LES ÉTUDIANTS EN SOINS INFIRMIERS NOUS PARLENT DE SANTÉ

Partager cette page à un(e) ami(e)

Votre courriel : * 
Courriel du destinataire : * 
Nom du destinataire : * 
Commentaire (facultatif)

Les étudiants en Soins infirmiers du CSTJ investiront la salle André-Surprenant, les 3 et 5 octobre, pour discuter de divers sujets relatifs à la santé. Ces présentations s’inscrivent dans le cadre de leur stage communautaire, durant lequel, ils doivent vulgariser des concepts et des enjeux complexes. 

Voici l’horaire des deux journées:

Mardi 3 octobre

12 h 30 : La violence conjugale
13 h 15 : Le TDA avec impulsivité
13 h 45 : Le trouble alimentaire

Jeudi 5 octobre

12 h 30 : La santé mentale et toxicomanie
13 h 15 : L’intimidation

N’hésitez pas à aller les encourager!


Espaces des possibles : rêver le CSTJ

Si tu avais carte blanche pour organiser un événement ou réaliser un projet dans le but de dynamiser les abords du Cégep de Saint-Jérôme, que proposerais-tu? Cette question est au cœur de la démarche « Espaces des possibles » qui vise à aménager des espaces extérieurs autogérés par la communauté du Collège.

Ce projet – qui se veut une démarche participative et collaborative – en est à ses balbutiements : aucun projet n’a encore été retenu, aucune décision n’a été arrêtée. Bref, tout est encore possible, comme l’indique si bien son nom!

Étudiants, enseignants et employés du Collège sont donc invités à faire aller leurs méninges et à proposer leurs idées les plus folles pour faire du CSTJ un cégep à leur image.

Les suggestions seront ensuite analysées et discutées en groupe pour déterminer si elles peuvent être réalisées (et le cas échéant, comment elles le seront!).

Cette initiative se veut une occasion pour les membres de la communauté du Collège de s’engager activement dans les efforts d’embellissement et de dynamisation du campus. Il s’agit aussi d’une opportunité pour le CSTJ de s’ouvrir sur son milieu, afin que nous soyons « plus grands, ensemble»!

Les personnes intéressées à prendre part à la démarche sont invitées à se présenter à la première séance d’idéation animée par l’organisme le Laboratoire innovant libre et ouvert sur les territoires (L’ILOT) qui se tiendra le 18 octobre, de 12 h à 14 h, au K-212.

Pour mieux comprendre le concept des Espaces des possibles :

www.pepiniere.co
www.lilotcoop.com


Colloque GIL-CSTJ : étudiants et experts unis dans leur passion

Le samedi 23 septembre, les étudiants de deuxième et de troisième année en Gestion et d’intervention en loisir (GIL) se sont réunis, à l’occasion du 5e Colloque GIL-CSTJ.

Tout au long de la journée, des entrepreneurs ainsi que des experts du domaine du loisir et de l’événementiel ont témoigné de leur expérience, permettant aux étudiants de faire des liens entre les notions vues en classe et la réalité du marché du travail.

Parmi les conférenciers présents, mentionnons Sonia Lefevbre et Marilyn Manceau de L’ilot, Alexandra Ayotte de Fillactive, Stephane Cocano d’Animatours, Nadine Massé d’Événements Nadine Massé, Sophie Lavallée de Chocolaterie 41 saveurs, Lyne Branchaud de Guide événement, Maxime Baril de QUINTUS, Roxy Valade de Momtrepreneur et Joël Bouchard de la Fondation du Cégep Saint-Jérôme.

Au terme de l’activité, les jeunes sont repartis avec des apprentissages et des idées plein la tête. Ils ont également développé de nouveaux contacts professionnels et découvert des outils forts utiles.

« Cette journée, nous voulions qu’elle soit un « accélérateur » à la formation de nos étudiants et je crois qu’on peut dire mission accomplie », souligne Caroline Element, instigatrice du Colloque.

 REMERCIEMENTS

Les organisateurs de l’événement (Caroline Element, Joël Gaucher, Émilie Goyer et Isabelle Lavallée) remercient les conférenciers ainsi que les étudiants qui ont pris part à l’activité. Ils remercient également les différents départements du Cégep de Saint-Jérôme qui ont contribué à l’acceptation et au bon déroulement de ce projet d’envergure.

 


Juritour 2017 : Le CSTJ se mobilise pour la recherche sur la fibrose kystique

Dans l’ordre habituel : Janic Lauzon, Nadine Le Gal et Diane Bournival. (Photo gracieuseté)

Parcourir 113 km à vélo le long de la rivière Richelieu dans le but d’amasser des fonds pour la recherche sur la fibrose kystique, c’est le défi que se sont fixé Nadine Le Gal, directrice générale du Cégep de Saint-Jérôme, Diane Bournival, coordonnatrice du Service des affaires corporatives du Collège, et Janic Lauzon, directrice du Centre de développement des composites du Québec (CDCQ). À la suite de leur participation au Juritour 2017, le 17 septembre dernier, les trois femmes peuvent désormais dire mission accomplie!

Cycliste aguerrie et notaire, Diane a entendu parler de ce rendez-vous sportif qui réunit juristes, parajuristes, huissier, étudiants et athlètes. Intéressée à y prendre part, elle a décidé de montrer une équipe. Elle a immédiatement pensé à la directrice générale du CSTJ qui est avocate de formation. L’initiative a ensuite récolté un autre appui au sein de la communauté du Collège : celui de la directrice du CDCQ, qui s’est jointe à l’aventure.

Affronter l’adversité

Nadine le Gal, DG du CSTJ, à la ligne de départ de la course. (Photo : gracieuseté)

Lors de la course, les membres de la délégation du CSTJ ont repoussé leurs limites physiques. Nadine – qui avait délaissé le vélo et s’y est remis spécialement pour l’occasion – a roulé sur une distance de 113 km, soit plus du double de ce qu’elle parcourait en entraînement!

Pour sa part, Janic a pris part à l’activité et a pédalé sur une distance de 45 km, malgré une terrible migraine. D’ailleurs, la principale intéressée soutient que l’exercice physique a eu un effet bénéfique sur sa douleur.

Diane Bournival, en tête de peloton. (Photo : gracieuseté)

Finalement, Diane a raté une indication sur le circuit, ce qui a rallongé son parcours de… 34 km! Elle a donc pédalé sur une distance totale de 150 km.

Malgré tout, les trois femmes disent avoir profité de leur journée et sont fières de ce qu’elles ont accompli. À juste titre, puisqu’elles ont amassé – avec leur équipe – 2975 $, dépassant leur objectif initial fixé à 2000 $!

Elles n’écartent pas l’idée de participer à l’événement, l’an prochain,  en compagnie des étudiants du programme Techniques juridiques du CSTJ.

Plus grand, ensemble.

Profondément convaincu qu’on est « Plus grand, ensemble. », le CSTJ s’efforce depuis des années de tisser et d’entretenir des liens forts avec les membres de sa communauté. Par son engagement, il contribue à faire différence dans son milieu.


La Course des Vikings fait bouger la communauté du CSTJ

Christophe Allen, Achraf Tadili et Olivier Morin-Gauthier. (Photo : gracieuseté)

 

Fidèle à la tradition, le Département d’éducation physique du Cégep de Saint-Jérôme organisera sa Course des Vikings, le 4 octobre. Étudiants, enseignants et membres du personnel du Collège sont donc invités à prendre part à ce rendez-vous sportif.

Lors de cet événement, les participants devront franchir une douzaine d’obstacles – accessibles à tous – répartis sur une distance d’environ 3,5 km. 

L’objectif de la course, c’est de faire bouger tout le monde, qu’ils soient « sportifs de sofa » ou athlètes de haut niveau. L’important, c’est que chacun repousse ses propres limites… en s’amusant, font valoir Olivier Morin-Gauthier et Christophe Allen, responsables de l’événement.

Un nouvel ambassadeur

Achraf Tadili, entraîneur de l’équipe de cross-country du CSTJ, prodigue des conseils à un jeune athlète. (Photo : gracieuseté)

Pour la première fois, les organisateurs ont décidé de nommer un ambassadeur. Ils ont jeté leur dévolu sur Achraf Tadili, l’entraîneur de la nouvelle équipe de cross-country des Cheminots du CSTJ.

Ancien membre de l’équipe nationale d’athlétisme du Canada, il a participé aux Jeux olympiques d’Athènes (2004) et de Pékin (2008) à l’épreuve du 800 m. Il est également champion panaméricain et vice-champion des Jeux du Commonwealth de Melbourne, toujours à l’épreuve du 800 m.

« On voulait mettre de l’avant la nouvelle équipe de cross-country des Cheminots et Achraf, l’entraîneur, avait un parcours intéressant qui collait avec notre événement et pouvait inspirer les gens », a indiqué M.Morin-Gauthier.

« Promouvoir l’activité physique et les saines habitudes de vie, c’est quelque chose que j’aime faire. Je n’ai pas hésité! », a pour sa part mentionné M. Tadili.

Un projet porté par la communauté

Si l’an passé les organisateurs ont ouvert l’événement aux élèves des écoles environnantes, cette fois-ci, ils ont préféré le réserver exclusivement aux membres de la communauté collégiale. Pourquoi? Pour se recentrer sur leur mission première, qui consiste à faire la promotion des saines habitudes et d’un mode de vie actif au CSTJ.

Pour ce faire, les organisateurs souhaitent créer une nouvelle dynamique au sein des différentes équipes du Collège. Ils invitent donc les étudiants, les enseignants et les membres du personnel à se mobiliser, à s’entraider, voire même à se lancer des défis, pour accroître l’engagement des participants envers l’événement. D’ailleurs, sur Facebook, on sent déjà une saine compétition naître entre les différents programmes d’études!

La 7e Course des Viking se tiendra le 4 octobre, de 11 h 30 à 14 h, sur le terrain vague situé à proximité du 655, rue Fillon. Inscriptions au E-232. Pour en savoir plus, on consulte la page Facebook de l’événement.

 

Remerciements

Mentionnons que la Course des Vikings est appuyée par la Fondation du Cégep de Saint-Jérôme. Cette dernière a octroyé aux organisateurs une contribution financière de 1000 $.


Cendrine Browne : nouvelle porte-parole du Cégep de Saint-Jérôme et de ses deux centres

Le Cégep de Saint-Jérôme (CSTJ) est fier d’annoncer son partenariat avec l’athlète de ski de fond Cendrine Browne, ancienne étudiante du collège et espoir pour les Jeux olympiques de 2018. Elle agira à titre de porte-parole du CSTJ et de ses deux centres pour l’année 2017-2018.

Parcours d’athlète

La fondeuse Cendrine Browne est native de Prévost dans les Laurentides. Après s’être découvert une véritable passion pour ce sport à l’âge de 15 ans, elle a tout d’abord participé aux Jeux du Québec puis aux Championnats canadiens au Yukon où elle a décroché une 4e   place et à Canmore l’année suivante, où elle a remporté l’or.

Grâce à ses excellentes performances, elle réussit ensuite à se tailler une place sur l’équipe du Québec puis sur l’équipe nationale junior l’année suivante où elle remporte la 15e place aux Championnats du monde. S’ensuivent une participation aux Championnats du monde junior, deux Championnats du monde U-23, un Championnat du monde sénior en plus d’une participation au Ski Tour Canada. À ce jour, elle compte plus de 50 départs en Coupe du monde.

Cendrine pratique sa discipline depuis maintenant 8 ans et fait partie de l’équipe nationale sénior pour une 5e année consécutive. Elle représente désormais un espoir olympique pour les Jeux de 2018 dans sa discipline et une grande fierté pour sa communauté.

Nouvelle porte-parole du CSTJ et de ses deux centres

À travers son parcours d’athlète, Cendrine a toujours poursuivi ses études. C’est avec beaucoup d’enthousiasme qu’elle a accepté de devenir la nouvelle porte-parole du CSTJ et de ses deux centres. D’ailleurs, cette dernière a été la toute première étudiante du Collège à bénéficier du programme Alliance Sport-Études, reconnu et subventionné par le ministère de l’Éducation et de l’Enseignement supérieur. Ce programme vise à soutenir, encadrer et contribuer à la réussite et à la persévérance scolaire et sportive des athlètes québécois de haut niveau qui poursuivent des études postsecondaires.

Les services offerts permettent, notamment, d’aménager l’horaire de cours en fonction des besoins de l’athlète et selon son cheminement scolaire, d’étaler le nombre de sessions d’études, d’avoir une collaboration des enseignants, bref d’appliquer des mesures accommodantes qui permettent aux étudiants de réussir sur les deux tableaux.

« Je suis fière d’être la toute première étudiante du CSTJ à avoir pu bénéficier du soutien de l’Alliance Sport-Études en 2012. J’ai pu compter sur le support et la souplesse de mes enseignants et du personnel du cheminement scolaire pendant mon passage au collège. Cela a grandement facilité l’arrimage de mes nombreuses heures d’entraînement et de mes compétitions, à mon horaire de cours » souligne la porte-parole.

D’ailleurs, la jeune athlète a obtenu son DEC avec une moyenne générale de 88 %. La preuve qu’en s’inscrivant à l’Alliance Sport-Études, elle a trouvé les outils de même que l’appui qui lui étaient nécessaires pour arriver à concilier avec succès les exigences de son entraînement, ses compétitions et ses études. 

Conférence aux étudiants

Malgré son horaire chargé, la jeune athlète offrira une conférence en octobre prochain aux étudiants faisant partie des différentes équipes sportives du CSTJ, mais aussi à tous ceux qui ont envie d’en apprendre plus sur son parcours. Par cette conférence, elle souhaite inspirer les jeunes à poursuivre leurs rêves et leur démonter qu’avec la volonté, il est possible d’étudier tout en pratiquant un sport de haut niveau.

Bourse Cendrine Browne

Par ailleurs, une bourse Cendrine Browne sera remise lors du Mérite étudiant qui aura lieu en mai 2018. Cet événement vise à souligner la performance académique, l’engagement et la progression des étudiants du CSTJ. C’est avec beaucoup de fierté que Cendrine ira remettre en main propre cette bourse à un étudiant méritant. Le comité organisateur décidera sous peu quels seront les critères qui permettront son obtention. Cette remise de bourses est soutenue par la Fondation du CSTJ et ses partenaires financiers depuis maintenant 23 ans.


1er pôle national d’expertise en formation sur les technologies des véhicules électriques

Dans l’ordre habituel : Stéphane Maher, maire de Saint-Jérôme, Nadine Le Gal, directrice générale du Cégep de Saint-Jérôme, Danielle Leblanc, directrice du Centre de formation du transport routier de Saint-Jérôme, Jean-Pierre Joubert, président des commissaires Commission scolaire de la Rivière-du-Nord, Benoît Morin, vice-président de La compagnie électrique Lion, Guylaine Desroches, directrice générale CS Rivière-du-Nord et Jean Bouchard, maire de Mirabel. (Photo : Gracieuseté)

Le Centre de formation du transport routier de Saint-Jérôme (CFTR) de la Commission scolaire de la Rivière-du-Nord (CSRDN) offrira un nouveau volet au programme Mécanique de véhicules lourds routiers portant sur la Mécanique d’autobus et de véhicules électriques (VÉ) et a convenu d’une entente de partenariat avec le Cégep de Saint-Jérôme, qui permettra aux étudiants de l’Attestation d’études collégiales (AEC) en Technologies des véhicules électriques (VÉ) de suivre leur formation au CFTR.

Ces deux annonces, qui consolident le 1er pôle national d’expertise en formation sur les technologies des VÉ, ont été faites en présence du président de la CSRDN, Jean-Pierre Joubert;  de la directrice générale du Cégep, Nadine Le Gal; du maire de Saint-Jérôme, Stéphane Maher; du maire de Mirabel, Jean Bouchard et du président de La Compagnie électrique Lion, Marc Bédard.

« Le CFTR offrira  dès l’hiver 2018  le volet Mécanique d’autobus et de véhicules électriques dans de nouvelles installations à Mirabel, a annoncé Danielle Leblanc, directrice du CFTR. Avec l’arrivée de ce programme, le CFTR propose dorénavant à l’industrie du transport de personnes et de marchandises des diplômés pouvant œuvrer tant au niveau de la conduite que de la mécanique. La mécanique du VÉ, a précisé Danielle Leblanc, préparera  la main-d’œuvre à faire face à la nouvelle réalité économique du Québec associée à l’électrification des transports. À cette offre de service globale unique au Québec s’ajoute l’entente avec le Cégep de Saint-Jérôme,  qui positionne notre pôle de formation sur la scène provinciale.»

« Nous sommes fiers de contribuer à la formation de main-d’œuvre qualifiée et recherchée dans l’industrie nationale du transport routier, du transport de personnes et de la mécanique, a souligné Jean-Pierre Joubert. Je tiens à remercier celles et ceux qui se sont mobilisés et qui ont participé à l’actualisation de ces projets, entre autres, le ministère de l’Éducation et de l’Enseignement supérieur et  nos précieux partenaires dont le cégep. »

« Unique en Amérique du Nord, l’AEC en Technologies des véhicules électriques constitue l’une des premières initiatives en formation technique, dans le cadre du Plan d’action gouvernemental en électrification des transports, a affirmé Nadine Le Gal. Cette formation permet aux adultes issus des domaines de l’électrotechnique et de la fabrication mécanique de développer de nouvelles compétences en VÉ. L’entente avec le CFTR permettra d’offrir aux étudiants des ateliers à la fine pointe de la technologie et consolide la position privilégiée de nos institutions dans le secteur des VÉ.  Je suis très fière de cette collaboration inter ordres qui permettra de mettre en place une synergie gagnante entre nos maisons d’enseignement. »

« Saint-Jérôme salue les récents développements au CFTR et l’entente avec le cégep. Reconnue comme ville pionnière et pilote du VÉ au Canada, Saint-Jérôme entend continuer à promouvoir l’électrification des transports et l’attractivité des entreprises de la filière Laurentides, dont la Compagnie électrique Lion Inc. et  l’Institut du véhicule innovant (IVI),  au sein de la nouvelle grappe industrielle VÉ du Québec », a signalé Stéphane Maher.

« Le Centre de formation du transport routier compte parmi les institutions qui ont choisi Mirabel pour s’y développer et y relever de nouveaux défis et l’annonce d’aujourd’hui en est la preuve, a déclaré Jean Bouchard. Il ajoute que la notoriété de cette institution contribue au rayonnement de Mirabel et que les activités qui s’y déroulent constituent un apport incontestable à l’économie locale et à celle des Basses-Laurentides. »


Druide informatique s’engage envers la Fondation pour trois ans

Joël Bouchard, directeur de la Fondation du Cégep et François Papik Bélanger, directeur de l’exploitation de Druide informatique. (Photo : gracieuseté)

La Fondation du Cégep de Saint-Jérôme est fière d’annoncer qu’en vertu d’une entente de trois ans, Druide informatique offrira des exemplaires d’Antidote 9, son fameux logiciel d’aide à la rédaction, à 123 lauréats du Mérite étudiant. Cela constitue une contribution de près de 16 000 dollars.

« Ces étudiants auront la chance d’utiliser Antidote 9 pour améliorer leur connaissance du français et favoriser leur réussite scolaire. Grâce à la confiance de Druide à l’égard de notre Fondation, de nombreux étudiants du Cégep de Saint-Jérôme incarneront notre devise « Voir grand pour réussir », a mentionné Carole Marchand, présidente du conseil d’administration.

« Druide tenait à s’associer à la Fondation et au Cégep de Saint-Jérôme dont le dynamique Service d’aide à l’intégration des étudiants (SAIDE) a réalisé de superbes capsules vidéos pour démontrer le caractère pédagogique de nombreux volets d’Antidote. Le SAIDE a même fait rayonner ses réalisations jusqu’à Bruxelles, ce qui illustre bien l’ouverture et la générosité qui caractérisent la communauté du Collège », explique François Papik Bélanger, directeur de l’exploitation de Druide informatique.


Première diffusion québécoise pour « Dans le sillage du Titanic : l’histoire du CGS Montmagny »

La chaîne UNIS TV présentera – pour la première fois au Québec – le film Dans le sillage du Titanic : l’histoire du CGS Montmagny, le mardi 12 septembre, à 21 h. Ce documentaire, réalisé par Alain Vézina, enseignant de cinéma au CSTJ, retrace l’histoire de ce navire canadien utilisé lors d’une expédition visant à repêcher le corps des victimes du naufrage du Titanic.

Ironie du sort, le CGS Montmagny connaît le même destin que le Titanic et coule, deux ans plus tard. Un officier et deux familles de passagers perdent alors la vie.

Ce n’est qu’en 2010, dans le cadre des recherches entourant la réalisation de ce documentaire, que l’épave du navire est retrouvée dans les fonds marins.

Mentionnons qu’un autre employé du CSTJ a contribué à ce que ce film voit le jour. Effectivement, Marc Plana, technicien en travaux pratiques, a effectué le montage de cette oeuvre.

Pour visionner la bande-annonce : https://unis.ca/dans-le-sillage-du-titanic-lhistoire-du-cgs-montmagny


Inauguration officielle du nouveau pavillon K du CSTJ

C’est en présence de Mme Hélène David, ministre responsable de l’Enseignement supérieur, de M. Marc Bourcier, député de Saint-Jérôme et de M. Stéphane Maher, maire de Saint-Jérôme, que le président du conseil d’administration du Cégep de Saint-Jérôme, Paul Calce, et la directrice générale du Collège, Nadine Le Gal, ont inauguré le nouveau pavillon K du Cégep de Saint-Jérôme. Cet agrandissement d’une superficie de 4500 m2 a été réalisé grâce à des subventions totalisant 17,6 M$ de la part du gouvernement du Québec.

Le nouveau bâtiment conçu par la firme Régis Côté et associés – et dont les travaux de construction ont été réalisés par un consortium formé des firmes Bouthillette et Parizeau (génie mécanique et électrique) ainsi que Pasquin St-Jean et associés (génie civil et structure) – accueillera les installations des programmes Travail social, Éducation spécialisée, Gestion et intervention en loisir, Analyses biomédicales et Soins infirmiers. 

L’édification de ce pôle des techniques humaines et de la santé permettra de procéder au réaménagement des autres ailes du Collège, afin d’offrir un milieu favorable aux apprentissages à tous les étudiants du Cégep de Saint-Jérôme, quel que soit leur programme d’études.

« Après avoir pu visiter le chantier avec le premier ministre, c’est un immense plaisir de participer à l’inauguration de ce pavillon. J’ai été témoin de la mobilisation de toute la communauté à la réalisation de ce projet, et notre gouvernement continuera à tout mettre en œuvre pour permettre au personnel dédié et aux étudiantes et étudiants du Collège de réaliser les plus grandes choses », a déclaré Hélène David, ministre responsable de l’Enseignement supérieur.

Grâce aux nouvelles installations de pointe que l’on retrouve au pavillon K, le Cégep de Saint-Jérôme continue d’être une figure de proue en matière d’enseignement supérieur pour la région des Laurentides, contribuant à son rayonnement.

« C’est un grand Collège, et ce, dans tous les sens du mot! Et le pavillon K vient renforcer ce statut de super institution », a souligné Marc Bourcier, député de Saint-Jérôme.

De plus, avec son nouveau pavillon K, le Cégep de Saint-Jérôme confirme son appartenance au Quartier des Arts et du Savoir de Saint-Jérôme, un secteur dynamique où se mêlent innovation, avant-garde et créativité.

« L’inauguration de ce nouveau pavillon témoigne de la vitalité de la région et particulièrement de la ville de Saint-Jérôme. En offrant aux jeunes jérômiens et à ceux des villes avoisinantes la possibilité d’avoir accès à des infrastructures de qualité à proximité de leur résidence, cet investissement vient sans aucun doute consolider la position du centre-ville comme pôle d’attraction régional et comme milieu d’attachement local en matière de culture, de savoir et de milieu de vie », a fait valoir le maire de Saint-Jérôme, Stéphane Maher.

Une popularité qui ne se dément pas

Depuis 2009, le Cégep de Saint-Jérôme a connu une augmentation de plus de 30 % de sa population estudiantine.  Les nouveaux espaces créés par l’édification du pavillon K lui permettront donc d’offrir à sa communauté un environnement physique à la hauteur de ce qu’il est devenu au fil des ans : un grand collège!

« Nous avons le privilège, mais aussi la responsabilité d’offrir un enseignement supérieur ainsi que des services de qualité aux étudiants et aux entreprises. Avec cette responsabilité vient aussi le devoir de proposer à tous un environnement à la fois humain, accueillant et digne de fierté : c’est précisément ce que propose le nouveau pavillon K », a mentionné Paul Calce, président du conseil d’administration du Cégep de Saint-Jérôme.

« Le Cégep de Saint-Jérôme compte désormais plus de 7000 étudiants au secteur régulier, à la formation continue et aux entreprises, répartis dans ses trois campus. C’est signe qu’il s’est taillé, au fil des ans, une place de choix parmi les maisons d’enseignement supérieur de la province et que la communauté lui accorde sa confiance », a dit Nadine Le Gal, directrice générale du Cégep de Saint-Jérôme.

Une architecture « verte » inspirée de son milieu

Le pavillon K a été conçu de manière à ce qu’il s’intègre harmonieusement à son environnement. C’est pourquoi la volumétrie de son bâtiment s’inspire de celle de trois bâtiments environnants, soit le Palais de justice de Saint-Jérôme, un édifice du CISSS et le pavillon jérômien de l’Université du Québec en Outaouais (UQO).

Le revêtement métallique des murs extérieurs, quant à lui, rappelle la toiture de la cathédrale, située à quelques pas du Collège.

À l’intérieur, des insertions de bois rappellent que le Cégep de Saint-Jérôme, avec ses trois campus, est véritablement le Collège des Laurentides.

« Deux axes majeurs de circulation ont été créés dans le pavillon K : le premier relie nos nouvelles installations à l’ancien bâtiment, afin de représenter la continuité. L’autre, plus conceptuel, se veut un prolongement de la rue qui nous amène vers le pavillon Germain Bélanger, puis vers la nouvelle salle de spectacles. Cet axe virtuel confirme son appartenance au Quartier des Arts et du Savoir », d’expliquer Stéphane Marcoux, directeur des Ressources matérielles au Cégep de Saint-Jérôme et maître d’œuvre de ce chantier majeur.

Mentionnons que le nouveau bâtiment a été pensé selon les principes de développement durable. Il est muni de dispositifs de gestion et d’optimisation de la consommation d’énergie – notamment un toit blanc, un mur solaire, des systèmes d’éclairage et de ventilation équipés de détecteurs de mouvements, un système de gestion de puissance électrique qui limite les pointes de consommation, un système de gestion centralisée et un système d’éclairage au DEL –, permettant de réduire l’empreinte écologique du Collège. Il offre donc un milieu d’études respectueux de son environnement et des générations futures.