cette page à un(e) ami(e)

Votre courriel : * 
Courriel du destinataire : * 
Nom du destinataire : * 
Commentaire (facultatif)

SciencesHumaine-6Titulaire d’un doctorat de l’Institut d’études politiques de Paris, Marc Chevrier est professeur de science politique à l’Université du Québec à Montréal et l’auteur du livre « La République québécoise ». Ce dernier s’adressait aux étudiants en Sciences humaines, dans le cadre d’une conférence, tenue le 25 avril dernier à l’auditorium.

La République québécoise
La République est la grande oubliée de l’histoire politique du Québec, comme si cette idée qui a inspiré tant de peuples dans le monde n’avait rien à nous dire ici. Pour Marc Chevrier, introduire la République dans nos débats, ce n’est pas seulement deviser sur le remplacement de notre monarque constitutionnel par un président élu, c’est s’interroger sur les fondements de notre démocratie. Dans cette perspective, il étudie d’abord un phénomène paradoxal, le « monarchisme québécois », qui se signale par un penchant à séparer l’État de la communauté des citoyens et par un climat intellectuel particulier, ultramontain, où les lumières, en toutes choses, ne peuvent venir que d’ailleurs.

Il fouille ensuite dans le lointain passé de la Nouvelle- France, cette autre grande incomprise, qui constitue peut-être un fascinant embryon de république moderne, commencée par le choc entre le monde européen inégalitaire et l’univers indien sur lequel plusieurs penseurs européens ont projeté des fantasmes de liberté naturelle.

Il trace les chemins à prendre pour fonder une République du Québec et essaie d’en esquisser quelques traits à travers un certain nombre de questions qui se poseront nécessairement aux constituants, peu importe qu’il s’agisse d’une république indépendante ou d’une république qui, appuyée par un référendum majoritaire, aurait à redéfinir sa place à l’intérieur d’un Canada sommé à son tour de se repenser.

Il pose enfin la question, délicate : une culture patriote du bien public au Québec est-elle encore possible?

Voilà une réflexion intéressante!