Planétoscope : mieux comprendre la guerre pour prôner la paix

Partager cette page à un(e) ami(e)

Votre courriel : * 
Courriel du destinataire : * 
Nom du destinataire : * 
Commentaire (facultatif)

De retour pour une 3e année, le festival Planètoscope a présenté 10 documentaires et films de fiction traitant du thème « Guerre et paix », du 18 au 22 mars. 

Selon Édith Martel, enseignante en sociologie au Département des sciences sociales du CSTJ et instigatrice du projet, il était important d’aborder cette question.
« [Nous avons proposé] des films parfois difficiles à regarder de par la dureté de leur propos (torture, conflits, pertes humaines, déplacement de populations, chocs post-traumatiques,etc.). Néanmoins, leur visionnement apparaît nécessaire pour prendre conscience des conséquences des guerres et des conflits dans le monde », explique-t-elle.

Chaque projection a été suivie d’une discussion de fond en compagnie d’artisans (réalisateurs, monteurs) qui ont collaboré aux différents films, de chercheurs qui s’intéressent à la question des guerres, de militants engagés ou encore, d’enseignants.

Parmi les panélistes se trouvaient le réalisateur du film Un journaliste au front, Santiago Bertolino;  le porte-parole de Greenpeace, Patrick Bonin, qui a parlé des réfugiés climatiques; l’infirmière pour Médecins sans Frontières, Liza Courtois, et la conseillère technique pour Oxfam, Erika Salem, qui ont parlé de leur expérience auprès des migrants ainsi qu’Yves Rochon et Hassoun Karam qui ont témoigné avec émotion de leur expérience en Palestine et au Liban.

Une nouveauté cette année : plusieurs enseignants du CSTJ ont également pris part à la discussion. Hadi Qaderi (science politique), Louis Lafrance (psychologie), Nicolas Fournier (sciences sociales) et Simon Chavarie (histoire) ont donc agi à titre d’experts invités.

 

 Remerciements

Les organisateurs de l’événement tiennent à remercier la Fondation du Cégep de Saint-Jérôme pour son appui financier qui a permis la tenue de cet événement. 


Ludvic Moquin-Beaudry au micro de Nicolas Ouellet

le 29 mars, dans le cadre de l’émission Faites du bruit diffusée sur les ondes d’ICI Radio-Canada Première (95,1). Il a été invité pour discuter du rôle joué par la première ministre néozélandaise, Jacinda Ardern, à la suite de l’attentat contre les mosquées de Christchurch.

Un rendez-vous radiophonique à ne pas manquer!


Mirelle Beaudet participe à une conférence sur les soins palliatifs

Adoptée en 2014, la Loi 2 concernant les soins de fin de vie a fait couler beaucoup d’encre. Les médias ont largement abordé la question de l’aide médicale à mourir, passant pratiquement sous silence une autre composante importante de la loi : les soins palliatifs. Ce thème – méconnu et complexe – passionne Mirelle Beaudet, enseignante en Soins infirmiers au CSTJ et infirmière clinicienne, qui depuis 11 ans, s’investit auprès de la Maison des soins palliatifs de la Rivière-du-Nord, du réseau Pallia-Vie.

Afin d’aider la communauté à mieux comprendre les tenants et aboutissants de ces soins de fin de vie, Mirelle agira à titre d’experte lors de la conférence « Soins palliatifs et aide médicale à mourir : un choix que plusieurs auront à faire ».  Pour en savoir plus : https://bit.ly/2uxQZE1


Une bourse de 4000 $ pour Florence Delsame

Florence Delsame, étudiante-athlète en Science de la nature au Cégep de Saint-Jérôme, a remporté une bourse Soutien à la réussite académique et sportive d’une valeur de 4000 $ remise par la Fondation de l’athlète d’excellence du Québec, dans  le cadre du Programme des bourses Banque Nationale. 

La jeune bosseuse s’est illustrée sur le circuit en raflant la médaille d’or en duel  à la Coupe Nor-Am de Val Saint-Côme (elle a terminé 6e en simple) et la médaille de bronze aux Jeux du Canada. Elle souhaite de nouveau atteindre le podium à la prochaine coupe Nor-Am et vise rejoindre les rangs de l’équipe canadienne. 

Mentionnons que la jeune femme entend continuer ses études en ingénierie ou dans un domaine qui l’amènera à travailler dans la sphère sportive.


Le Cégep de Saint-Jérôme siège à [une simulation] de l’ONU!

Défendre les intérêts (politiques, économiques et sociaux) de leur pays dans le cadre d’une grande conférence internationale : c’est ce que 7 étudiants du cours Politique internationale du programme Sciences humaines du Cégep de Saint-Jérôme ont dû faire lors d’une simulation des Nations-Unies organisée par l’Association canadienne des Nations-Unies, à Ottawa, du 14 au 17 mars 2019.

Se glissant dans la peau d’un diplomate représentant Cuba, l’Espagne ou encore, la Tunisie, ils ont discuté de problèmes mondiaux tels que les changements climatiques, le développement économique inéquitable entre les pays, les conditions de vie dans les camps de réfugiés au Moyen-Orient et le conflit au Cachemire impliquant l’Inde et le Pakistan, deux puissances nucléaires.

Afin de bien se préparer à siéger aux différents comités, ils ont visité les ambassades et rencontré les (véritables) diplomates du pays qu’ils représentaient, afin de discuter avec eux des enjeux qui les préoccupent en matière de politique étrangère. Les échanges riches ont permis aux jeunes délégués de mieux comprendre les positions de leur pays respectifs concernant différents enjeux mondiaux et, ainsi, de mieux défendre ces positions pendant les débats.

Vivre une crise, en temps réel!

Afin d’offrir aux participants une expérience des plus authentiques, l’organisation a eu recours à des outils technologiques – dont l’application Discord – afin de simuler une crise en temps réel. Des journalistes, personnifiés par des étudiants, alimentaient les travaux des délégués de l’ONU avec des nouvelles internationales qui influençaient parfois le cours des débats. Les « représentants de la presse » ont notamment annoncé une épidémie d’Ébola dans un camp de réfugiés au Pakistan, forçant la suspension des travaux du Haut-Commissariat aux réfugiés, pour permettre aux diplomates de  traiter en toute urgence cette situation. Pendant deux heures, ils ont rédigé des projets de résolution et négocié intensément, afin de s’entendre sur les meilleures actions à prendre pour enrayer l’épidémie. Or, ce n’est que plus tard qu’ils ont appris que cette « nouvelle » était… une infox (fake news)!

Le lendemain, les diplomates ont eu à gérer une nouvelle crise :  l’invasion de l’est de l’Ukraine par la Russie!  Le Conseil de sécurité a donc – à son tour – décidé de suspendre ses débats sur le conflit au Cachemire, afin de traiter de ce conflit qui menaçait la sécurité et la paix internationale.

Bref, la délégation du Cégep de Saint-Jérôme a vécu une fin de semaine intense dans un cadre hyper stimulant et amusant. Portés par la passion contagieuse  des mordus de politique internationale qu’ils ont rencontrés, les étudiants ont affirmé qu’ils seraient prêts à recommencer l’expérience. Certains se sont même découvert une vocation! Ils encouragent d’ailleurs leurs collègues à participer à ce genre d’événements.  Les enseignants accompagnateurs espèrent d’ailleurs pouvoir répéter l’expérience l’an prochain, à l’occasion de la 17e Simulation canadienne des Nations-Unies à Ottawa. Avis aux intéressés!

 

Remerciements

La délégation du Cégep de Saint-Jérôme tient à remercier chaleureusement la Fondation du cégep et la Direction des études pour leur soutien financier et moral.


3e tournoi des Joyeux moineaux : une compétition amicale pour promouvoir un mode de vie actif!

Pour une 3e année consécutive, le tournoi de badminton Les Joyeux moineaux était de retour au CSTJ, le 12 mars. Lors de cette compétition organisée par le Département d’éducation physique et le Service d’animation sportive, 24 joueurs se sont affrontés en simple et 50 joueurs ont croisé le fer en double dans le but de mettre la main sur le trophée tant convoité!

Cette année, le Collège a accordé une demi-journée de libération aux membres du personnel afin qu’ils puissent participer à l’événement, dans le but d’encourager un mode de vie actif . 

Déjà, on annonce la tenue d’un 4e tournoi des Joyeux moineaux à l’hiver 2020!

Podiums :

Simple masculin et féminin :

  • 1re position : Olivier Lévesque (étudiant)
  • 2e position : Samuel Prud’Homme (étudiant)
  • 3e position : Zacharie Dagenais (étudiant)

Double féminin : 

  • 1re position : Pink Ladies – Charlotte Alarie et Gabrielle Villemaire (étudiantes)
  • 2e position : BBF – Anne-Florence Bastien et Victoria Sanscartier (étudiantes)

Double mixte et masculin :

  • 1re position : All in – Gabriel Lalonde et Tristan Leclerc-Tremblay (étudiants)
  • 2e position : Gary et Nancy – Zacharie Dagenais et Zachary Brissette (étudiants)
  • 3e position : 108% – Hubert-Luc Ouellette et François Paquin (employés)

 

Remerciements 

Le comité organisateur souhaite remercier le Service des communications ainsi que la Fondation et le Service des ressources humaines qui ont remis des prix aux participants.

 


Une bourse pour Alicia Arcand!

Alicia Arcand, étudiante-athlète en Sciences de la nature au Cégep de Saint-Jérôme, s’est mérité une bourse d’excellence académique d’une valeur de 2000 $ remise par la Fondation de l’athlète d’excellence du Québec, dans  le cadre du Programme des bourses Banque Nationale. 

La jeune nageuse, qui a maintenu une moyenne de 81 % à la dernière session, s’est démarquée à de nombreuses occasions sur les circuits sportifs. Elle a notamment raflé le titre de championne canadienne junior au 100 m dos, en plus de remporter l’argent au relais 4 x 100 m quatre nages,  lors de cette même compétition. Elle est également médaillée  d’argent au relais 4 x 100 m quatre nages à l’Invitation Mel Zajac.

Alicia se démarque de ses adversaires dans l’exécution de ses coulées et se débrouille bien dans tous les styles de nage. Elle travaille d’arrache-pied dans le but d’améliorer ses temps, afin de nager pour une université canadienne ou américaine prochainement. 


La recherche collégiale bien vivante au CSTJ!

Quand il est question de recherche appliquée, on pense naturellement à la communauté universitaire. Et pourtant! Il y a d’importantes trouvailles qui se font également du côté des cégeps! Véritable pionnier en recherche collégiale, le Cégep de Saint-Jérôme est le premier établissementfrancophone à avoir travaillé à l’élaboration d’une « politique de recherche-développement », en 1985! Le CSTJ souhaite aujourd’hui réaffirmer son engagement à être un chef de file en la matière. C’est pourquoi il a convié son personnel à une journée pédagogique sous le thème de la recherche collégiale, le 13 mars.

Pour l’occasion, le Service du développement pédagogique a concocté une programmation des plus complètes. Au menu : conférence de Lynn Lapostolle, directrice de l’Association de la recherche au collégial, sur l’état de la recherche collégiale au Québec ; panel mettant en valeurs quelques chercheurs du CSTJ et ateliers présentant certains projets de recherches en cours au CSTJ. Bref, on ne peut que constater que la recherche est bien vivante et dynamique chez nous!

L’événement a également été l’occasion de dévoiler – en primeur – la campagne « Vous cherchez, on trouve » développée dans le but de promouvoir les initiatives de recherche de notre communauté ainsi que les services d’accompagnement offerts au CSTJ.

Mentionnons que le Collège travaille actuellement à l’élaboration de sa politique institutionnelle sur la recherche, qui sera adoptée au cours des prochains mois.


Nuit d’encre : une veillée de création qui continue de nous habiter

Se réunir, la nuit, pour créer. Où? Au cégep. Pourquoi? Pour le simple plaisir d’occuper un lieu qui nous est familier dans un contexte qui nous permet d’en déceler l’étrangeté. Telle était la proposition qui a mené à la Nuit d’encre du 22 février, un événement organisé conjointement par le comité de la revue littéraire L’Étendard et celui des Arts visuels.

Au début de la soirée, des actions ont été proposées pour inspirer les étudiants et servir de catalyseurs de création (par exemple : crée une plaque publique éducative, écris tes adieux à un lieu dans le cégep, incarne un personnage historique dont il est fait mention dans le cégep et prends-toi en photo, fais l’inventaire pratique d’un espace du cégep, etc.).

Tout au long de la nuit, le local d’arts a servi de quartier général. Certains y ont élu domicile pour donner libre cours à leur inspiration. D’autres sont plutôt partis à la conquête de l’immensité du cégep pour revenir avec, entre les mains, l’aboutissement de leur périple artistique. Jusqu’aux petites heures, dans une ambiance festive et chaleureuse, les étudiants noctambules ont mis en commun leurs efforts et leurs talents multiples pour produire textes, dessins, photos et autres créations infographiques. Lorsqu’une œuvre était prête, on s’empressait de retourner sur les lieux qui l’avaient inspirée afin de l’y afficher.

Ainsi, lors de vos pérégrinations diurnes dans le cégep, vous pouvez tomber nez à nez avec l’une d’elles, marquée du logo Nuit d’encre. Prenez le temps de l’apprécier. Peut-être, si vous êtes chanceux, saurez-vous capter un peu de l’essence de cette nuit mémorable.


La persévérance de 19 étudiants récompensée par la Fondation Arconic

Les 19 lauréats d’une bourse de 1000 $, en compagne de Christian Ouimet, directeur général chez Arconic (à gauche de l’escalier) et Marie-Christine Vernier, chef de service des ressources humaines chez Arconic (à droite de l’escalier). (Photo : gracieuseté)

Les 19 récipiendaires d’une bourse de persévérance de 1000 $ étaient tout sourire, lors d’une cérémonie organisée en leur honneur par la Fondation du Cégep de Saint-Jérôme, le 6 février dernier. Christian Ouimet, directeur général chez Arconic, et sa collègue Marie-Christine Vernier, chef de service des ressources humaines, ont rencontré les lauréats et leur ont remis un total de 19 000 $ en bourses.

Pour l’occasion, les étudiants ont visité les installations de la compagnie Arconic, située à Laval. La compagnie – qui se spécialise dans la fabrication de composante en aluminium, notamment pour le secteur aérospatial – reçoit chaque année une dizaine de stagiaires en Génie mécanique. 

« Nous tenons à féliciter tous les étudiants pour leur persévérance dans leur cheminement scolaire et personnel, en plus de s’être démarqués dans leur programme d’études respectif.   Nous espérons que cette bourse contribuera à leur épanouissement professionnel, en plus de les propulser vers une brillante carrière », a mentionné Christian Ouimet, directeur général chez Arconic.

« Nous sommes privilégiés d’avoir un partenaire comme la Fondation Arconic qui nous a permis de faire une belle différence dans la vie de 19 étudiants. Ces bourses avaient comme objectif de souligner l’effort des étudiants qui ont persévéré dans les programmes de sciences, de technologie, d’ingénierie et de mathématique », a expliqué Carole Marchand, présidente du conseil d’administration de la Fondation du Cégep de Saint-Jérôme.

À propos de la Fondation Arconic

La Fondation Arconic soutient des programmes qui aident à préparer la main-d’œuvre d’ingénierie et de fabrication de pointe du XXIe siècle. Il s’agit d’une fondation indépendante dotée d’actifs d’environ 320 M$. Elle est la branche caritative d’Arconic Inc., qui travaille en étroite collaboration avec ses clients pour résoudre des problèmes d’ingénierie complexes, afin de transformer la façon dont nous volons, conduisons, construisons et produisons de l’énergie. Le travail de la Fondation Arconic est encore renforcé par les milliers d’employés bénévoles d’Arconic qui partagent leurs talents et leurs temps pour faire une différence dans leurs communautés. Fondée en 2016, la Fondation Arconic est présente dans 26 pays à travers le monde.


Cégeps en spectacle : William Beauchamp et Océanne Jobin seront à la finale régionale!

Deux étudiants du CSTJ prendront part à la finale régionale centre-ouest de Cégeps en spectacle, le 16 mars, à la salle Pratt & Whitney Canada du Cégep Édouard-Montpetit. Il s’agit de William Beauchamp (campus de Saint-Jérôme ) et d’Océanne Therrien (campus de Mont-Laurier). 

William s’est qualifié grâce à ses compositions La théorie du temps et Jusqu’à la lune. Océanne  – qui n’en est pas à sa première expérience sur scène, puisqu’elle s’est déjà illustrée à Secondaire en spectacle, – a pour sa part conquit le jury de la finale locale par son interprétation à la guitare et au chant de la chanson L’Écrivain, d’Alexandre Poulin. 

On leur souhaite la meilleure des chances!


Louis Lafrance en mission au Mali

Le 25 février dernier, Louis Lafrance s’envolait pour le Mali afin de prendre part à une mission de coopération internationale visant le renforcement de la Commission de justice, vérité et réconciliation pour la paix et la stabilisation au Mali.

Durant ce périple, qui se terminera le 14 mars, l’enseignant au Département de psychologie au Cégep de Saint-Jérôme formera les membres de la nouvelle Unité Enquêtes de la Commission qui mènera des enquêtes sur des violations graves aux droits de la personne dans le but de favoriser la sortie de crise dans lequel s’est enfoncé ce pays.

Nul doute que sa contribution fera une réelle différence auprès de la communauté locale!