Annik-Corona Ouellette et Alain Vézina publient un livre qui a du mordant!

Partager cette page à un(e) ami(e)

Votre courriel : * 
Courriel du destinataire : * 
Nom du destinataire : * 
Commentaire (facultatif)

20131211_lancementLivre_Alain_Annick_1Le 11 décembre dernier, deux enseignants du Collège procédaient au lancement de leur plus récent livre : «Le vampire : anthologie des textes fondateurs », publié aux éditions Beauchemin. Annik-Corona Ouellette (enseignante en français) et Alain Vézina (enseignant en cinéma) ont travaillé conjointement à l’étude des œuvres historiques ayant contribué à façonner les traits de cette créature mythique. Plongé dans l’univers fantastique, le couple était d’ailleurs accompagné de leur petit vampire, Anthony, à l’occasion du lancement qui se tenait devant collègues et amis à la salle André-Surprenant.

20131211_lancementLivre_Alain_Annick_2Afin de tracer la genèse de ce personnage légendaire, les auteurs ont choisi de présenter un recueil de textes mettant en scène les premières apparitions du vampire dans la culture populaire. C’est donc à travers l’analyse des œuvres de Dumas, Mérimée, Hoffmann, Byron, Baudelaire, Le Fanu et, bien sûr, Stoker, que le couple expose l’évolution du vampire et son impact sur le grand public. À la lecture de cet ouvrage, ils nous feront notamment découvrir comment cette créature est devenue l’incarnation de nos angoisses et nos désirs les plus inavouables. Bref, un livre qui a du mordant!

Il faut savoir que le tandem n’en est pas à leur première publication commune. En 2009, ils publiaient le résultat de leurs études sur les contes et légendes du Québec de même que l’analyse du roman de Mary W. Shelley « Frankenstein ou le Prométhée moderne ».

Le vampire : anthologie des textes fondateurs
Être complexe qui à la fois fascine et répugne, le vampire traverse les époques sans se démoder. S’affranchissant des limites de la condition humaine, libre de toute entrave morale, il personnifie la subversion. Son existence même contredit l’inéluctabilité de la mort et du retour à la poussière primordiale. Né du croisement du folklore et de la littérature romantique, le vampire a d’abord été ce mort-vivant que la soif du sang pousse à s’extirper du tombeau. Sous la plume d’écrivains comme Goethe ou encore Théophile Gautier, c’est son ardent désir d’être aimé qui explique sa présence parmi les vivants. Même s’il en est dépourvu, le vampire permet bien étrangement de mieux comprendre l’âme humaine.

Merci à la Coopsco des Laurentides qui a parrainé l’événement! Vous pouvez dès maintenant vous procurer le livre à la librairie du Collège.