LA RUE AL MUTANABBI COMMENCE ICI : la communauté unie par la solidarité

Partager cette page à un(e) ami(e)

Votre courriel : * 
Courriel du destinataire : * 
Nom du destinataire : * 
Commentaire (facultatif)

Ils sont 140 à avoir répondu à l’invitation lancée par le Cégep de Saint-Jérôme, le 21 mars dernier, en prenant part au projet artistique Al Mutanabbi street starts here/La rue Al Mutanabbi commence ici, commémorant l’attentat sanglant du 5 mars 2007 perpétré à Bagdad. Parmi la foule, des enseignants, des étudiants, mais aussi des gens de la communauté venus exprimer leur solidarité envers les victimes en témoignant de l’importance de la pensée et de la littérature dans la survie d’un peuple.

Mentionnons que cette année, l’événement a pris une saveur particulière en raison de l’attentat-suicide qui a fait 26 victimes à Kaboul, le jour même. Dans ce contexte, la conférence de Hadi Qaderi portant sur le poète Al Mutanabbi et sur la poésie persane a revêtu une tout autre importance et son propos a été d’autant plus percutant. Sa présentation a été suivie d’une lecture de dix poèmes écrits par des étudiants du Collège dans le cours de Création littéraire, de Julien Orselli. Ces œuvres inspirantes – véritables mains tendues à travers l’espace et le temps vers ceux qui souffrent de la violence et aspirent à la beauté – ont particulièrement touché les participants. 

Fidèle à son habitude, le Collège entend bien prendre part à la prochaine mouture de cet événement d’envergure internationale. 

 


Le projet DÉCLIC et son approche par compétences (APC)

À travers son appui, le projet DÉCLIC accompagne ses partenaires dans la révision et la mise en place de programmes de formation en santé qui sont conçus selon l’approche par compétences (APC). Dans cette deuxième capsule d’une série de quatre, on vous explique en quoi cette approche pragmatique est appropriée dans le contexte malien et comment elle contribue à mieux répondre aux besoins de santé des populations.

Pour en savoir plus sur ce projet, visitez le site Internet de la Formation continue, Service aux entreprises et International.

Autre vidéo sur le même sujet : 

Projet DÉCLIC : Le CSTJ exporte son expertise au Mali


Le Tournoi des joyeux moineaux de retour pour une 2e année!

Les « joyeux moineaux » étaient de retour au CSTJ, le 13 mars, pour une deuxième année consécutive. À l’occasion de ce tournoi de badminton regroupant étudiants et enseignants, 36 joueurs se sont affrontés en simple, en matinée, et 54 joueurs l’on fait en double, l’après-midi.

Le Département d’éducation physique et le Service d’animation sportive annoncent déjà le retour de l’événement, à la prochaine session d’hiver.  

Félicitations aux gagnants!

Podiums :

Simple féminin : 

  • Gagnante : Jade Cassandra Laporte (étudiante)
  • Finaliste : Édith de la Sablonnière (enseignante au Département de psychologie)

Simple masculin :

  • Gagnant : Gabriel Lalonde (étudiant)
  • Finaliste : Samuel Boisvert (étudiant)

Double féminin : 

  • Gagnantes : Les dindons du Québec – Savanah Tardy et Jade Cassandra Laporte (étudiantes)
  • Finalistes : Choco – Jade Savage et Lauriane Ouellette (étudiantes)

Double mixte et masculin :

  • Gagnants : Les As – Samuel Prud’homme et Alek Delisle (étudiants)
  • Finalistes : Les Crinières – Zacharie Dagenais et Eusèbe Duclos (étudiants)

 


Une diplômée du CSTJ finaliste pour les Prix de la relève en restauration, tourisme et hôtellerie!

Genevieve Tessier, diplômée du programme Gestion d’un établissement de restauration au Cégep de Saint-Jérôme, figure parmi les finalistes des 14e Grands prix de la relève en restauration, tourisme et hôtellerie! Les bourses seront remises lors des Assises du Tourisme, le 2 mai, à Québec. 

En attendant le dévoilement du nom des gagnants, on vous invite à visionner la vidéo de sa mise en candidature.

Félicitations Geneviève!


Entente Canada-Québec : Tissage linguistique et culturel au pied des pentes du mont Tremblant

L’Entente Canada-Québec est un projet conçu pour favoriser les échanges culturels et linguistiques liés au monde des affaires entre certains étudiants des programmes Gestion de commerce et Comptabilité et gestion en provenance du Cégep Vanier ainsi que du Cégep de Saint-Jérôme et de ses centres collégiaux de Mont-Tremblant et Mont-Laurier.   

Dans le cadre du projet, les étudiants se sont rencontrés au pittoresque village piétonnier de Tremblant, lors d’une activité visant à briser la glace entre les participants. Lors d’un photo-rallye, ils ont pu faire connaissance et échanger – en français et en anglais –dans le but de tisser des liens et d’établir des relations de travail. Cette rencontre les aidera à poursuivre les travaux collaboratifs liés à leur technique respective tout au long de la session.

Les étudiants ont pu constater l’utilité d’approfondir leurs connaissances linguistiques liées à leur domaine d’études, mais aussi de prendre conscience de la richesse multiculturelle du Québec.  Ils ont également observé l’ampleur de l’économie touristique des Laurentides et sont retournés dans leurs campus respectifs avec une ferveur de débuter leur projet avec leurs nouveaux collègues.


Journée mondiale du travail social : les enseignants soulignent le travail des intervenants et des techniciens

Les enseignants en travail social tiennent à souligner la Journée mondiale du travail social – qui se tiendra le 20 mars – en rendant hommage à ceux qui œuvrent dans ce domaine, dans le but de faire découvrir cette profession méconnue. 

Ils souhaitent mettre de l’avant le travail des intervenants et des techniciens, qui par leurs actions, humanisent la prestation des services sociaux auprès des personnes en difficulté en mettant l’individu au centre de leurs préoccupations ainsi qu’en faisant preuve de solidarité, de démocratie et de justice sociale.

Bonne Journée mondiale du travail social à tous nos étudiants de ce programme technique!

 

 


Le CDCQ a la rescousse du littoral canadien : Projet de recyclage des navires abandonnés

Le Centre de développement des composites du Québec (CDCQ), affilié au Cégep de Saint-Jérôme, a obtenu une subvention de 300 000 $ du gouvernement fédéral pour prendre part au projet Étude sur le recyclage des navires en fibres de verre et sur les performances des matériaux recyclables appliquées à la conception des navires.

Dans le cadre de ce mandat, le CDCQ collaborera avec le centre collégial de transfert de technologie Innovation maritime (IMAR) dans le but de trouver une manière de recycler les navires en matériaux composites. Le projet, d’une durée de trois ans, débutera en septembre prochain. 

« Il est triste de constater que des petits bateaux en composites (fibre de verre) soient abandonnés par leur propriétaire à la fin de leur vie utile.  C’est un enjeu de développement durable qui s’inscrit dans le plan stratégique du CDCQ.   Les chercheurs de l’équipe du CDCQ travailleront de concert avec l’équipe de l’IMAR pour trouver des technologies de valorisation pour les bateaux abandonnés et pour développer des matériaux de mise en forme de bateaux futurs qui seront recyclés à la fin de leur vie utile » mentionne Mme Janic Lauzon, directrice générale du CDCQ.

Mentionnons que la subvention du gouvernement fédéral provient d’une enveloppe de près de 1,3 M$ dédiée à l’enlèvement des bateaux abandonnés sur le littoral canadien.

Pour en savoir plus, on consulte le communiqué.


Mérite étudiant : une nouvelle bourse en l’honneur de Cendrine Browne

Une nouvelle bourse a été nommée en l’honneur de Cendrine Browne, athlète olympique et ancienne étudiante au CSTJ. (Photo : Service des communications – CSTJ)

La Fondation du Cégep de Saint-Jérôme et le Cégep de Saint-Jérôme annoncent la création d’une nouvelle bourse en l’honneur de l’athlète olympique et ex-étudiante membre de l’Alliance Sport-Études au CSTJ, Cendrine Browne. Ce prix vise non seulement à souligner les performances sportives d’un étudiant athlète, mais aussi son engagement, sa détermination, son attitude exemplaire et sa réussite scolaire.

Cette bourse, d’une valeur de 1000 $ sera remise par la Fondation du Cégep de Saint-Jérôme, en présence de la principale intéressée, à l’occasion du gala du Mérite étudiant, qui se tiendra le 24 mai.

« Par la création de cette bourse, nous souhaitons soutenir une fois de plus nos étudiants athlètes et mettre en lumière leurs accomplissements. Nous sommes fiers d’associer notre nom à celui de Cendrine Browne, puisqu’elle incarne parfaitement les valeurs que nous véhiculons », d’affirmer Carole Marchand, présidente du conseil d’administration de la Fondation du Cégep de Saint-Jérôme.

« Cendrine Browne a su s’illustrer dans sa discipline sportive autant que dans son parcours scolaire par son attitude, sa détermination et son engagement. Ces qualités sont nécessaires pour faire d’un simple sportif, un athlète complet », d’ajouter Richard Campeau, coordonnateur des activités sportives et communautaires au Cégep de Saint-Jérôme.

« Notre porte-parole (Cendrine) est un véritable modèle pour notre communauté. Par cette marque de reconnaissance, nous souhaitons inspirer nos jeunes à se surpasser et à livrer le meilleur d’eux-mêmes, tout en reconnaissant les réalisations de notre diplômée », de conclure Nadine Le Gal, directrice générale du CSTJ.

Mises en candidature

Mentionnons que les étudiants du Cégep de Saint-Jérôme qui souhaitent soumettre leur candidature pour l’obtention de cette bourse ont jusqu’au 16 avril pour le faire auprès du Service de l’animation sportive (E-222).

Pour connaître les critères d’admissibilité, on visite le cstj.qc.ca/merite.

 À propos de Cendrine Browne

Cendrine Browne a représenté le Canada lors des Jeux olympiques de Pyeongchang, à l’hiver 2018, dans les épreuves de ski de fond. Parallèlement à sa carrière sportive, la jeune femme détentrice effectue un baccalauréat en intervention sportive, tout en complétant un certificat en administration à distance. Elle agit aussi à titre de porte-parole du Cégep de Saint-Jérôme et de ses centres collégiaux de Mont-Tremblant et Mont-Laurier.

Rappelons que Cendrine a étudié au CSTJ, où elle a obtenu son DEC en Sciences humaines à l’automne 2013. Elle a aussi été membre de l’Alliance Sport-Études.


Sandrine Hamel défendra les couleurs du Canada à Pyeongchang!

Après Cendrine Browne, c’est au tour de Sandrine Hamel à se rendre à Pyeongchang pour défendre les couleurs du Canada. L’étudiante en Sciences humaines au Cégep de Saint-Jérôme et membre de l’Alliance Sport-Étude participera aux Jeux paralympiques, qui se tiendront du 9 au 18 mars, en Corée du Sud. 

La jeune femme de 20 ans prendra part à deux épreuves en surf des neiges, soit le slalom avec bordures (banked slalom) et le snowboard-cross. La première consiste à dévaler la pente le plus rapidement possible en franchissant des portes, tandis que la deuxième consiste à compléter un parcours composé de sauts, de buttes, de bosses et d’autres obstacles. Ne manquez pas ses prouesses sportives lors de ses compétitions qui se tiendront les 12 et 16 mars!

La communauté du CSTJ tient à souhaiter la meilleure des chances à Sandrine, alors qu’elle s’apprête à relever un des plus grands défis de sa vie!

Pour en savoir plus sur Sandrine, on visite le site Internet de l’organisme Canada Snowboard.


La nuit des longues plumes : écoutez ce que les esprits du Collège ont à vous dire!

Écoutez! N’entendez-vous pas? On dit que les murs ont des oreilles… mais au cégep, ils ont aussi une voix. Des créateurs attentifs leur ont donné la parole. Si vous apercevez des affiches mystérieuses dans les corridors, prenez le temps de vous arrêter pour écouter les voix des esprits qui vous parlent. Numérisez le code QR et prenez part à l’expérience de La nuit des longues plumes, une création orchestrée par l’Étendard, la revue littéraire et artistique des étudiants du Cégep de Saint-Jérôme.

Dans le cadre de la semaine du français, le comité de l’Étendard a mis au point ce collectif interactif, un projet de création unique reliant des étudiants passionnés de littérature, de musique et d’art, et des professeurs un peu trop motivés.

Un zoo la nuit

La nuit des longues plumes a débuté le 23 février avec le volet création. De 19 h 30 à 3 h, les étudiants ont laissé libre cours à leur imagination avec, comme point de départ, une question : quels esprits habitent le cégep la nuit?

C’est Julien Orselli, professeur au département de français, qui a piloté les ateliers de création inspirés à la fois par les rituels chamaniques des sociétés traditionnelles et les processus créateurs d’auteurs comme Arthur Rimbaud, Bernard-Marie Koltès ou Marguerite Duras.

D’abord dirigés par des ateliers, les auteurs et artistes visuels ont créé des personnages et observé certains lieux du cégep ciblés par le comité de l’Étendard. Par la suite, ils ont joint le produit de leur création de sorte à faire un heureux mariage entre texte et image. Après l’écriture, les étudiants ont pu enregistrer une lecture accompagnée d’ambiances sonores ou musicales mises au point par Vincent Julien, professeur au Département de français, et Simon-Olivier Savard, étudiant en sciences de la nature.

 

Vous entendrez des voix

La deuxième partie du projet de La nuit des longues plumes consiste à rendre accessible à tous les œuvres créées lors de la soirée de création. Aux 15 endroits ayant inspiré les auteurs et artistes, on retrouve des affiches présentant les oeuvres des artistes ainsi qu’un code QR. Les étudiants peuvent numériser les codes avec leur téléphone intelligent pour avoir accès aux pistes audios enregistrées durant la soirée.

Les affiches sont placées de façon à ce que les étudiants puissent les trouver par hasard et se laisser guider par leur curiosité.  Elles demeureront en place aussi longtemps que le voudront les esprits du cégep. On peut aussi consulter la carte indiquant leur emplacement.

Les maîtres d’oeuvre
Il est à noter que tout cela n’aurait pas été possible sans les infatigables éditrices en chef de l’Étendard, Maurane Arcand (sciences de la nature) et Camélee Boisvert-Labelle (sciences humaines), qui ont coordonné le projet, les quelque peu poqués Alexis Vaillancourt (français), François Guénette (français) et Éric Ladouceur (arts visuels), qui les ont soutenues, la toujours debout Émélie Charette-Paquette (multimédia), qui a mis sa touche magique et graphique à la nuit, la vaillante veilleuse Mélanie Morand (service de l’animation socioculturelle), qui a su tirer les bonnes ficelles, les nombreux artistes noctambules qui ont contribué à la féérie de cette nuit, et les esprits du cégep qui ont accepté d’entrer en contact avec les créateurs à l’écoute.