Planétoscope : mieux comprendre la guerre pour prôner la paix

Partager cette page à un(e) ami(e)

Votre courriel : * 
Courriel du destinataire : * 
Nom du destinataire : * 
Commentaire (facultatif)

De retour pour une 3e année, le festival Planètoscope a présenté 10 documentaires et films de fiction traitant du thème « Guerre et paix », du 18 au 22 mars. 

Selon Édith Martel, enseignante en sociologie au Département des sciences sociales du CSTJ et instigatrice du projet, il était important d’aborder cette question.
« [Nous avons proposé] des films parfois difficiles à regarder de par la dureté de leur propos (torture, conflits, pertes humaines, déplacement de populations, chocs post-traumatiques,etc.). Néanmoins, leur visionnement apparaît nécessaire pour prendre conscience des conséquences des guerres et des conflits dans le monde », explique-t-elle.

Chaque projection a été suivie d’une discussion de fond en compagnie d’artisans (réalisateurs, monteurs) qui ont collaboré aux différents films, de chercheurs qui s’intéressent à la question des guerres, de militants engagés ou encore, d’enseignants.

Parmi les panélistes se trouvaient le réalisateur du film Un journaliste au front, Santiago Bertolino;  le porte-parole de Greenpeace, Patrick Bonin, qui a parlé des réfugiés climatiques; l’infirmière pour Médecins sans Frontières, Liza Courtois, et la conseillère technique pour Oxfam, Erika Salem, qui ont parlé de leur expérience auprès des migrants ainsi qu’Yves Rochon et Hassoun Karam qui ont témoigné avec émotion de leur expérience en Palestine et au Liban.

Une nouveauté cette année : plusieurs enseignants du CSTJ ont également pris part à la discussion. Hadi Qaderi (science politique), Louis Lafrance (psychologie), Nicolas Fournier (sciences sociales) et Simon Chavarie (histoire) ont donc agi à titre d’experts invités.

 

 Remerciements

Les organisateurs de l’événement tiennent à remercier la Fondation du Cégep de Saint-Jérôme pour son appui financier qui a permis la tenue de cet événement.