ANNABELLE AMYOT S’ILLUSTRE! L’ÉTUDIANTE EN ARTS VISUELS VERRA SON TABLEAU ACCROCHÉ AU CHÂTEAU LAURIER

Partager cette page à un(e) ami(e)

Votre courriel : * 
Courriel du destinataire : * 
Nom du destinataire : * 
Commentaire (facultatif)
Annabelle-Amyot

Titre: Maternelle, 2014, peinture acrylique, 152, 40 cm X 60, 96 cm Artiste : Annabelle Amyot

Annabelle Amyot, une étudiante en arts visuels du CSTJ, a récemment vu son talent artistique reconnu par Collèges et Instituts Canada (CICan). Après avoir répondu à un appel haut en couleur lancé à tous les étudiants d’établissements collégiaux canadiens, cette dernière apprenait cette semaine que son œuvre abstraite a été choisie pour embellir le bureau national de l’organisation, au Château Laurier, à Ottawa. 

Cet hiver, CICan invitait les étudiants du pays à soumettre leurs illustrations, peintures, sculptures, photos ou dessins techniques, dans le cadre de la Vitrine d’art 2015. C’est dans ce contexte que la peinture d’Annabelle, la favorite du jury parmi tous les dossiers provenant du Québec, a mérité l’une des six mentions honorables accordées aux meilleurs dossiers reçus.

Assortie d’un prix de 200 $, cette distinction est doublée du privilège pour la jeune artiste de voir son tableau accroché au Château Laurier, connu officieusement comme la « troisième chambre du Parlement ». Son œuvre trouvera également vitrine dans les publications de CICan et sera présentée en salle de montre durant la conférence annuelle de l’association, tenue à Winnipeg, du 24 au 26 mai.

 

Félicitiations Annabelle!
Nous t’encourageons à poursuivre dans la voie de la création!


Collèges et Instituts Canada est la voix nationale et internationale des collèges, instituts et cégeps publics au Canada.


Atelier d’estampe japonaise pour les étudiants en arts visuels

prospectus_h2015_artsVisuels_3_webLe 23 avril, 20 finissants du programme d’Arts visuels ont pris part à un atelier d’estampe japonaise, dans le cadre de leurs cours Intégration visuelle. Dirigée par Louise Bloom, artiste, formatrice et présidente du conseil d’administration de l’Atelier de l’île, cette activité de création se déroulait dans le hall de l’auditorium, sous le regard attentif et curieux des étudiants qui passaient.

C’était l’occasion pour les artistes du CSTJ de s’initier à cette forme d’artisanat, laquelle a connu son apogée à la fin du 19e siècle avec l’illustration de paysages, de scènes érotiques ou encore de scènes pittoresques mettant en valeur la vie de marchands.

La technique consistait alors à tracer sur une feuille de papier de riz un dessin qui était par la suite appliqué sur une planche en bois, une plaque de métal ou une pierre lithographique. Après avoir gravé l’illustration, la planche était enduite d’encre et passée sous presse dans le but de transférer l’image sur un support choisi.

prospectus_h2015_artsVisuels_6_webEn définitive, l’estampe étant le résultat de l’impression d’une gravure, les étudiants ont eu la chance de façonner eux-mêmes leur image en l’imprimant à partir d’une plaque de polymère transparent, un procédé leur permettant de donner vie à leur œuvre monotypique d’inspiration japonaise.

Le Département des Arts visuels du Cégep de Saint-Jérôme est fier de collaborer avec l’Atelier de l’île, un centre d’artistes autogéré, spécialisé en estampe contemporaine.


LE CSTJ LANCE SA TOUTE PREMIÈRE SÉRIE WEB

villetranquille3Le 23 avril en soirée, le Service de l’animation culturelle procédait au lancement devant public de la toute première série Web du Collège et, par la même occasion, à la projection en primeur de l’épisode numéro 1. Produite par un groupe de 12 étudiants issus de différents programmes d’études, la série intitulée Ville tranquille est une initiative originale dans le réseau collégial. Il s’agit en effet du premier projet de fiction à avoir été réalisé dans ce format, dans le cadre d’une activité parascolaire.

Initié à l’automne dernier, le travail de création a permis aux participants de s’impliquer dans toutes les phases du projet (scénarisation, logistique, interprétation, montage et postproduction), tant devant que derrière les caméras. C’est d’ailleurs soutenus par une équipe composée de professionnels du milieu que ceux-ci sont arrivés à mener le projet à bien, forts d’une structure de travail planifiée et de conseils avisés.

Le groupe d’étudiants était accompagné par deux réalisateurs diplômés en cinéma du CSTJ, Olivier Despaties et Alexandre Lepage, de même que par le scénariste Gaëlyodaiain Lefebvre. Ensemble, ils sont plongés dans l’aventure avec l’ambition de signer un produit de qualité supérieure qui, espèrent-ils, suscitera un engouement sur le Web.

Une tradition de libre expression bien ancrée au CSTJ
Jusqu’à tout récemment et depuis plus de 20 ans déjà, le Cégep de Saint-Jérôme offrait à tous ses étudiants l’opportunité de s’impliquer au sein d’une troupe de théâtre parascolaire. Bien implantée dans la vie collégiale, la troupe a toujours fait bon usage de la liberté qui lui était accordée pour orchestrer des performances saisissantes, mettant en lumière les aptitudes de ses membres. Ce sont d’ailleurs plus de 300 personnes qui ont gagné en confiance à travers cette expérience scénique au fil des ans.

Or, à l’aube de la rentrée scolaire 2014, un grand virage a été entrepris, dans l’esprit de rejoindre un public plus large et de s’ouvrir sur l’ère 2.0. Avec la contribution financière de la Fondation du Collège, le Service de l’animation culturelle a pu concrétiser son idée de produire une série Web, laquelle prendrait forme entre les mains d’étudiants désireux d’exprimer leur créativité au profit d’un projet artistique.

Ville tranquille : cinq épisodes sur fond d’humour noir
En somme, teintée d’un humour noir et marquant un nouveau chapitre, la série promet de surprendre. L’histoire prend vie 10 ans après que le Virus de la Trentaine ait décimé toute la population adulte sur Terre. Lorsque le maire d’une petite communauté nommée Ville tranquille est assassiné, les citoyens lancent une chasse aux sorcières contre le Cercle des fermières, une association terroriste féministe. Une journaliste entêtée découvrira toutefois un complot de plus grande envergure…

Les artisans du projet invitent la population à adopter la série, qui proposera un épisode hebdomadairement, pendant cinq semaines, mis en ligne au cstj.qc.ca/serieweb.

 


Les techniciens en loisir formés au cstj sensibles aux besoins des personnes handicapées

150408_TIL_remisePrix_2_webCette session, les 33 étudiants en 2e année du programme Techniques d’intervention en loisir ont complété avec succès la Formation nationale en accompagnement en loisir pour les personnes handicapées (FACC).

Dispensée par l’Association régionale de loisirs pour personnes handicapées des Laurentides (ARLPHL) – un organisme communautaire dont la mission est de développer et de promouvoir l’accessibilité aux activités de loisir, de sport, de culture et de plein air adapté – cette formation s’inscrivait dans le cadre du cours Clientèles particulières.

S’étalant sur une période de trois jours, l’exercice a permis de certifier les compétences des étudiants sur le plan de l’intervention auprès des personnes handicapées et de les outiller d’une méthode de travail efficace pour l’adaptation des activités de loisir pour cette clientèle.

En somme, forts de la formation spécialisée qu’ils ont reçue de l’ARLPHL, les techniciens en loisir issus du Cégep de Saint-Jérôme seront sensibles à l’importance de l’intégration de la diversité dans la communauté et pourront habilement organiser des activités enrichissantes et distrayantes en prenant compte des enjeux du quotidien des personnes en situation de handicap.

Bref, appelés à dynamiser le milieu récréotouristique de la région, ceux-ci évoluent dans un climat d’apprentissage teinté des valeurs d’ouverture, de respect et d’égalité!


ÉDUCATEURS À L’ŒUVRE : soirée reconnaissance pour les finissants en éducation spécialisée

IMG_0023C’est sous la présidence d’honneur de Mme Guylaine Guay que la septième édition de l’événement Éducateurs à l’œuvre s’est tenue au Cégep de Saint-Jérôme, le 16 avril dernier. Orchestrée par le personnel et les étudiants du programme Techniques d’éducation spécialisée, l’activité a permis une fois de plus aux étudiants d’exploiter leur savoir, leur savoir-faire et leur savoir-être.

Lors de la soirée, les finissants exposaient les outils qu’ils avaient conçus pour répondre à des besoins du domaine de la santé, de l’éducation et de l’intervention sociale. Parmi les 21 projets développés au bénéfice de clientèles différentes (enfants d’âge préscolaire et primaire, adolescents et adultes qui peuvent connaître des difficultés d’adaptation), tous visaient des objectifs précis : améliorer la gestion de la colère, prendre conscience des conséquences possibles de nos paroles, développer des habiletés de résolution de conflit, faciliter la transition des jeunes du primaire au secondaire, etc.

Sur ce nombre, les organisateurs ont dévoilé les quatre outils cliniques lauréats. Ceux-ci seront peaufinés par des infographistes et ensuite mis en marché.

Le rendez-vous annuel d’Éducateurs à l’œuvre vise un triple objectif. D’abord, l’activité permet aux étudiants de plonger au cœur de la réalité quotidienne des milieux d’intervention dans l’esprit d’y apporter des solutions créatives et des idées stimulantes. C’est également une façon pour le Département de reconnaître l’importance des partenaires, c’est-à-dire les milieux d’interventions impliqués dans la formation pratique des étudiants. Finalement, les finissants et employeurs trouvent dans cet événement rassembleur une occasion de rencontre ainsi qu’une vitrine unique pour présenter leurs projets et réalisations.

IMG_0031Une soirée sous la présidence d’honneur de Mme Guylaine Guay
C’est Mme Guylaine Guay, une humoriste, conférencière, auteure et mère de deux fils autistes – Léo, 14 ans et Clovis, 12 ans – qui a été choisie comme présidente d’honneur cette année. En octobre dernier, elle publiait son tout premier livre Deux garçons à la mère, un récit autobiographique de son parcours familial atypique. Un livre qui remporte beaucoup de succès. Cette dernière n’avait que des bons mots à adresser aux participants : « Votre implication est essentielle au bien-être des enfants et de leur famille. J’ai beaucoup de respect pour votre dévotion, votre créativité, votre curiosité et votre don de soi. »

La notoriété du programme d’Éducation spécialisée du Cégep de Saint-Jérôme n’est plus à faire. Reconnu comme pionnier dans la formation des éducateurs spécialisés au Québec, le Cégep de Saint-Jérôme a le souci d’offrir à ses étudiants une formation concrète, centrée sur le métier d’éducateur et sur la préparation immédiate au marché du travail.

 

Lauréats 2015

1-

Projet : Ma sexualité, mon consentement
Objectif : Favoriser une expérience sexuelle positive
Milieu : OASIS (clientèle vulnérable, volontaire et sporadique)
Équipe : Laurence Lafortune-Bélisle, Mary-Pier Guilbault, Isabelle Martinet, Tomy Vanier et Kathleen Forgues
2- Projet : Le combat intérieur
Objectif : Améliorer la capacité à identifier l’émotion négative vécue
Milieu : Foyer de groupe Pile ou face(ressource intermédiaire pour adolescents 12-17 ans)
Équipe : Caroline Marinier, Laurence DeOliveira, Éric Vaillancourt et Maria Cristina Vacente Robert
3- Projet : La clé de tes pensées
Objectif :Redonner du pouvoir à l’adolescent dans son processus de changement
Milieu : La parenthèse (organisme pour adolescents 12-17 ans)
Équipe : Nathalie Bolduc, Shany Corbeil, et Jade Falardeau
4- Projet : Le baluchon
Objectif : Sensibiliser et outiller les intervenants aux difficultés langagières
Milieu : École l’Espace des Couleurs
Équipe : Geneviève Foucrault-Therrien, Milène Cottier, Élaine Nadon et Martine Yelle

 


Le CRSNG accorde une subvention de 2,3 M$ à l’IVI

logoIviUn projet de véhicule électrique autonome est en route

L’Institut du véhicule innovant (IVI) a reçu, le 8 avril dernier, une subvention de l’ordre de 2,3 M$ pour son projet ARION. Ce projet vise à faire évoluer les connaissances requises pour la conception et la mise en marche de véhicules électriques et hybrides hors route, destinés à effectuer des tâches de façon autonome ou semi-autonome. Les fonds ont été accordés au Cégep de Saint-Jérôme, auquel est affilié l’IVI, par l’entremise du Programme d’innovation dans les collèges et la communauté (ICC), administré par le Conseil de recherches en sciences naturelles et en génie du Canada (CRSNG).

Additionnée à la contribution de partenaires privés et du Consortium Inno-VÉ, cette subvention vient assurer la viabilité du projet ARION, dont la valeur totale est chiffrée à 3,2 M$. L’aide du gouvernement du Canada permettra en effet d’allouer les ressources nécessaires à l’accomplissement de travaux de recherche dans la filière prometteuse du véhicule automatisé.

Le développement de technologies pour véhicules électriques autonomes
En réponse à une demande de l’industrie, l’IVI a choisi de circonscrire ses efforts à la recherche et au développement d’un véhicule-outil agricole automatisé dont la propriété intellectuelle sera transférée, au fur et à mesure de son évolution, vers d’autres marchés plus matures, tels l’aéroportuaire, la manutention industrielle, le forestier et le minier.  

Les activités entourant le développement de ce véhicule nouvelle génération s’articuleront autour de trois axes. En premier lieu, la création d’un système de navigation autonome économique et adaptable à plusieurs environnements constituera le cœur du projet. Puis, autour de ce noyau technologique, viendra se greffer l’élaboration de nouvelles solutions habilitantes telles l’adaptation et l’automatisation d’un châssis modulaire en aluminium et la recharge par induction.

Un projet de recherche collaboratif
Basé sur une approche collaborative entre l’industrie et le milieu de la recherche, le projet ARION réunit 17 partenaires dotés d’expertises complémentaires. À travers un plan de travail qui s’échelonnera sur cinq ans, ce sont sept PME manufacturières, quatre centres collégiaux de transfert de technologie (CCTT), trois universités et trois organismes stratégiques qui s’activeront à donner vie à un véhicule pouvant se déplacer sans l’intervention d’un être humain.

« L’octroi de cette subvention nous permettra de renforcer nos capacités de recherche sur les plans de l’intelligence véhiculaire et de la navigation autonome. Je remercie les sept industriels qui se sont engagés à repousser les frontières du savoir à nos côtés : Elmec, Précicad, Motrec, B3CG, TM4, Immervision et LeddarTech. Sans leur précieuse collaboration, ce projet ne serait encore qu’une simple belle idée sur papier. » a déclaré François Adam, directeur général de l’IVI.

Des chercheurs associés à l’Université de Sherbrooke, l’Institut national de recherche en informatique et en automatique (INRIA), la chaire d’optique de l’Université Laval, le Centre de Robotique et de Vision Industrielles (CRVI), le Centre collégial de transfert de technologie en télécommunications (C2T3) et Agrinova mettront également leur matière grise à profit, afin de concrétiser ce projet porteur d’avenir.

À propos de l’Institut du Véhicule Innovant (IVI)
L’IVI est né le 1er avril 2015 de la fusion entre le Centre national du transport avancé (CNTA) et l’Institut du transport avancé du Québec (ITAQ). Constitué en Organisme à but non lucratif (OBNL). Il détient un statut de Centre collégial de transfert de technologie (CCTT), affilié au Cégep de Saint-Jérôme. Ses services sont orientés vers l’accompagnement à l’entreprise, principalement à la PME, dans le but de développer des produits novateurs ayant une technologie de pointe. Ses projets sont axés vers l’électrification des transports, l’amélioration de l’efficacité énergétique des véhicules, la réduction des GES et des émissions polluantes et valorisent les sources d’énergies renouvelables dans le secteur du transport.

Facebook : https://www.facebook.com/institut.vehicule.innovant
Twitter : https://twitter.com/InstitutIVI
Linkedin : https://www.linkedin.com/company/institut-du-v%C3%A9hicule-innovant

 

Haut de la page

PATRICK LAGACÉ RENCONTRE LES ÉTUDIANTS EN JOURNALISME ET COMMUNICATIONS

150416_patrickLagace_3_webDans le cadre de la causerie organisée par leur enseignant Philippe Lemieux, les étudiants de première année de l’option Journalisme et communications recevaient la visite du journaliste Patrick Lagacé, le 15 avril dernier. Un invité de marque, connu pour sa rigueur et son aplomb. 

Chroniqueur à La Presse et au 98,5 FM et coanimateur du magazine socioculturel Deux hommes en or à Télé-Québec, Patrick Lagacé fait partie du paysage médiatique depuis près de 20 ans.

Le groupe d’étudiants a eu l’opportunité de l’écouter sur ses expériences antérieures et actuelles dans les médias écrits de même que sur les ondes de stations de radio et de télévision.

150416_patrickLagace_2_webÀ la différence d’un reporter qui rapporte les faits dans un texte neutre, un chroniqueur prend position et commente l’actualité. À ce titre, M. Lagacé signe des chroniques, des entrevues et des reportages qu’il écrit à la première personne. Conscient de la grande responsabilité que cette tâche lui incombe, ce dernier a dit aborder avec le plus grand des sérieux son travail de journaliste, tout en étant conscient de l’immense privilège qui lui est accordé de pouvoir écrire au « je ».

Le franc-tireur a par ailleurs invité les étudiants du CSTJ qui aspirent à travailler dans la sphère médiatique à prendre conscience de la portée de ce rôle et à s’en montrer dignes. Puis, pour se faire entendre ou se faire lire, il leur a conseillé de saisir toutes les opportunités qui se présentent à eux et d’utiliser leur curiosité comme moteur.

Au sujet de la conjoncture entourant l’ère 2.0 du journalisme, M. Lagacé a reconnu que les médias sociaux connaissent des côtés négatifs. En revanche, il s’est dit convaincu qu’un journaliste doit être actif sur les différentes plateformes Web pour réagir promptement aux événements qui font l’actualité.

Enfin, il a fait mention de quelques qualités et compétences inhérentes à la pratique du journalisme, tels l’esprit critique, l’autonomie, la débrouillardise ainsi que la parfaite maîtrise de la langue française et la connaissance de l’anglais. Voilà des aptitudes que prendront soin de développer et de peaufiner les futurs hommes et femmes d’information de la classe.

Merci M. Lagacé pour cet entretien authentique et généreux!


Deux projets du CSTJ lauréats à l’édition locale du Concours québécois en entrepreneuriat

Le 10 avril, le gala local du 17e Concours québécois en entrepreneuriat – volet étudiant – battait son plein à l’auditorium du Cégep de Saint-Jérôme. Une cérémonie de remise de prix qui a mis en lumière la passion et le talent avec lesquels deux groupes d’étudiants du Collège ont géré des projets aux retombées sociales importantes.

Se démarquant à travers toutes les initiatives entrepreneuriales étudiantes des MRC de la Rivière-du-Nord et d’Argenteuil, voyez ci-dessous les détails des deux projets, nés au CSTJ, qui ont ravi les honneurs dans les deux catégories consacrées au niveau collégial :

ANB_3377– Individuel ou petit groupe
Projet de simulation d’entreprise

Grâce à l’engagement citoyen de trois finissantes du programme Techniques de comptabilité et de gestion, les élèves de 5e secondaire de quatre écoles de la région ont été initiés aux tâches liées à la gestion d’une entreprise, à travers une expérience de simulation.

L’objectif du trio était de faire connaître l’entrepreneuriat et de susciter l’intérêt à l’égard de cette voie d’avenir dans les Laurentides. Pour ce faire, les élèves des écoles visitées étaient jumelés à des finissants du programme. Afin de guider leurs apprentis vers les meilleures décisions d’affaires, ces derniers les accompagnaient dans les tâches administratives : la gestion des stocks, la négociation, les achats, les ventes, la comptabilité ainsi que la gestion du temps et du stress.

Étudiantes : Précillya Godbout Hébert, Camille Paquette et Cindy Phaneuf
Accompagnateur (enseignant) : Marc Labelle

ANB_3392– Collectif
Projet de solidarité internationale en République dominicaine

Des étudiants en Gestion d’un établissement en restauration et en Intégration multimédia se sont unis pour construire une serre écologique et développer un site Internet pour l’écocentre Sereno de la Montana, situé dans un petit village en République dominicaine. Pour plus de détails sur le projet, cliquez ici.

 

Étudiants :

Gestion d’un établissement de restauration Intégration multimédia
Amèlia Turcotte Bianca Poliquin
Audrey Corbeil Dominic Huot
Catherine Brunet-Denis Dominique Alarie
Catherine Gauthier-Lamothe Maude Labelle
Éliane Léveillé Simon Huard
 Maude Ratelle Stéphane Prince
Mélodie Hamel  
Sarah Létourneau  
Sophie Landry  

Accompagnateurs (enseignants) : Olivier Morin Gauthier, Sylvain Gravel et Sylvain Paquin

Félicitations aux lauréats pour leur engagement exemplaire!
Ces derniers représenteront le Cégep de Saint-Jérôme lors de la finale régionale, le 5 mai prochain.

Le plus grand concours en entrepreneuriat de toute la Francophonie

Mis sur pied voilà 17 ans, le Concours québécois en entrepreneuriat vise à soutenir le développement de l’entrepreneuriat au Québec par la récompense d’initiatives concrètes, tant dans le volet Entrepreneuriat étudiant que dans le volet Création d’entreprise, et cela, sur tout le territoire québécois. Le volet Entrepreneuriat étudiant encourage la création de projets qui contribuent au développement de caractéristiques entrepreneuriales (leadership, sens de l’initiative, etc.) en milieu scolaire, du primaire à l’université.

Ce concours se veut une rampe de lancement par excellence pour les entrepreneurs, les gestionnaires, les créateurs et les inventeurs du Québec de demain.


Philippe Boucher en lice au concours Ma première place des arts

PhilippeBoucherGrâce à sa prestation musicale remarquée le 26 janvier dernier à la salle Claude-Léveillée de Montréal, Philippe Boucher, psychoéducateur au CSTJ, est en lice pour remporter le prix du public au concours Ma première place des arts.

Jusqu’au 26 avril, vous pouvez voter pour lui dans la catégorie auteur-compositeur-interprète une fois par jour.

Facebook : http://on.fb.me/1F9Aslk
Appareil mobile : http://woobox.com/ia7hhs

 

 


ParticipACTION remet 1 500 $ pour la réalisation de deux projets d’étudiants en Techniques d’intervention en loisir

Grâce à la contribution et au soutien de l’organisme ParticipACTION, plus d’une quarantaine de jeunes jérômiens, âgés de 13 à 19 ans, pourront participer à un projet sportif élaboré par des étudiants en Techniques d’intervention en loisir.

Les quelque 100 étudiants inscrits au programme du Cégep de Saint-Jérôme avaient comme mandat d’imaginer une activité stimulante, qui inciterait les adolescents à bouger. Puis, un comité composé de trois enseignants était responsable d’évaluer les dossiers et de déterminer un projet coup de coeur, lequel remporterait une bourse de 1 000 $ destinée à la mise sur pied de l’activité.

Après délibération, le comité a jugé que non pas une, mais deux candidatures se démarquaient par leurs fortes valeurs mobilisatrices. Ainsi, afin de permettre à ces deux projets de voir le jour, l’organisme ParticipACTION a choisi d’offrir une deuxième bourse de 500 $.

150408_TIL_remisePrix_4_webLa bourse de 1 000 $ a été remise à l’équipe de Catherine Bourgault, étudiante de première année, pour la concrétisation d’un projet de cyclo-rabaska qui s’adresse à une vingtaine de jeunes de l’École secondaire des-Studios de Saint-Jérôme. « L‘objectif est de partager notre passion du plein air avec des jeunes qui vivent certaines difficultés pour les sortir de leur routine et leur faire penser à autre chose », déclarait à propos de son événement sportif Catherine Bourgault, représentante de son équipe. L’activité aura lieu en juin prochain et débutera au Cégep de Saint-Jérôme. Le groupe empruntera la piste cyclable du P’tit train du Nord sur un parcours d’une soixantaine de kilomètres pour ensuite se diriger vers le site de rabaska au parc de la Rivière-du-Nord. La journée se terminera par une nuit de camping sur place.

150408_TIL_remisePrix_6_webQuant à la bourse de 500 $, elle a été octroyée à l’équipe de Benjamin Roy, étudiant de première année, pour son initiative de reconnaissance, développée afin d’encourager le bon comportement en classe de vingt jeunes de l’École secondaire des-Studios. Ces derniers seront appelés à bouger de façon intensive lors d’ateliers de perfectionnement en hockey. Le tout clôturé par une grande partie de même qu’une séance de tirs de barrage. L’école secondaire des-Studios ne possédant pas de gymnase au sein de ses infrastructures, il était logique pour l’équipe de Benjamin de proposer cette formule. Si tout se passe bien, l’activité pourrait être répétée dans le futur afin de toucher un plus grand nombre de jeunes.

Le programme de Techniques d’intervention en loisir, d’une durée de trois ans, forme de futurs techniciens en loisir habilités à offrir des services et des activités enrichissantes et distrayantes dans les domaines de la culture, du sport, du plein air, du tourisme et du communautaire.

ParticipACTION Jeunesse! est un programme national qui met au défi les Canadiens âgés de 13 à 19 ans à devenir actifs et à contrer la crise de l’inactivité. ParticipACTION coordonne la conception et la diffusion du programme à travers le Canada grâce à un réseau d’organismes partenaires.


Concours culinaire de la Fondation : le cromesquis de Arianne Faucher et Tiffany Murphy charme le jury

150407_tger_photoConcoursAccordDon_57_web

Yannick Achim, propriétaire de Yannick Fromagerie – Joël Bouchard, directeur de la Fondation du CSTJ- Arianne Faucher, gagnante – Caroline Boyer, enseignante en Gestion d’un établissement de restauration – Tiffany Murphy, gagnante – Kim Gilbert, propriétaire de la Maison Courtemanche

Les participants de la soirée-bénéfice Accordons à chaque mets son vin auront la chance de déguster lors du premier service un cromesquis de fromage Majestic, en croûte de pistache avec une purée d’abricots, une création culinaire signée Arianne Faucher et Tiffany Murphy, deux étudiantes de première année inscrites au programme Gestion d’un établissement de restauration.

La Fondation du Cégep de Saint-Jérôme a invité les étudiants du cours création et standardisation de recettes à participer au concours de la Fondation, le 7 avril dernier. Les étudiants devaient préparer une recette de bouchée au fromage en respectant plusieurs critères, dont l’utilisation du fromage Majestic. La présentation, le prix et la facilité de reproduire la recette pour 150 personnes figuraient également parmi les éléments évalués.

150407_tger_photoConcoursAccordDon_39_web

La création gagnante : un cromesquis de fromage Majestic, en croûte de pistache avec une purée d’abricots

À l’image de l’émission Les chefs, huit équipes ont présenté leur recette aux membres du jury, lequel était présidé par Yannick Achim, réputé fromager et propriétaire de Yannick Fromagerie. « Ce qui a fait la différence, c’est la dominance du fromage dans la recette et sa mise en valeur », a mentionné M. Achim lors de l’annonce de l’équipe gagnante.

Les étudiants seront les vedettes lors de la soirée-bénéfice Accordons à chaque mets son vin, organisée par la Fondation le 17 avril, à l’agora du Cégep de Saint-Jérôme.


VANESSA RACINE REMPORTE LA COUPE O’KEEF AVEC SON ÉQUIPE DE HOCKEY SUR LUGE

11134426_10152659764991326_1601714783_nVanessa Racine, étudiante en Techniques d’éducation spécialisée et membre de l’Alliance Sport-Études, a remporté la Coupe O’keef aux côtés de ses coéquipiers lors du plus important tournoi de hockey sur luge de l’est du pays, tenu du 10 au 12 avril, à Ottawa. Inscrite dans la division B de la compétition, cette dernière rivalisait avec des équipes du Canada et des États-Unis.

Dans les rangs de l’équipe Les démons de Laval, Vanessa était la seule fille à défendre les couleurs de son club. D’ailleurs, au sein de sa ligue, elles ne sont pas plus de quatre dans sa catégorie.

En défaisant par la marque de 2-0 Les Falcons, l’équipe locale – et de surcroît la favorite du tournoi – la délégation de Laval s’est emparée de l’or. Il s’agit de la plus haute distinction à laquelle l’équipe peut aspirer!

10609424_10152659636226326_4856614933520777134_nHockey sur luge : une question d’équilibre
Dans le cadre de la pratique de ce sport adapté, Vanessa est munie d’une luge avec des lames pour se mouvoir. Dotée de réflexes aussi aiguisés que ses lames, elle déjoue ses adversaires avec équilibre sur la glace. Un équilibre balancé qu’elle applique également dans son quotidien, entre le sport et les études.

Félicitations!