197 donneurs pour la collecte de sang de club Action santé

Partager cette page à un(e) ami(e)

Votre courriel : * 
Courriel du destinataire : * 
Nom du destinataire : * 
Commentaire (facultatif)

15230821_10153893437852352_5835599572418769752_n

La communauté du CSTJ a répondu en grand nombre à l’invitation du club Action santé qui organisait – en collaboration avec Héma-Québec –  une collecte de sang, les 28 et 29 novembre. Quelque 197 personnes se sont présentées à l’agora pour effectuer un « don de vie », permettant ainsi de dépasser l’objectif fixé à 190 donneurs.

Merci à tous ceux qui ont fait un don et félicitations aux organisateurs de l’événement. 


Les étudiants en Soins infirmiers nous parlent de santé

stethoscope-1584223Les étudiants en Soins infirmiers du CSTJ investiront la salle André-Surprenant, le jeudi 1er décembre, de 11 h 40 à 14 h 15, pour discuter de divers sujets relatifs à la santé. Cette présentation s’inscrit dans le cadre de leur stage communautaire, durant lequel, ils doivent vulgariser des concepts et des enjeux complexes. 

Voici l’horaire de la journée:

11 h 40 : Santé mentale et troubles d’apprentissage
12 h 10 : Santé mentale et intimidation
12 h 40 : Santé mentale et hypersexualité
13 h 10 : Santé mentale et impact des réseaux sociaux
13 h 40 : Santé mentale et prévention du suicide

N’hésitez pas à aller les encourager!


Nomination – Gestionnaire administratif au SRTI

portrait_mjLe comité exécutif du Collège a procédé à la nomination de M. Maxime Juteau au poste de gestionnaire administratif au Service des ressources des technologies de l’information (SRTI).

Détenteur d’un baccalauréat en génie des technologies de l’information et membre de l’Ordre des ingénieurs du Québec, M.Juteau possède une riche expérience professionnelle dans le domaine des hautes technologies.  Il a assumé des responsabilités touchant l’analyse, l’évaluation, la planification et la coordination des diverses tâches associées à la gestion des TI ainsi qu’à la mise en œuvre de systèmes technologiques fiables et sécuritaires. 

Reconnu pour sa rigueur, son éthique, sa polyvalence   et son approche orientée client, M. Juteau a mené à bien des projets critiques, dans le respect des nombreuses normes et des plus hauts standards de qualité.

Ces qualités jumelées à ses grandes compétences constituent un atout solide pour relever le défi des tâches qui lui seront confiées.

Son entrée en fonction est prévue pour le 5 décembre.

La direction et le personnel du Collège souhaitent la plus cordiale bienvenue à M. Juteau.

Toutes nos félicitations !


Une étudiante du CSTJ s’illustre au Philosopher

philosopher

La remise des prix s’est faite le 17 novembre, au Collège de Valleyfield, à l’occasion d’un gala. On voit ici Lina Nadia Berzane (à droite) en compagnie des autres lauréats. (Photo: gracieuseté)

Lina Nadia Berzane, étudiante au Cégep de Saint-Jérôme, s’est illustrée au 27e concours intercollégial Philosopher, qui s’est tenu au Collège de Valleyfield.  Elle a remporté le troisième prix, grâce à un texte qu’elle a rédigé et où elle tentait de répondre à la question « Quel jugement porter sur le capitalisme? ».

Félicitations à Lina Nadia Berzane pour cet honneur.

 

 

Le CSTJ, berceau d’une relève entrepreneuriale dynamique

jetad2016Un groupe de 25 étudiants du CSTJ s’est rendu à Drummondville, les 11, 12 et 13 novembre, pour prendre part au 24e colloque annuel de l’Association des clubs entrepreneurs étudiants du Québec (ACEE).

La délégation jérômienne – une des plus importante du colloque –  était composée des membres du club JeTAD, qui accueille – pour la première fois – des étudiants en Sciences humaines. Preuve que ce dynamique club rayonne bien au-delà du programme Techniques en comptabilité et gestion!

Lors de ce week-end présidé par Christiane Germain du Groupe Germain Hôtels, les étudiants ont eu l’occasion d’assister à différentes conférences offertes par des entrepreneurs de renom, notamment Nicolas Duvernois; Serge Beauchemin et Bruny Surin. Les participants ont aussi eu l’occasion de rencontrer quelque 650 autres jeunes qui partagent leur passion pour l’entrepreneuriat.

D’ailleurs, c’est bien connu: pour réussir en affaires, il faut pouvoir compter sur un solide réseau de contacts. Pour faciliter les activités de réseautage, les jeunes ont pu tester le système Klik, qui permet d’échanger ses coordonnées d’un simple contact, grâce à la technologie Bluetooth.

«Cet événement est hyper motivant pour les étudiants. Ils ressortent de là gonflés à bloc et ils sont inspirés par ce qu’ils ont vu et entendu », témoigne Brigitte Valois, enseignante en Techniques de comptabilité et gestion au CSTJ.

Au terme de ce colloque, on ne peut que constater de la vitalité de la relève entrepreneuriale de Saint-Jérôme!

 


Cuisine de rue des étudiants en TGER : le secret le mieux gardé de Saint-Jérôme!

141211_bouffeDeRue_TGER_15 à 7 gastronomique, 
chez Neurones et papilles

Si plusieurs ont entendu parler de la bouffe de rue à Montréal, peu savent qu’on la retrouve aussi à Saint-Jérôme! Pourtant, depuis 2013, les étudiants en deuxième année du programme Techniques en gestion d’un établissement de restauration (TGER) du Cégep de Saint-Jérôme organisent un événement intitulé Cuisine de rue de Noël pour souligner la fin de leur session d’automne. Malgré un succès qui ne se dément pas (chaque année, les billets se vendent comme des p’tits pains chauds!), ce 5 à 7 haut en saveurs demeure l’un des secrets les mieux gardés de la région. Réservez votre billet et la date du 8 décembre, vos papilles vous en remercieront!

Cette tradition hivernale a vu le jour en 2013, lorsque les camions de cuisine de rue ont fait leur apparition dans la métropole québécoise.

« On voulait faire quelque chose dans le cadre du cours Cuisine du monde, tendances et traditions pour mettre ces trois concepts-là en valeur. Jean-Régis Graziano, qui donnait le cours à l’époque, s’est donc inspiré du phénomène des foodtrucks qui était d’actualité.

« Pourquoi la cuisine de rue? Parce que c’est un type de restauration qui diffère des traditionnels menus à la carte ou de cafétéria. Ça amène les cuisiniers à penser différemment : il faut que le produit soit maniable, que les gens puissent le manger debout sans que ce soit forcément des bouchées, etc. Ça sort les jeunes de leur zone de confort et ça les pousse à être plus créatifs pour s’adapter au milieu », explique l’enseignante Valentine Laperle, qui a repris le flambeau du projet.

Tour du monde en 8 plats

141211_bouffeDeRue_TGER_26Lors de ce 5 à 7 gastronomique, les étudiants en TGER vous feront voyager en Grèce, au Japon, au Mexique et au Québec par le biais de leurs créations culinaires. Au total, 8 petits plats – imaginés et préparés par eux – seront servis aux convives.

« On le voit quand on voyage : la cuisine de rue est très présente aux quatre coins de la planète. Il ne s’agit pas d’une gastronomie huppée, mais bien de ce que les gens mangent au quotidien. Il s’agit d’une nourriture populaire, vivante et accessible. C’est une cuisine simple et qui est proche du monde. Elle s’adapte super bien, malgré qu’elle soit issue de la tradition : souvent, ce qu’on retrouve dans les stands de rue, ce sont des recettes qui se sont transmises de génération en génération », souligne la jeune femme.

C’est d’ailleurs là un des (nombreux!) défis auxquels seront confrontés les jeunes cuistots : faire preuve de créativité pour adapter et revisiter de la cuisine traditionnelle d’ici et d’ailleurs, sans toutefois la dénaturer.

Dégustation, évaluation et sensibilisation

L’événement « Cuisine de rue » – qui constitue l’évaluation finale des étudiants – permet de faire une synthèse des notions abordées dans le cours Cuisine du monde, tendances et traditions et de mettre en pratique les conseils des chefs invités qui sont venus à la rencontre des jeunes tout au long de la session. On a qu’à penser à Michel Lambert, qui a offert une conférence sur la cuisine patrimoniale du Québec, à Philippe de Vienne, qui s’est entretenu des épices et des saveurs du monde ou encore, à Guillaume Cantin et Charles-Antoine Crête qui ont abordé la question du gaspillage alimentaire.

« Cette année, en plus de devoir créer des recettes en lien avec la cuisine du monde ou le patrimoine québécois, les étudiants doivent faire un effort pour limiter, autant que possible, le gaspillage alimentaire. Une des façons d’y parvenir, c’est d’utiliser un produit dans son intégralité. Par exemple, j’ai une équipe qui a décidé de travailler la courge : elle devra donc intégrer la chaire, les graines et idéalement, la pelure à leur menu. C’est un défi qui n’est pas facile et qui les amène à réfléchir », fait valoir Mme Laperle.

Le but est de sensibiliser les restaurateurs de demain (et la communauté!) à cet enjeu, afin qu’ils adoptent des comportements plus responsables en cuisine.

« Ça part d’une volonté d’être actuel dans notre façon d’enseigner : le développement durable et la conscience sociale sont des thèmes qui rejoignent non seulement les jeunes, mais aussi la société en général. Notre rôle, à titre d’établissement d’enseignement, c’est de les conscientiser. Le gaspillage alimentaire, ça concerne tout le monde », conclut-elle.

*******************

bouffe_de_rue_16 

L’événement Cuisine de rue des étudiants en TGER se tiendra le 8 décembre, de 17 h à 19 h, au restaurant Neurones et papilles (299, rue Saint-Georges). Les billets sont en vente au coût de 25 $, les mardis 15, 22, 29 novembre et jeudi 17, 24 novembre et 1er décembre au restaurant Neurones & Papilles. Places limitées. Pour en savoir plus, on communique avec le n-p@cstj.qc.ca.

Haut de la page

Succès renouvelé pour La tragédie du langage

161114_theatre_tragedielangage-3_web

La troupe de comédiens, en compagnie de Patrice Joly. (Photo: Communications CSTJ)

Présentée pour une deuxième année, la pièce La tragédie du langage ou comment semer des choux et récolter des lapins a connu – encore une fois – un vif succès. Quelque 1700 personnes ont assisté à l’une des six représentations tenues du 15 au 18 novembre, à l’auditorium du Cégep de Saint-Jérôme.

Plusieurs enseignants du Département de français du CSTJ ont inscrit cette œuvre qui explore les dérives de la langue de Molière à leur plan de cours, si bien qu’une trentaine de groupes – ce qui représente environ 1200 étudiants – ont vu la pièce.

De plus, quelques écoles secondaires des Laurentides ont répondu à l’invitation lancée par Patrice Joly, enseignant au profil théâtre du programme Arts, lettre et communication et auteur de la pièce, en assistant à la répétition générale. En tout, 250 élèves de 3e, 4e et 5e secondaire ont pu voir nos comédiens à l’oeuvre à cette occasion.

Finalement, plus de 150 billets ont été vendus pour la représentation du vendredi soir, ouverte au grand public. 

Félicitations à tous les artistes et artisans qui ont contribué au succès de cette pièce.


Les Vikings à la conquête du réseau de la FÉÉPEQ

Olivier Morin et Christophe Allen, organisateurs de la Course des vikings du CSTJ. (Photo : gracieuseté)

Olivier Morin et Christophe Allen, organisateurs de la Course des vikings du CSTJ. (Photo : gracieuseté)

Tels des Vikings, Olivier Morin et Christopher Allen, enseignants au Cégep de Saint-Jérôme (CSTJ), sont partis à la conquête du réseau de la Fédération des éducateurs et éducatrices physiques enseignants du Québec, lors du dernier congrès annuel de cette organisation. Les deux hommes y ont donné un atelier expliquant le succès de la Course des Vikings – qu’ils portent à bout de bras depuis maintenant 6 ans – et ont incité leurs collègues à suivre leur exemple.

Olivier et Christophe ont présenté leur projet à une foule composée d’enseignants de tous les niveaux (primaire à collégial).

« L’idée, c’était de donner de l’information sur la manière d’orchestrer une telle course pour aider les écoles qui voudrait créer un événement similaire », fait valoir M. Morin.

« On voulait partager notre expérience pour que les gens ressortent de là avec des idées et puissent apprendre de nos erreurs », ajoute son comparse.

Car contrairement à ce qu’on pourrait croire, organiser une course de cette envergure ne se limite pas à déterminer un point de départ et un point d’arrivée : il y a toute une logistique derrière ça! La liste des tâches à accomplir est longue (déterminer le parcours, imaginer et construire les obstacles, trouver des commanditaires et des bénévoles, publiciser l’événement, etc. ) et les ressources pour y parvenir, limitées.

« Lors de cette rencontre, on avait autant des gens qui ont déjà tenté l’expérience [d’organiser une course] et qui venaient chercher des idées, que des enseignants qui étaient ouverts à l’idée d’essayer. Il y a aussi du monde qui est venu nous voir à la fin pour nous demander comment on chargeait pour organiser une course », relate M. Allen.

Bref, il ne serait pas étonnant de voir naître des initiatives similaires un peu partout dans les écoles du Québec au cours des prochaines années. Grâce à l’engagement et au dévouement des organisateurs de la Course des Vikings, le CSTJ rayonne au sein du réseau scolaire.


Le CSTJ participe au Défilé du père Noël de Montréal

img_5285

Une centaine d’étudiants du CSTJ prendront part au Défilé du père Noël au centre-ville de Montréal. (Photo : Communications CSTJ)

Parce qu’on n’est jamais trop grands pour ressentir la magie de Noël, une centaine d’étudiants du CSTJ participeront au 66e défilé du père Noël au centre-ville de Montréal. Coup d’envoi annuel de la saison des Fêtes, cet événement d’envergure met en scène une vingtaine de chars allégoriques qui prennent vie grâce à des prestations de chants et de danse.

Pour une 6e année consécutive, les étudiants en Techniques d’intervention en loisir ainsi que ceux engagés au sein du Service de l’animation culturelle auront l’occasion de faire valoir leur talent en animation de foule, tout en mettant à contribution leurs compétences en organisation d’événements. 

Vous pourrez les voir à l’oeuvre sur la rue Sainte-Catherine Ouest, entre les rue du Fort et Saint-Urbain, ce samedi (19 novembre), dès 11 h.  La parade sera également diffusée sur les ondes de TVA et de YOOPA, le dimanche 20 novembre, dès 17 h. 

Pour en savoir plus : www.destinationcentreville.com


Fred Savard visite les finissants en Journalisme et communications

fred3

Fred Savard a rencontré les finissants en Journalisme et communications du CSTJ pour leur parler de l’univers des médias. (Crédit : Communications CSTJ)

On l’entend depuis des années : « Le monde des médias est en crise ». Mais qu’est-ce que ça veut dire concrètement? Qu’est-ce qui a changé? Quel impact cela a-t-il sur les travailleurs de cette industrie, les contenus diffusés ou encore, le public? Quelles sont les solutions à court, moyen et long termes? Pour répondre à ces questions qui turlupinent les finissants en Journalisme et Communications, l’enseignant Philippe Lemieux a invité Fred Savard – animateur, humoriste, acteur, animateur et chroniqueur – dans le cadre de son cours Reportage vidéo.

Celui qui s’est fait connaître dans les Zapartistes et qu’on a ensuite pu voir (ou entendre!) dans Bande à part, le Sportnographe, La soirée est (encore) jeune et le 15-18 s’est entretenu avec les étudiants, afin de leur donner un aperçu de cette bébitte que sont les médias.

fred7

Fred Savard en compagnie de l’enseignant Philippe Lemieux. (Crédit : Communications CSTJ)

Avec l’humour et le franc parlé qu’on lui connaît, il a traité de l’importance de la radio, des défis auxquels sont confrontés les médias traditionnels dans l’ère numérique, de la libre expression et de la censure, des principales différences entre les radios publiques et privées ainsi que de l’importance du patrimoine culturel québécois. D’ailleurs, il n’a pas hésité à illustrer ses propos à l’aide d’anecdotes tirées de son expérience professionnelle.

Pour en savoir plus sur le profil Journalisme et communications : www.cstj.qc.ca/journalisme

 


Noël aux Pays-d’en-Haut avec la Chorale du CSTJ

concert-noel-2016 La Chorale du Cégep de Saint-Jérôme sera à l’église Sainte-Paule (920, rue Labelle), le 10 décembre, à 20 h, pour offrir son concert Noël aux Pays-d’en-Haut.

Cette soirée sera animée par un des personnages les plus charismatiques des Pays-d’en-Haut, Alexis Labranche. Avec la complicité des choristes et des musiciens, ce coureur des bois racontera des histoires à dormir debout ainsi que de croustillantes anecdotes, tirés de ses périlleux voyages d’hiver qui l’ont mené d’une contrée à l’autre.

Au programme, des chansons de Vigneault, La Bolduc, Beau dommage, Claude Dubois, et autres classiques revisités.

Billets:

Adultes : 20 $ en prévente jusqu’au 30 novembre, 22 $ par la suite

VIP : 25 $

Jeunes (17 ans et moins) : 12 $

On peut se procurer des billets auprès de Monique Laprise (mlaprise@cstj.qc.ca).

Haut de la page

Le CSTJ accueille l’oeuvre de Damien Beyrouthy

(Crédit : gracieuseté Damien Beyrouthy)

(Crédit : gracieuseté Damien Beyrouthy)

Damien Beyrouthy sera de passage au Cégep de Saint-Jérôme, les 23, 25 et 26 novembre, pour présenter l’oeuvre qu’il a créée dans le cadre du projet Le corps contemporain et l’espace vécu : entre imaginaire et expérience.

Le 23 novembre, l’artiste animera une conférence où il sera question de son expérience et de son processus créatif. La rencontre, intitulée Entre image et corps : recherche-création en arts médiatiques, se tiendra dès 12 h , au local B-325.

Puis, les 25 et 26 novembre, M. Beyrouthy présentera son exposition Délicat contact  #1, au local C-218. Cette installation vidéo interactive montre un homme et une femme se tenant par les mains devant une baie vitrée. À travers la vitre, on peut voir une ville étrange qui bouge doucement. Le contact du duo – entre performance et relation intime – évolue tout au long de la projection. 

Horaire:

  • le vendredi 25 novembre, de 12 h 30 à 18 h

Visites guidées en compagnie de l’artiste:

  • le vendredi 25 novembre, de 11 h 30 à 12 h 30 et de 15 h 30 à 16 h 30
  • le samedi 26 novembre, de 11 h 30 à 12 h 30 et de 16 h à 17 h

Pour en savoir plus, on visite le site du projet Le corps contemporain et l’espace vécu : entre imaginaire et expérience: corpsetespace.org