Annonces au Cégep de Saint-Jérôme : 3,75 M$ pour le maintien d’actifs, 2,3 M$ pour augmenter le devis scolaire et un nouveau programme d’études

Partager cette page à un(e) ami(e)

Votre courriel : * 
Courriel du destinataire : * 
Nom du destinataire : * 
Commentaire (facultatif)

160616_annonceCouillard_021Le premier ministre du Québec, Philippe Couillard, la ministre de l’Enseignement supérieur, Hélène David, et la ministre des Relations internationales et de la Francophonie et ministre responsable de la région des Laurentides, Christine St-Pierre, ont procédé à trois annonces importantes pour le Cégep de Saint-Jérôme. Ils ont annoncé un nouveau parcours qui permettra aux élèves titulaires d’un diplôme d’études professionnelles ou d’une attestation de spécialisation professionnelle d’accéder directement à l’attestation d’études collégiales (AEC) en Gestion de services alimentaires, ainsi que deux investissements soit 3,75 millions de dollars pour le maintien d’actifs et 2,3 millions de dollars pour augmenter le devis scolaire.

« Notre véritable projet de société, qui permettra au Québec d’être compétitif dans le contexte de l’économie du 21e siècle est l’éducation. Au cours des deux dernières années, nous avons équilibré notre budget et nous sommes donné les moyens de réinvestir dans cette priorité qu’est la réussite en éducation et en enseignement supérieur. Cette vision se traduit dans le Plan économique du Québec par des investissements additionnels de plus de 1,2 milliard de dollars pour bonifier les services directs aux élèves et aux étudiants ainsi que pour rénover et améliorer les établissements d’enseignement. Cette vison se traduit également dans l’annonce que nous faisons aujourd’hui qui démontre concrètement que notre gouvernement agit pour bâtir un véritable système d’éducation du 21e siècle », a déclaré le premier ministre.

Le nouveau programme annoncé sera notamment le prolongement de la formation professionnelle offerte au secondaire pour des programmes d’études du domaine des services alimentaires. Ce nouveau programme s’adressera également aux personnes en emploi dans le domaine des services alimentaires qui désirent parfaire leurs compétences de gestion.

« Le nouveau parcours développé par le Cégep de Saint-Jérôme est un exemple concret de l’innovation dont font preuve nos établissements collégiaux. Par ce nouveau parcours de formation, le Cégep de Saint-Jérôme pourra encore mieux répondre aux besoins exprimés par les employeurs de ce domaine, tout en incitant les élèves titulaires de diplômes d’études professionnelles et d’attestations de spécialisation professionnelle à mener des études supérieures et ainsi diversifier leurs perspectives d’emplois », a déclaré la ministre David.

Rappelons aussi qu’en 2013, le Cégep de Saint-Jérôme s’est doté de nouveaux locaux destinés aux étudiants du programme Gestion d’un établissement de restauration, à la suite d’un investissement gouvernemental de 15,3 millions de dollars. Cet investissement a permis au cégep d’agrandir et de réaménager ses locaux en vue d’accueillir de nouvelles cohortes d’étudiants. Ainsi, à compter de l’automne 2016, le devis scolaire du cégep, qui s’élevait à 4 000 étudiants, sera porté à 4 300 étudiants. Un investissement de 2,3 millions de dollars permettra le réaménagement des infrastructures et la bonification du parc d’équipements nécessaires à l’accueil d’un plus grand nombre d’étudiants.

« Les cégeps représentent des moteurs économiques essentiels pour les régions du Québec, et les annonces d’aujourd’hui démontrent toute l’importance que notre gouvernement leur accorde. Les investissements annoncés s’inscrivent dans nos efforts visant à développer la formation professionnelle et la formation technique dans la région des Laurentides. L’initiative du Cégep de Saint-Jérôme permettra aux étudiants de la région de parfaire leurs connaissances et d’accéder à des emplois plus spécialisés », a mentionné la ministre St-Pierre.

Enfin, l’investissement de 3,75 millions de dollars accordé au Cégep de Saint-Jérôme pour ses parcs mobilier et immobilier au cours de l’année scolaire 2015-2016 vise à maintenir en état les bâtiments, à résorber le déficit de maintien des actifs et à renouveler les parcs d’équipements rattachés à l’enseignement, aux services à l’enseignement ainsi qu’à l’administration générale et pédagogique. Rappelons qu’un peu plus tôt aujourd’hui la ministre de l’Enseignement supérieur, Hélène David, a aussi annoncé une aide financière de 494 500 $ au Cégep de Saint-Jérôme pour le fonctionnement du Centre d’études collégiales de Mont-Tremblant.


Annonces au Cégep de Saint-Jérôme : 3,75 M$ pour le maintien d’actifs, 2,3 M$ pour augmenter le devis scolaire et un nouveau programme d’études

160616_annonceCouillard_021Le premier ministre du Québec, Philippe Couillard, la ministre de l’Enseignement supérieur, Hélène David, et la ministre des Relations internationales et de la Francophonie et ministre responsable de la région des Laurentides, Christine St-Pierre, ont procédé à trois annonces importantes pour le Cégep de Saint-Jérôme. Ils ont annoncé un nouveau parcours qui permettra aux élèves titulaires d’un diplôme d’études professionnelles ou d’une attestation de spécialisation professionnelle d’accéder directement à l’attestation d’études collégiales (AEC) en Gestion de services alimentaires, ainsi que deux investissements soit 3,75 millions de dollars pour le maintien d’actifs et 2,3 millions de dollars pour augmenter le devis scolaire.

« Notre véritable projet de société, qui permettra au Québec d’être compétitif dans le contexte de l’économie du 21e siècle est l’éducation. Au cours des deux dernières années, nous avons équilibré notre budget et nous sommes donné les moyens de réinvestir dans cette priorité qu’est la réussite en éducation et en enseignement supérieur. Cette vision se traduit dans le Plan économique du Québec par des investissements additionnels de plus de 1,2 milliard de dollars pour bonifier les services directs aux élèves et aux étudiants ainsi que pour rénover et améliorer les établissements d’enseignement. Cette vison se traduit également dans l’annonce que nous faisons aujourd’hui qui démontre concrètement que notre gouvernement agit pour bâtir un véritable système d’éducation du 21e siècle », a déclaré le premier ministre.

Le nouveau programme annoncé sera notamment le prolongement de la formation professionnelle offerte au secondaire pour des programmes d’études du domaine des services alimentaires. Ce nouveau programme s’adressera également aux personnes en emploi dans le domaine des services alimentaires qui désirent parfaire leurs compétences de gestion.

« Le nouveau parcours développé par le Cégep de Saint-Jérôme est un exemple concret de l’innovation dont font preuve nos établissements collégiaux. Par ce nouveau parcours de formation, le Cégep de Saint-Jérôme pourra encore mieux répondre aux besoins exprimés par les employeurs de ce domaine, tout en incitant les élèves titulaires de diplômes d’études professionnelles et d’attestations de spécialisation professionnelle à mener des études supérieures et ainsi diversifier leurs perspectives d’emplois », a déclaré la ministre David.

Rappelons aussi qu’en 2013, le Cégep de Saint-Jérôme s’est doté de nouveaux locaux destinés aux étudiants du programme Gestion d’un établissement de restauration, à la suite d’un investissement gouvernemental de 15,3 millions de dollars. Cet investissement a permis au cégep d’agrandir et de réaménager ses locaux en vue d’accueillir de nouvelles cohortes d’étudiants. Ainsi, à compter de l’automne 2016, le devis scolaire du cégep, qui s’élevait à 4 000 étudiants, sera porté à 4 300 étudiants. Un investissement de 2,3 millions de dollars permettra le réaménagement des infrastructures et la bonification du parc d’équipements nécessaires à l’accueil d’un plus grand nombre d’étudiants.

« Les cégeps représentent des moteurs économiques essentiels pour les régions du Québec, et les annonces d’aujourd’hui démontrent toute l’importance que notre gouvernement leur accorde. Les investissements annoncés s’inscrivent dans nos efforts visant à développer la formation professionnelle et la formation technique dans la région des Laurentides. L’initiative du Cégep de Saint-Jérôme permettra aux étudiants de la région de parfaire leurs connaissances et d’accéder à des emplois plus spécialisés », a mentionné la ministre St-Pierre.

Enfin, l’investissement de 3,75 millions de dollars accordé au Cégep de Saint-Jérôme pour ses parcs mobilier et immobilier au cours de l’année scolaire 2015-2016 vise à maintenir en état les bâtiments, à résorber le déficit de maintien des actifs et à renouveler les parcs d’équipements rattachés à l’enseignement, aux services à l’enseignement ainsi qu’à l’administration générale et pédagogique. Rappelons qu’un peu plus tôt aujourd’hui la ministre de l’Enseignement supérieur, Hélène David, a aussi annoncé une aide financière de 494 500 $ au Cégep de Saint-Jérôme pour le fonctionnement du Centre d’études collégiales de Mont-Tremblant.


Deux étudiants en Transformation des matériaux composites collaborent à la formule SAE de l’UQTR

remise de pièces et de mouleLe projet de fabrication de deux diplômés en Techniques de transformation des matériaux composites, Aubert Maillot-Sanches et Hiroshi Charbonneau, a récemment été livré à l’équipe de course « SAE » de l’Université du Québec à Trois-Rivières (UQTR). Dans un esprit collaboratif et dans le cadre de leur projet de fin d’études, le duo a en effet conçu des composantes pour le nez de la voiture monoplace de l’UQTR, ainsi que des moules.

 

 

 

Nez de la formule SAEAfin de prendre part aux très prestigieuses compétitions de la Society of Automotive Engineers (SAE), l’équipe de course de l’UQTR – dont fait partie Simon Houle, diplômé du programme Transformation des matériaux composites du CSTJ -, relève chaque année le défi de concevoir et de construire un bolide de course. C’est donc dans le but de concourir à bord du meilleur véhicule possible que les universitaires se sont tournés vers l’expertise reconnue du Cégep de Saint-Jérôme pour la création de pièces en matériaux composites. Aubert et Hiroshi ont accepté le mandat dans l’optique de développer une pièce maîtresse qui permettrait à l’équipe de l’UQTR de rivaliser avec les bolides des 120 équipes universitaires inscrites à la compétition!

Et le pari fut réussi! Les étudiants du CSTJ ont utilisé leur savoir-faire en conception de pièces en matériaux de hautes performances pour créer un nez répondant parfaitement aux besoins de l’équipe, augmentant l’appui aérodynamique sur l’avant de l’engin.

 

D’ailleurs, la pièce en fibres de carbone, installée avec succès sur la voiture de compétition, a reçu une mention des juges pour la qualité de sa conception.

Une autre belle collaboration!

Fromule SAE

 

 


UNE MENTION D’HONNEUR DE L’AQPC MET EN LUMIÈRE L’ENGAGEMENT PÉDAGOGIQUE DE Cathy Willows

27579312415_ab45ee860c_o

Au centre, la lauréate Cathy Willows, du Cégep de Saint-Jérôme, reçoit sa Mention d’honneur des mains du président du conseil d’administration de l’Association québécoise de pédagogie collégiale (AQPC), Richard Moisan, et de Denise Trudeau, directrice générale du Cégep Garneau. Crédit photo : Gabriel Marceau

Le 9 juin dernier, l’Association québécoise de pédagogie collégiale (AQPC) décernait ses mentions d’honneur, dans le cadre de son 36e colloque annuel. Mme Cathy Willows, enseignante au Département de Techniques d’éducation à l’enfance, faisait partie des fiers lauréats. Chaudement applaudie par le parterre composé de plus de 500 de ses pairs du réseau québécois, Mme Willows a accepté son prix pendant qu’un texte lui rendant hommage était lu.

Cette distinction souligne la qualité de son travail de même que sa contribution à l’évolution de l’enseignement. Créative, dévouée et passionnée par la pédagogie, Mme Willows célèbre son 20e anniversaire de carrière en enseignement. Elle fait montre d’un engagement remarquable à l’égard de ses étudiants et de la communauté collégiale du Cégep de Saint-Jérôme. Il y a trois ans, dans le cadre de son cours sur la créativité, elle a mis sur pied une activité consistant à concevoir des contes pour enfants. Les textes retenus par un jury sont publiés ou lus par les étudiants aux enfants de l’Hôpital Sainte-Justine. De là est né le projet Flovie permettant d’offrir des livres aux enfants hospitalisés.

59 signes de la vitalité du réseau collégial
S’ils proviennent tous de collèges différents, les lauréats de la Mention d’honneur ont en commun d’être très compétents, appréciés de leurs étudiants et de leurs collègues, de rechercher constamment des moyens d’aider leurs étudiants et de les motiver ainsi que d’explorer de nouvelles façons de le faire. En ce sens, ces enseignants dévoués sont le signe de la vitalité pédagogique du réseau collégial, de son engagement envers des formations de qualité pour toutes les personnes qui fréquentent les cégeps.

À propos de l’AQPC et de son colloque annuel
L’AQPC est un organisme sans but lucratif qui a pour mission de promouvoir, de stimuler et de soutenir le développement ainsi que l’évolution de la pédagogie collégiale. Depuis plus de 35 ans, l’AQPC organise un colloque sur la pédagogie au collégial et, plus largement, en enseignement supérieur. Au fil du temps, ce rendez-vous annuel est devenu un incontournable. Du 8 au 10 juin 2016, plus de 1 500 pédagogues y ont participé pour améliorer leurs pratiques, apprendre de leurs collègues et favoriser davantage la persévérance ainsi que la réussite des étudiants. Le 36e colloque annuel de l’AQPC a été accueilli au Centre des congrès de Québec par le Cégep Garneau. www.aqpc.qc.ca

 


Le Cégep de Saint-Jérôme, premier collège canadien sélectionné au concours de Mobilité électrique Canada

160610_concours_ElectrificationTransport_AEC_001

Rangée du haut : Pierre-Yves Dagenais, Daniel Desaulniers, Samuel Aubé, David Brideau – Rangée du bas : Philippe Geissbuhler, Alain Guillemette, Sébastien Demers

Le 7 juin dernier, à l’Université McGill, six étudiants inscrits à l’AEC en Technologie des véhicules électriques ont opposé leurs stratégies techniques et commerciales à celles de quatre équipes universitaires, dans le cadre d’un concours organisé par Mobilité électrique Canada (MEC). En réponse à la problématique soumise à tous les étudiants en ingénierie et en administration des affaires du pays, la délégation du Cégep de Saint-Jérôme (CSTJ) a élaboré un plan d’action astucieux, visant à favoriser l’adoption des véhicules électriques.

Seule formation collégiale sélectionnée pour les présentations devant jury, et ce depuis les débuts de la compétition en 2012, le groupe du CSTJ rivalisait aux côtés de Dalhousie University, University of British Columbia, Polytechnique Montréal et l’Université McGill.

« À partir du moment où on leur a annoncé que leur candidature avait été retenue, les participants ont eu dix jours pour relever le défi 2016, c’est-à-dire celui de proposer des solutions à court terme pour un déploiement stratégique de l’infrastructure de recharge à l’échelle nationale. », a précisé Sébastien Demers, leur enseignant et conseiller spécial pour ce concours.

Dès lors, Philippe Geissbuhler, David Brideau, Pierre-Yves Dagenais, Samuel Aubé, Daniel Desaulniers et Alain Guillemette se sont mis à la tâche, usant de leurs connaissances pointues en la matière pour préparer un exposé de dix minutes.

Présentations devant jury à l’Université McGill
Le 7 juin dernier, chacune des équipes en lice a défilé devant le comité responsable de l’évaluation, pour les convaincre de la faisabilité et de l’efficacité de leur modèle d’affaires. En vue de déterminer les vainqueurs, le panel de juges – formé d’experts de l’industrie et sur lequel siégeait Alexandre Taillefer, fondateur de Téo Taxi – a pris note des détails des quatre projets, en plus de poser quelques questions utiles à leur analyse.

Le résultat des délibérations du jury sera dévoilé le 19 juin, au Palais des congrès de Montréal, à l’occasion de la journée grand public d’EVS29, le plus important symposium mondial sur les véhicules électriques.

Une borne de recharge publique d’AddÉnergie sera installée sur le campus de l’équipe gagnante.

AEC en Technologie des véhicules électriques
Offerte par la Formation continue, Services aux entreprises et International (FCSEI), l’Attestation d’études collégiales (AEC) en Technologie des véhicules électriques a accueilli ses premiers étudiants en février 2016.

D’une durée de huit mois, cette nouvelle formation créditée permet aux chercheurs d’emploi, issus des domaines de l’électrotechnique et de la fabrication mécanique, de mettre à jour leurs connaissances et de développer de nouvelles compétences, en fonction des particularités des véhicules électriques.

Afin d’assurer l’excellence de l’enseignement, les experts de l’Institut du véhicule innovant (IVI), un centre de transfert de technologie affilié au Cégep de Saint-Jérôme, ont collaboré étroitement à l’élaboration des contenus figurant au programme. Ainsi, les diplômés détiendront les habiletés pour assister les ingénieurs aux étapes de conception et de fabrication des véhicules et de leurs composants, de même que le savoir-faire nécessaire pour en assumer l’entretien correctif et préventif.

Unique en Amérique du Nord, cette formation constitue l’une des premières initiatives à voir le jour, dans le cadre du Plan d’action en électrification des transports 2015-2020 du gouvernement du Québec.


Colloque annuel des enseignants en TTS : trois journées enrichissantes organisées au CSTJ

IMG_0140C’est sous le thème « Ensemble partageons nos richesses » qu’une soixantaine d’enseignants en Techniques de travail social – provenant de 14 cégeps du Québec – se sont réunis au Cégep de Saint-Jérôme les 7, 8 et 9 juin derniers, à l’occasion d’un colloque. C’est au Département de travail social du Collège qu’a été octroyé le mandat d’organiser cet événement annuel rassembleur.

Les membres du Regroupement des enseignantes et des enseignants des collèges en travail social du Québec (REECETSQ) ont profité de cette occasion pour partager leur richesse et puiser dans leurs expertises personnelles, professionnelles et communautaires afin d’acquérir de nouveaux outils qui leur permettront de continuer d’offrir un enseignement de qualité à l’ensemble de leurs étudiants.

IMG_0150La programmation du colloque a été élaborée de manière à offrir des pistes de réflexion et de réponses quant à différentes questions portant sur le développement des attitudes essentielles à l’exercice de la profession, les principes de la Conception Universelle de l’Apprentissage (CUA), les différentes facettes des dynamiques intergénérationnelles dans le milieu collégial, l’encadrement et les stratégies pédagogiques, les nouvelles technologies et la gestion du stress. C’est par la tenue de l’assemblée générale annuelle du REECETSQ que s’est conclu le colloque.

Le comité organisateur tient à remercier tous les participants pour leur contribution aux réflexions et aux discussions sur des thèmes allant au-delà de la formation et de la profession du travail social.

IMG_0137L’équipe d’enseignants du Département de Travail social du Cégep de Saint-Jérôme est fière de la réussite de l’événement qui a été largement soulignée par l’ensemble des personnes présentes.

 

 

 

 

IMG_0060_2

L’équipe TTS du Cégep de Saint-Jérôme


Le 2e colloque des enseignants en Techniques d’intervention en loisir du Québec organisé par le département du CSTJ

DSC00318Le vendredi 3 juin dernier, notre Collège accueillait une cinquantaine d’enseignants provenant des six cégeps québécois offrant le programme Techniques d’intervention en loisir : Cégep du Vieux Montréal, Cégep de Saint-Laurent, Cégep de Rivière-du-Loup, Collège Dawson, Collège Laflèche et Cégep de Saint-Jérôme.

Le comité organisateur avait concocté une journée rythmée par des échanges de perspectives sur plusieurs thèmes : le secourisme général versus le secourisme en régions éloignées, l’évaluation des travaux d’équipe, le recrutement et la valorisation du programme, la Journée nationale du technicien en loisir, les étudiants avec handicaps physiques et problèmes de santé mentale, la promotion et les médias sociaux, etc. Enfin, pour conclure la rencontre, un retour en plénière a permis d’exposer les résultats de chacun des ateliers et d’offrir des pistes d’action quant à diverses stratégies pédagogiques.

Tenu aux deux ans, le prochain rendez-vous aura lieu en 2018, au Collège Laflèche de Trois-Rivières.

 


Jusqu’au 18 juin : les oeuvres d’étudiantes en arts visuels en vedette au centre d’exposition de Val-David

afficheDepuis maintenant cinq ans, les étudiants en Arts visuels du Cégep sont invités à participer à la très populaire exposition du programme éducatif du Centre d’exposition de Val-David. C’est ainsi que, accompagné par une enseignante du département et en collaboration avec l’atelier de l’Île, un groupe de six étudiantes de première année s’est approprié le thème de la présente édition « Esprit d’hiver », en l’arborant sous l’angle de l’esprit de la nature. Plusieurs rencontres et échanges ont permis d’approfondir le sujet et d’élaborer une installation comprenant des impressions en sérigraphie, une sculpture et une performance.

Pour la relève de la région, ce projet constitue une expérience concrète du processus de création : depuis la recherche d’idées, en passant par la mise en œuvre en atelier, jusqu’à l’exposition. D’ailleurs, le 23 avril dernier, les étudiantes du Collège ont eu l’opportunité d’imprimer leurs images à l’atelier de l’Île avec le soutien et l’expertise des artistes Michèle Campeau et de Jessica Thibault.

Le grand public a maintenant la possibilité de prendre connaissance du travail créatif de Camille Brazeau, Aimée Lebeau, Karol-Ann Leroy-Lauzon, Josefa Ferlita, Roxanne  Riendeau et Camille Térès-Vanden Abeele, en visitant l’exposition tenue jusqu’au 18 juin, au Centre d’exposition de Val-David.

Programme éducatif 2016 du Centre d’exposition de Val-David

13321639_1748009162112943_8626631443818645511_nLe programme éducatif du Centre d’exposition de Val-David vise à initier les jeunes très tôt au monde des arts afin de contrer le décrochage scolaire et de mieux les préparer pour leur avenir.

Apprendre dès le plus jeune âge à mieux se connaître tout autant qu’à mieux saisir le monde dans lequel nous vivons, non seulement enrichir notre expérience du monde dans toute son ampleur, mais exercer l’esprit critique aussi bien que poétique, donner du sens à la vie, apprendre l’ouverture au changement et la sagesse de la tradition, observer et expérimenter, réfléchir, méditer, voilà une part de la portée du champ de l’art. Comme l’écrivait si bien John Dewey dans L’Art comme expérience, « de même qu’il revient à l’art d’être unificateur, de frayer un passage à travers les distinctions conventionnelles (…), de même il revient à l’art de faire concerter les différences au sein de la personne individuelle […], et tirer parti de leurs oppositions pour construire une personnalité riche ». Être touché, ému, fasciné, éveillé, émerveillé, bouleversé, transformé, apaisé, créer un sentiment d’appartenance communautaire et mieux vivre ensemble, persévérer à l’école, au travail et plus encore dans la vie, au jour le jour, et ce, la vie durant, en dépit du mal-être inévitable, tout cela aussi participe d’un même élan.

Bref, fondamentalement, l’éducation artistique contribue à la réussite à l’école, au travail et dans la vie en général.


Un enseignant et un étudiant de TGER sur les ondes de ICI Radio-Canada Première

160607_xo9st_bdsa-branchaud-thomas-graziano_sn635

Photo : Radio-Canada/Louis-André Bertrand

À écouter, l’entrevue qu’ont accordée à l’animateur Francis Reddy, le 7 juin 2016, Nicolas Branchaud-Thomas (finissant du programme Gestion d’un établissement de restauration) et Jean-Régis Graziano (chef-enseignant). Le duo était de passage dans les studios de ICI Radio-Canada Première, pour parler cuisine patrimoniale, dans le cadre de l’émission Bien dans son assiette, consacrée à l’alimentation et l’agriculture.

Le Cégep de Saint-Jérôme se fait un devoir d’enseigner les racines de la gastronomie québécoise à la nouvelle génération de gestionnaires en restauration. Rendez-vous sur l’audio fil, pour en apprendre plus sur le sujet et entendre ce que Nicolas et Jean-Régis avaient à dire.

Pour en savoir plus sur le programme Techniques de gestion d’un établissement de restauration et le restaurant pédagogique Neurones et papilles, cliquez ici.

160608_tger_jeanRegis_entrevueRadioCan_003

 

 


Le CSTJ se réjouit du dépôt d’un projet de loi véhicules zéro émission

Un projet de loi qui tient la route!
931952620Le Cégep de Saint-Jérôme accueille avec enthousiasme le projet de loi véhicules zéro émission, dévoilé aujourd’hui, par le ministre du Développement durable, de l’Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques, M. David Heurtel. En incitant les constructeurs automobiles à offrir un inventaire plus vaste de véhicules électriques sur le marché québécois, l’adoption de cette loi facilitera la transition vers l’électromobilité.

Depuis plus d’une décennie, le Cégep de Saint-Jérôme et son centre collégial de transfert de technologie – l’Institut du véhicule innovant (IVI) – soutiennent le développement de l’électrification des transports.

Heureuse de constater que ce dossier passe en vitesse accélérée, la directrice générale du Collège, Mme Nadine Le Gal, a salué le leadership gouvernemental en la matière « À l’instar de notre province qui est la première au Canada à présenter une loi zéro émission, notre cégep entend demeurer à l’avant-garde des solutions mises en place pour stimuler l’industrie du transport durable. Nos efforts en ce sens trouveront certainement un nouveau souffle avec l’annonce d’aujourd’hui! ».

D’une part, le Cégep de Saint-Jérôme offre de la formation aux travailleurs de ce champ d’expertise et, d’autre part, l’IVI accompagne les entreprises dans la recherche, le développement, l’évaluation et l’implantation de technologies novatrices. Pionnières en Amérique du Nord, les deux entités ont travaillé, conjointement avec le Cégep de Rivière-du-Loup, à l’élaboration d’un programme d’attestation d’études collégiales (AEC) en Technologie des véhicules électriques. Par ailleurs, deux perfectionnements sont offerts en entreprises, soit « Interventions sécuritaires lors d’un incident impliquant un véhicule électrique » et « Manipulation sécuritaire des batteries haute tension ». D’autres formations sont également en route, notamment pour les recycleurs automobiles.

Ces opportunités de perfectionnements professionnels arrivent à point, car, le Plan d’action en électrification des transports (PAET) du gouvernement du Québec a pour objectif de créer 2 000 nouveaux emplois dans ce secteur.

Connec-TÉ : un nouveau fournisseur officiel de formations sur mesure
À ce chapitre, la filière québécoise du véhicule innovant peut désormais se tourner vers un guichet unique pour ses besoins en formation. En effet, les cégeps de Saint-Jérôme et de Rivière-du-Loup ont créé le Consortium national d’enseignement des compétences en transport électrique (Connec-TÉ) pour servir les entreprises intéressées par cette voie d’avenir. Pour tous les détails, visitez le cstj.qc.ca/connec-te.

La tournée Branchez-vous initiée par l’IVI : un levier pour atteindre les cibles fixées
En plus de développer des solutions technologiques visant à réduire l’empreinte écologique du transport, l’IVI joue un rôle de sensibilisation et d’information auprès du grand public. Instigateur de la tournée Branchez-Vous, un événement d’essais de véhicules électriques tenu dans quatre villes cette année (Montréal, Gatineau, Lévis et Drummondville), l’IVI contribue à démocratiser les véhicules rechargeables.

« Branchez-Vous favorise l’adoption de véhicules rechargeables en regroupant les professionnels de la filière, les constructeurs automobiles et les électromobilistes pour offrir à la population la possibilité d’essayer et de comparer les modèles offerts au Québec » a indiqué M. François Adam, directeur général de l’IVI.

Bref, en accord avec la cible que s’est fixée le gouvernement d’en arriver à ce que 15,5 % des voitures vendues au Québec soient des véhicules non polluants d’ici 2025, ces rencontres permettent aux consommateurs de faire un choix éclairé, en fonction de leurs besoins.

Cliquez ici pour plus d’information sur le projet de loi.