Tragédie du langage : les dérives de la langue française présentée par les finissants en théâtre

Partager cette page à un(e) ami(e)

Votre courriel : * 
Courriel du destinataire : * 
Nom du destinataire : * 
Commentaire (facultatif)

TragedieduLangage-1917En novembre dernier, les finissants de l’option Théâtre ont présenté la pièce « Tragédie du langage », écrite et mise en scène par leur enseignant Patrice Joly. Les quelque 1 000 spectateurs ayant assisté au spectacle à l’auditorium du Collège, lors des quatre représentations, ont eu droit à une œuvre résolument inspirée par le mouvement dadaïste et absurde du début du XXe siècle.

En effet, c’est un spectacle multidisciplinaire, faisant appel à la comédie, à la danse et au chant, sur lequel les étudiants ont travaillé depuis fin août. Avec humour, les acteurs ont été appelés à jouer avec les dérives et les absurdités de la langue française.

« Tragédie du langage » ou « Comment semer des choux et récolter des lapins »
Avec des extraits de pièces et de poèmes de Ionesco, Schwitters, Tardieu, Boudreault, mais également des clins d’œil à Devos, Ball, Visniec, les Cyniques et Joly, c’est une galerie de près de trente personnages qui font vivre aux spectateurs des situations banales en apparence, mais toujours déconcertantes en réalité. Soutenus par des chansons de Boris Vian, Bertand Laviliers, Philippe Katerine, Plume Latraverse et quelques classiques détournés dans un univers aussi rigoureux que fantaisiste, ces derniers explorent les jeux sonores et musicaux de la langue française. L’histoire se déroule au premier congrès de neuropataphysique sur les troubles du langage et de la personnalité, lors duquel deux éminents spécialistes présentent quelques cas cliniques singuliers dans une perspective historicopseudoscientifique.

« Nous avons hésité entre Comédie ou Tragédie du langage. Or si les dérives langagières sont très amusantes et révélatrices d’une effervescence imaginative pas si hors du commun qu’on pourrait le croire en ce siècle de grandes innovations technologiques, elles sont également des signes pathétiques à certains égards de la modernité, c’est-à-dire du grand égarement où chacun se débat à la recherche d’une voie, d’un chemin personnel qui ait un tant soit peu de bon sens avec sa personnalité, son caractère, ses dispositions. Tragiques donc ces jeux avec la langue française, car bien souvent, dans la réalité, il ne s’agit pas de jeu justement. », a expliqué Patrice Joly, auteur de la pièce.

Nous souhaitons féliciter les acteurs qui terminent leur session sur une belle note de succès!

Merci également à tous ceux qui ont contribué à la réalisation de cette pièce originale :

Christian Jutras à la direction de production et à la réalisation des accessoires décors ;
Gabrielle Bouchard aux costumes ;
Gérald Paquette à la conception des éclairages ;
Vincent Julien aux arrangements musicaux.