270 jeunes passionnés se réunissent au CSTJ pour l’intercollégial de théâtre!

Partager cette page à un(e) ami(e)

Votre courriel : * 
Courriel du destinataire : * 
Nom du destinataire : * 
Commentaire (facultatif)

Intercollégial-théâtreIl est 16 h 30. Les cours se terminent à peine au Cégep de Saint-Jérôme que plus de 270 jeunes passionnés de théâtre, provenant d’une vingtaine d’établissements collégiaux de partout au Québec, arrivent en grand nombre, bouillonnant d’énergie. Chargés de valises, d’oreillers et de sacs de couchage, les jeunes artistes prennent d’assaut les lieux pour laisser place à la magie du théâtre le temps d’une fin de semaine.

Du 11 au 13 avril derniers s’est déroulée, dans une ambiance festive, la 28e édition de l’Intercollégial de théâtre. L’événement a eu lieu simultanément dans deux collèges, soit au Cégep de Saint-Jérôme et au Collège André-Grasset. « L’Intercollégial de théâtre est l’occasion pour des cégépiens passionnés de se rencontrer, de créer des liens, de développer des amitiés et de se rendre compte qu’il y a d’autres jeunes qui partagent leur passion pour le théâtre », a expliqué la comédienne Geneviève Néron, porte-parole de l’événement au Cégep de Saint-Jérôme.

Dès le mot d’ouverture, la fébrilité de la foule a donné le ton enjoué, prédominant tout au long de la fin de semaine. « Rapidement tout le monde vibrait autour de la même énergie », a souligné Marie-Claude Du Cap, conseillère à la vie étudiante faisant partie de l’équipe de coordination. Après un an de travail en collaboration avec le Réseau intercollégial   des   activités   socioculturelles   du   Québec   (RIASQ),   qui   orchestre l’événement chaque année, les organisateurs ont pris plaisir à côtoyer les jeunes artistes et à leur faire vivre une expérience inoubliable.

Intercollégial-théâtre2Place au théâtre!
Au  coeur  de  l’événement,  16  troupes  de  théâtre  parascolaire  ont  eu  l’occasion  de présenter, devant une salle comble,  le fruit de leur travail. « Avoir la chance, une fois dans sa vie, de jouer devant une salle qui est conquise à l’avance est une expérience unique pour les étudiants », a indiqué Yoda Lefebvre, metteur en scène de la troupe de théâtre du Cégep de Saint-Jérôme.  Il a ajouté qu’ « il n’y a personne qui est là pour juger, puisque tout le monde marche dans le même sens ».

La  pièce  Six  heures  à  vivre  de  la  troupe  du  Cégep  de  Saint-Jérôme  a  ouvert l’Intercollégial de théâtre. Adaptation d’un texte de Marcel Dubois, la pièce fait le récit d’un petit village, peuplé presque uniquement de femmes, qui reçoit l’annonce d’un cataclysme imminent. À l’approche de la fin du monde et pour mourir en paix avec elles- mêmes, les villageoises confessent leurs méfaits. « J’ai adoré l’expérience! Pour moi, c’était grisant d’avoir réussi à faire rire le public », a confié, Mélanie Valois, membre de la troupe. Pour sa part, Xavier St-Onge du Collège de Shawinigan a apprécié la pièce : « C’était génial! Sur scène, l’espace était très bien utilisé par les comédiens. Il y avait un bon rythme et la musique de fond, présente à plusieurs reprises, était pertinente ». Julie-

Anne Tremblay du Cégep Garneau a ajouté qu’il y avait une bonne réaction du public et que certains rôles étaient très bien joués.

Intercollégial-théâtre3Coups de coeur
La porte-parole Geneviève Néron a apprécié assister à plusieurs représentations. « J’ai beaucoup apprécié le travail du Collège de Maisonneuve qui a présenté la pièce Quelques humains. Le jeu de chacun des comédiens était juste et épuré », a-t-elle mentionné.  « La création collective du Centre collégial de Mont-Laurier était également très touchante. Les étudiants ont beaucoup de talent d’avoir, à la fois, écrit et monter le show », renchérit-elle.

Ancienne étudiante du Cégep de Saint-Jérôme, Geneviève Néron a pris part à un rassemblement de théâtre étudiant comme celui-ci par le passé. « Je me souviens très bien l’année où j’ai participé à un intercollégial de théâtre, puisque c’est là que j’ai compris que je voulais faire du théâtre dans la vie », a-t-elle confié, précisant qu’elle est très touchée d’être la porte-parole de l’événement cette année.

Des rencontres enrichissantes
Dans le but d’offrir une formation aux participants, ces derniers ont eu l’opportunité d’assister à l’atelier de leur choix portant sur des sujets diversifiés, dont l’écriture dramatique, l’éclairage de scène et l’art clownesque.  « Lorsqu’il est venu le temps de choisir les ateliers, nous avons donné la priorité aux enseignants et aux artistes de la région », a affirmé la coordonnatrice Marie-Claude Du Cap. Elle a souligné la présence de Vincent Richer, un ancien étudiant du Cégep de Saint-Jérôme, qui a récemment obtenu son diplôme de l’École nationale de l’humour.

Marie-Christine Trudel-Langevain du Cégep de Saint-Laurent et Alexandra Demers du Cégep de Sherbrooke ont assisté à un atelier d’initiation à la marionnette, animé par la comédienne et marionnettiste de formation, Jessica Blanchet. « Nous avons appris les principes de base pour que la marionnette ait l’air en vie. C’est intéressant, puisqu’il faut transmettre l’émotion du personnage dans un objet », ont-elles déclaré, spécifiant qu’elles ont apprécié explorer une nouvelle forme d’art.

Le comédien, metteur en scène et animateur de radio, Miguel Doucet, a également donné un atelier pour démystifier les différentes formes d’auditions. Krystelle Raymond du Collège de Rosemont a apprécié la formation : « C’est le fun, parce que les trucs que j’ai appris dans l’atelier me seront utiles dans plusieurs sphères de ma vie, pas seulement en théâtre. »

Rires, sourires et mots d’encouragement, les étudiants ont pris le temps de se féliciter et de reconnaître le travail accompli par chacune des troupes de théâtre. L’ambiance était à la fête et a permis à ces jeunes de célébrer leur amour pour le théâtre.

 

Par Isabelle Neveu
Étudiante en journalisme et communications