L’écotourisme et le développement durable : des valeurs véhiculées jusqu’en République Dominicaine!

Partager cette page à un(e) ami(e)

Votre courriel : * 
Courriel du destinataire : * 
Nom du destinataire : * 
Commentaire (facultatif)

DSC00784Pour une 10e année consécutive, le Service de l’animation culturelle du Cégep de Saint-Jérôme coordonnait un stage de solidarité internationale. Le plus récent voyage effectué faisait toutefois office de première, puisque c’est pour un tout nouveau projet de coopération en République Dominicaine que 24 étudiants de CSTJ se sont mobilisés. C’est la communauté de Los Bueyes qui a bénéficié du passage de la troupe engagée du Collège et des retombées du projet visant à encourager et faciliter l’utilisation du vélo. Réalisée en janvier dernier, cette première édition fut prometteuse pour l’avenir!

DSC00823« Le Collège avait l’habitude de visiter le village de Fonakeukeu au Cameroun, au départ c’était pour construire une pépinière, puis, au fil des ans, nous avons contribué au reboisement de la forêt et, enfin, bâti des dizaines de fours à combustion lente. », soulignait Marie-Claude Du Cap, qui a initié les échanges interculturels au Cégep.

Or, grâce à des liens tissés en République Dominicaine, le Service de l’animation culturelle a saisi l’opportunité de développer un nouveau projet centré sur le sport, l’écotourisme et le développement durable, des thèmes pour lesquels les jeunes montrent un intérêt de plus en plus évident. 

Ainsi, c’est après 10 mois de préparation que le groupe s’est envolé pour un périple de trois semaines à Los Bueyes, une petite communauté située dans les montagnes dominicaines près de Puerto Plata. Accompagnés par Marie-Claude Du Cap, conseillère à la mobilité internationale, Joey Leckman et Olivier Morin Gauthier tous deux enseignants au Département d’éducation physique, les participants, issus de différents programmes d’études, ont eu la chance de partager leurs passions communes : l’aventure et l’implication!

Sur place, ils ont mis en oeuvre leur projet de contribuer au développement touristique de l’endroit, et ce, tout en prônant l’écotourisme.  Pour remplir leur mandat, ils ont travaillé à mettre en place une série de moyens concrets visant à positionner le vélo comme un moyen de transport sain et écologique de même qu’une activité touristique de choix.

republique-dominicaine-2Une flotte de vélos et un nouveau sentier maintenant à la disposition du village
Dans un premier temps, le groupe s’est attardé à l’implantation d’une flotte de vélos. Après avoir réparé les 30 vélos qu’ils ont recueillis grâce à des donations, organisé leur transport vers la République Dominicaine, offert sur place des ateliers de formation pour l’entretien et élaboré un système logistique, le groupe a finalement rendu disponible la flotte. Utile pour les déplacements des habitants, elle contribuera à réduire l’empreinte écologique de la communauté, mais elle servira surtout à diversifier les activités touristiques offertes.

D’ailleurs, les touristes ont maintenant accès à un superbe circuit balisé sur lequel il est tentant d’aller faire une randonnée en vélo. En effet, avec la collaboration du Centre écotouristique Sereno de la Montana, les jeunes ont également développé le réseau de sentiers pédestres. Ils ont défriché plus 1 040 mètres de chemin, ce qui favorise grandement l’accès entre les destinations d’intérêt. Ce nouveau passage ouvre également la voie à des excursions exceptionnelles dans un environnement naturel préservé.

« L’idée est que, grâce à ces attraits supplémentaires, les touristes séjourneront sans doute plus longuement dans la communauté, y dépenseront davantage et contribueront donc directement à l’essor économique de cette petite région. », de dire Joey Leckman, un enseignant en éducation physique qui a participé au séjour.

Un projet de développement durable sur cinq ans
Le projet, qui s’étendra sur cinq ans, s’inscrit dans un programme global de développement durable visant à supporter la croissance de Los Bueyes. Deux autres groupes seront appelés à y voyager au courant de l’hiver 2015 afin de participer à la transformation et l’exploitation d’un fruit propre à la région, le zapote. Il est également prévu de participer à l’amélioration des outils promotionnels et marketing du centre écotouristique. Bref, en gardant toujours en tête le bien-être de la communauté et le respect de l’environnement, plusieurs autres initiatives signées CSTJ viendront stimuler l’économie locale et favoriser l’autonomie financière du village.

Plaisir, apprentissages et souvenirs inoubliables ont été rendez-vous tout au cours de cette aventure!

republique-dominicaine-1DSC00848DSC00812DSC00785


L’équipe du CSTJ arrive 2e aux Jeux de sciences humaines

jeux de sciences humaines_mars2014Quatre étudiants vifs d’esprit du Collège ont décroché la deuxième position lors des Jeux de sciences humaines, tenus à Québec, les 22 et 23 mars derniers. Accompagnés par leurs enseignantes Edith Martel et Édith de la Sablonnière, ces derniers se sont rendus au Cégep de Sainte-Foy afin de participer à cette compétition amicale, à laquelle prenait part une soixantaine d’étudiants provenant de 10 cégeps de partout au Québec.

20140326_jeuxSciencesHumaines_1L’équipe du CSTJ était composée de Si-Lian Ruel, Julie Creamer-Hébert, Karell Michaud et Alexandre Raymond-Desjardins. En unissant leurs forces et en faisant bon usage des conseils de leurs coachs, ces quatre vaillants érudits ont réussi à tirer leur épingle du jeu tant dans les épreuves artistiques qu’intellectuelles.

Il fallait qu’ils puissent faire preuve d’aisance et d’ingéniosité devant le défi artistique, la joute oratoire, l’énigme de même que le jeu-questionnaire… et ils n’en ont pas manqués! C’est d’ailleurs grâce à leur sens de l’observation et à leur rapidité qu’ils ont remporté le rallye photo.

Pas étonnant donc qu’ils aient réussi à se hisser au deuxième rang du classement des collèges, un honneur assorti d’une bourse de performance de 200$.

Félicitations à l’équipe! En faisant valoir vos habiletés et vos connaissances, vous avez fièrement représenté tous les étudiants en sciences humaines du CSTJ!


1RE ÉDITION DU FORUM ENJEUX ET SOLUTIONS VÉ

20140313_itaq_forumVE_114La première édition du Forum Enjeux et Solutions VÉ, organisée au Cégep de Saint-Jérôme cette semaine par l’Institut du transport avancé du Québec (ITAQ) et le Consortium Inno-VÉ, a suscité un grand intérêt et fait naître de nouvelles synergies parmi une centaine de spécialistes du milieu du véhicule électrique.

Dans un contexte où l’électrification des transports a été clairement identifiée par le gouvernement du Québec comme une priorité économique nationale, le Forum Enjeux et Solutions VÉ avait pour objectif de stimuler la filière de l’électrification des transports par des conférences et des ateliers structurés favorisant la coopération entre les industriels, les experts scientifiques, les donneurs d’ordres et les organismes gouvernementaux.

« Je suis très heureux du succès de cette première édition. Il est opportun de développer un concept d’événement qui vise à faire naître de nouvelles synergies entre les acteurs du milieu. J’ai trouvé intéressant de voir de nouvelles personnes s’intéresser au domaine et enrichir les réflexions », de constater le directeur de l’ITAQ, monsieur François Adam.

« Réunir autant de chercheurs dans un événement collaboratif avec l’industrie était un défi que nous avons relevé avec brio. L’objectif d’établir des contacts intéressants et d’élargir notre vision de l’électrification des transports a été atteint. Les informations recueillies lors de cette journée nous seront très précieuses », d’ajouter le directeur général du Consortium Inno-VÉ, monsieur André St-Pierre.

Le concept interactif des débats a permis aux participants de travailler ensemble en petits ateliers sur des enjeux du véhicule électrique pour faire émerger des pistes de solutions qui sont les prémisses du développement de nouveaux concepts ou produits québécois.

« J’ai été impressionnée par la qualité des participants que nous avions dans la salle. Notre savoir-faire au Québec en matière d’électrification des transports est assez exceptionnel. Nous sommes fiers d’avoir pu abriter cette première édition du Forum Enjeux et Solutions VÉ où notre agora fut majestueusement embellie pour l’occasion », de conclure la directrice du Cégep de Saint-Jérôme, madame Francine Paquette.

Cet événement a été soutenu et financé par la région des Laurentides grâce à la participation financière de la Conférence régionale des élus (CRÉ) des Laurentides et du ministère des Finances et de l’Économie, avec la collaboration du Cégep de Saint-Jérôme, du Pôle d’excellence québécois en transport terrestre et du ministère de l’Enseignement supérieur, de la Recherche, de la Science et de la Technologie.


LE SALON EMPLOI, TOUJOURS AUSSI POPULAIRE!

20140313_salonEmploi_7Le Salon emploi du Cégep de Saint-Jérôme et de l’UQO (campus de Saint-Jérôme) a rencontré un véritable succès, jeudi dernier, pour sa 6e édition. Plus de 1 000 visiteurs ont afflué vers le gymnase du Cégep afin d’aller à la rencontre des organisations présentes, lesquelles étaient au nombre record de 63 cette année.

Le Salon emploi réunissait des représentants d’organisations, publiques et privées, œuvrant dans les secteurs social, manufacturier, de l’administration, de la santé, des loisirs, de l’éducation et des technologies de l’information et de la communication.

Comme lors des éditions précédentes, les employeurs ont rencontré une concentration importante de candidats qualifiés et ont pu franchir les premières étapes de recrutement de nouveau personnel.  « En plus d’avoir pu réaliser un premier contact avec des postulants pour des emplois à pourvoir à court terme, les exposants auront aussi profité de la journée pour enrichir leur banque de candidatures pour des ouvertures imminentes de postes au sein de leur organisation. », de souligner Roxanne Desjardins, responsable du placement étudiant au Cégep de Saint-Jérôme et membre du comité organisateur du Salon.

D’autre part, en discutant avec les exposants, les chercheurs d’emploi de la région ont pu développer leur réseau professionnel. Il s’agissait aussi d’un rendez-vous incontournable pour les finissants des 12 programmes techniques du Cégep de Saint-Jérôme ainsi que ceux des programmes universitaires en administration, éducation, psychoéducation, travail social et sciences infirmières de l’UQO (campus de Saint-Jérôme). Ceux-ci s’apprêtant à décrocher leur diplôme, ils y ont vu une opportunité unique de réseautage, utile à la préparation de leur entrée sur le marché du travail.

Avec plus de 1 000 emplois à pourvoir, la rencontre entre les entreprises et les chercheurs d’emploi s’est avérée profitable pour les deux parties. Et c’est d’ailleurs parce que cet événement est si porteur d’avenir que le CSTJ, l’UQO, le CLD Rivière-du-Nord et Emploi-Québec s’unissent chaque année pour jouer les entremetteurs et tisser des liens avec la collectivité.

Un nouveau site pour suivre les actualités du marché régional de l’emploi toute l’année!
Bien que le Salon emploi a l’avantage de permettre à tous de réseauter et de multiplier les entretiens, en un seul lieu et une seule journée, les organisateurs ont souhaité donner un nouveau souffle à l’activité et pérenniser sa durée de vie. Désireux de poursuivre leur mission toute l’année, ils ont lancé un tout nouveau site Web, qui permettra aux partenaires, visiteurs et exposants de demeurer branchés sur les nouvelles du marché de l’emploi de la région.

Le site salonemploi.ca contient des articles et des documents pertinents pour tous ceux qui sont dans un processus de recherche d’emploi et permettra à tous de patienter à la prochaine édition!


TABLE RONDE EN MULTIMÉDIA : LE CSTJ TOUJOURS À L’AVANT-GARDE!

20140311_tim_rencontreIndustrie_2Soucieux de diplômer chaque année des techniciens performants, créatifs et qui maîtrisent les technologies récentes, le Département de multimédia avait convié, le 11 mars dernier, des représentants d’entreprises pour une rencontre d’échanges et de concertation. Neuf professionnels du domaine ont saisi l’opportunité, acceptant avec enthousiasme de prendre part aux discussions sur les défis actuels et futurs que posent la profession d’intégrateur multimédia.

20140311_tim_rencontreIndustrie_1La rencontre visait à mettre en commun les idées de ce panel d’experts, afin que les finissants soient fins prêts pour le marché du travail et puissent continuer à perpétrer la tradition d’excellence, déjà bien ancrée au Cégep de Saint-Jérôme.

C’est un groupe constitué de diplômés, d’anciens enseignants et de partenaires  de stages qui ont pris place à cette table ronde. Ayant tous tiré leur épingle du jeu dans un milieu diversifié et évolutif, ces derniers étaient les mieux placés pour commenter et suggérer de nouvelles approches, normes et technologies. Par ailleurs, bien conscients qu’une main-d’oeuvre qualifiée constitue un facteur de compétitivité, les employeurs présents n’ont pas hésité à partager leurs besoins en terme de compétences techniques et personnelles des finissants.

Heureux de la tribune qui leur était offerte, les représentants des entreprises se sont montrés fort satisfaits du déroulement de la rencontre. Celle-ci a d’ailleurs permis de valider la qualité de la formation dispensée par le Cégep de Saint-Jérôme et d’orienter les prochaines actions du Département de multimédia.

Les années à venir s’annoncent fertiles en développements et le Collège, appuyé par les meilleurs entrepreneurs et artisans de la région, s’engagera avec le même rythme soutenu dans la réalisation de sa mission d’éducation!

Merci à nos partenaires :

M. Benoit Arsenault de Publi-7
M. Julien-Karl Bellomo de Codems
M. Martin Lafrance de Discrete Trading
M. Paul Ortchanian de Edelman Digital
M. Mathieu Delorimier d’OpenMind
M. Pier-André Roy de ParDesign
M. Louis-Philippe Dea de Guerilla web
M. Simon De Montigny d’Absolunet
M. Benoit Renaud d’Absolunet


L’analyse des retombées du MIPEC : un projet possible grâce à la participation de trois collèges

Logo-40e-grandÀ l’automne 2012, les cégeps de Sherbrooke, Victoriaville et Saint-Jérôme ont participé à un projet financé par la Délégation collégiale de PERFORMA intitulé Le MIPEC, un véritable accélérateur d’insertion professionnelle. Ce projet visait à documenter les retombées du premier cours du MIPEC, le PED 750 – Insertion en enseignement au collégial, portant sur l’insertion professionnelle des nouvelles enseignantes et des nouveaux enseignants au collégial.

Le microprogramme de 2e cycle en insertion professionnelle en enseignement au collégial (MIPEC)
Implanté depuis 2000, le microprogramme de 2e cycle en insertion professionnelle en enseignement au collégial de 15 crédits (MIPEC) offre aux nouvelles enseignantes et aux nouveaux enseignants du réseau collégial une formation sur leur lieu de travail,  visant à favoriser leur insertion professionnelle tout en leur permettant de développer des habiletés de praticienne ou praticien réflexif. Par cette nouvelle offre de programme, PERFORMA devenait un allié important pour le développement professionnel des enseignantes et enseignants du collégial.

Depuis son implantation, 400 enseignantes et enseignants ont terminé ce microprogramme de 2e cycle, et ce, dans 29 établissements différents. Plus globalement, ce sont 1678 enseignants qui ont  fréquenté le premier cours de ce microprogramme.

Les finalités du projet
Mieux connaître les croyances initiales des enseignantes et enseignantes du collégial en 2013, mieux comprendre comment s’opère le passage d’une identité de professionnel d’une discipline donnée à celui de professionnel enseignant au collégial, mieux cerner ce que représente la gestion de classe pour une nouvelle enseignante ou un nouvel enseignant d’aujourd’hui, voilà quelques exemples de l’utilisation que les deux chercheuses voulaient faire des données recueillies dans le cadre de ce projet sur les retombées du MIPEC.

La collecte des données auprès des enseignantes et enseignants inscrits au PED 750
La collecte des données s’est faite en trois temps. Un questionnaire auprès des participants, une analyse de leur dernier travail et un groupe de discussion ont permis de croiser des données et de confirmer la présence de retombées de la formation du premier cours du microprogramme, notamment celle de la transformation de la représentation de l’identité professionnelle qui s’est opérée dans le cadre du cours.

Résultats
Les participants à ce projet ont exprimé leur perception d’un changement significatif dans leur identité professionnelle.

Au fil des jours, les expériences en classe provoquent une déstabilisation et affectent leur sentiment de compétence. C’est parfois un véritable choc : « Je fus très surprise de voir tous les rôles qu’un enseignant pouvait avoir. » , « Le rôle de l’enseignant est beaucoup plus complexe que je ne me l’imaginais. »

Remettant en question leur modèle de référence, ils remettent en question aussi leur choix professionnel. Leur modèle de référence très souvent forgé par leurs expériences en tant qu’étudiants est ébranlé au contact de leurs premières expériences en classe. En cours de session, ils découvrent que certaines de leurs croyances ne tiennent pas la route en situation d’enseigner. Ils constatent aussi qu’enseigner au collégial comporte de nombreuses tâches.

Ce changement est accompagné de découvertes quant à leur relation avec les étudiants. Confrontés à une certaine idéalisation des étudiants, certains sont déçus de devoir intervenir auprès d’eux pour les motiver à apprendre.

Ils apprennent à se remettre en question et acceptent de partager leur expérience entre collègues. Confrontés à la réalité, ils considèrent désormais avoir moins de compétences qu’ils croyaient au départ. Ces sentiments leur font vivre de l’isolement, de la solitude, de la gêne voire de la honte. Pour plusieurs participants, parler de leur problème à des collègues est plutôt rare en début de carrière. L’expérience de formation avec des personnes de leur collège permet d’installer plus rapidement un climat de confiance qui amenuise la peur du jugement. Ils osent donc parler de leur stress qui dépasse souvent celui normal d’une exposition à un groupe. Ici aussi le recours aux métaphores donne du sens à l’expérience vécue. Elles constituent une entrée agréable et  sécurisante pour une démarche d’analyse réflexive.

En conclusion, dans la mesure où les croyances sont mises à jour et habilement confrontées à des cadres de référence reconnus du milieu, on peut imaginer que l’écart  entre ce qui se vit en classe et ce que l’enseignant voulait faire et ce qui est attendu par l’établissement s’amenuisera sans trop de heurts, si l’enseignant poursuit une démarche de réflexion sur sa pratique soutenue par une formation telle que celle du microprogramme en insertion professionnelle.

Pour plus d’informations sur le programme : http://www.usherbrooke.ca/performa/fr/programmes/2e-cycle/microprogramme-de-2e-cycle-en-insertion-professionnelle-en-enseignement-au-collegial-mipec/

 

Par Mesdames Sylvie Bessette et Marilyn Cantara. Madame Bessette est chargée de projet au Secteur PERFORMA de la Faculté d’éducation de l’Université de Sherbrooke. Elle a été conseillère pédagogique au Cégep de Sherbrooke et est retraitée depuis peu. Madame Cantara est conseillère pédagogique et répondante locale PERFORMA depuis 2007. Elle a joint l’équipe de PERFORMA à titre de responsable du MIPEC en provenance des collèges en 2012.


Alliance Sport-Études : une vice-championne canadienne chez les étudiants-athlètes!

cstj_nouvelle_karyaneBelisle_022014Karyane Bélisle, étudiante en soins infirmiers et athlète membre de l’Alliance Sport-Études, vient d’accomplir tout un exploit avec son équipe, le Club de patinage artistique de Saint-Léonard. C’est que la jeune sportive de 18 ans est revenue couronnée du titre de vice-championne canadienne, à l’issue des Championnats canadiens de patinage synchronisé 2014, tenus à Burnaby en Colombie-Britannique, du 20 au 23 février derniers.

Karyane et ses collègues ont récolté un total de 215 points à l’épreuve du combiné (programme court et programme long), un record pour l’équipe qui n’avait jamais franchit le cap des 200 points. Portée par cette performance, l’équipe se rendra en Italie en avril pour les Championnats du monde, où elle espère atteindre l’une des marches du podium. 

Le Collège est fier du succès remporté par Karyane et son équipe et leur souhaite le meilleur pour le futur!