La démocratie s’invite au RIDM

Partager cette page à un(e) ami(e)

Votre courriel : * 
Courriel du destinataire : * 
Nom du destinataire : * 
Commentaire (facultatif)

Marianne Di Croce, enseignante au CSTJ, faisait partie d’un panel avec Amir Khadir , Marcos Ancelovici et Nadine Gomez. (Photo : gracieuseté Thomas Saupique)

Dans le cadre des 21e Rencontres internationales du documentaire de Montréal (RIDM), Marianne Di Croce, enseignante de philosophie au Cégep de Saint-Jérôme, a pris part à une  une discussion autour de la question : Quelle démocratie ?, le 17 novembre, à la Cinémathèque québécoise.

En compagnie d’autres panélistes – Amir Khadir (médecin spécialiste et Député de Mercier de 2008 à 2018),  Marcos Ancelovici (professeur au Département de sociologie de l’UQAM) et Nadine Gomez (cinéaste et réalisatrice) – elle a obordé différents aspects de la démocratie : sa définition, les crises qu’elle traverse, l’engagement politique, la place des citoyens et citoyennes, le rôle des médias, etc.

Marianne Di Croce en a profité pour faire valoir le rôle fondamental de l’éducation en démocratie. Elle a notamment insisté sur l’importance d’une formation qui permet aux jeunes de comprendre les enjeux sociaux et politiques actuels et de développer une réflexion critique sur le monde dans lequel ils vivent.

Mentionnons que l’enseignante réalise actuellement un doctorat en pensée politique à l’Université d’Ottawa et s’intéresse en particulier à la liberté politique des citoyens et citoyennes. Elle a donc eu l’occasion de partager un peu le fruit de son travail en abordant des questions telles que le rôle de l’action citoyenne en démocratie et l’importance d’un véritable espace public.

La discussion – qui s’est conclue par une période d’échanges avec le public – aura permis aux participants d’élargir leurs horizons et d’approfondir leur réflexion. L’événement constituait en ce sens un beau complément à la programmation des RIDM qui comptait cette année un grand nombre de films liés de près où de loin aux enjeux démocratiques.