Repreneuriat : plus qu’une simple transaction

Partager cette page à un(e) ami(e)

Votre courriel : * 
Courriel du destinataire : * 
Nom du destinataire : * 
Commentaire (facultatif)

Une quinzaine d’étudiants ont assisté à l’événement organisé par le club JeTAD, chapeauté par l’enseignant en Comptabilité et gestion au CSTJ, Pierre Savard. (Photo : gracieuseté)

Repreneuriat. Non il ne s’agit pas d’un mot auquel il manque quelques lettres, mais bien d’un concept d’affaires désignant le transfert d’une entreprise. C’est aussi le thème central de la conférence que Nathalie Desjardins, conseillère sénior au Centre de transfert d’entreprise du Québec, a présentée lors du 3e apéro JeTAD qui s’est tenu au Cégep de Saint-Jérôme, le 21 novembre.

Plus qu’une simple transaction, le repreneuriat est une démarche à dimension humaine où un entrepreneur se départit de son « bébé » tandis qu’un autre se voit confier une importante responsabilité : celle de faire fructifier le fruit du travail de son prédécesseur.

Lors de cette conférence – à laquelle une quinzaine d’étudiants du club JeTAD du CSTJ mais aussi de l’UQO ont assisté –, Mme Desjardins a abordé les différents aspects de cette pratique encore méconnue, tout en présentant les différentes possibilités qu’elle offre.

D’ailleurs, au terme de l’activité, plusieurs étudiants ont semblé vouloir explorer davantage cette avenue entrepreneuriale!

 

Remerciements

Mentionnons que les apéros JeTAD ont été rendus possibles grâceau soutien financier de la Fondation du Cégep de Saint-Jérôme.


9e Soirée des professions pour les étudiants en TAD

Cet événement de réseautage a été organisé par trois étudiants en Comptabilité et Gestion, soit François Ferland, Jérémy Reid et Robin Guillemette. (Photo: gracieuseté)

Une dizaine de représentants de la communauté d’affaires des Laurentides ont pris part à la 9e Soirée des professions organisée par trois étudiants en Comptabilité et gestion (TAD) au Cégep de Saint-Jérôme, le 8 novembre dernier.

Lors de cet événement, près de 80 étudiants en Compatabilité et gestion ont pu échanger avec des hommes et des femmes d’affaires de la région lors d’une activité de type speed dating. Cela a permis à plusieurs participants d’en apprendre davantage sur la carrière des invités et par le fait même de clarifier leur choix de carrière.

Par la suite, ils ont assisté à la conférence « Le gestionnaire quantique » d’Alexandre Pinel qui dresse un portrait du contexte actuel du marché du travail.

Par le biais de cette soirée, les étudiants ont non seulement pu tisser de nouveaux liens et ainsi agrandir leur réseau de contacts, ils ont aussi découvert différents aspects d’une carrière en administration.

Remerciements

Ce projet a été possible grâce au soutien financier de la Fondation du Cégep de Saint-Jérôme, de Distribution Ducharme et Fils Inc, des Caisses Desjardins de Saint-Jérôme et de Saint-Antoine des Laurentides, du club JeTAD, de l’AGES Saint-Jérôme, de Coopsco des Laurentides, d’Industrielle Alliance de Saint-Jérôme et de Chaussures Populaire Inc.


Les étudiants en théâtre inaugureront le théâtre Gilles-Vigneault

Les étudiants en « théâtre » du Cégep de Saint-Jérôme auront l’honneur d’inaugurer le nouveau théâtre Gilles-Vigneault en présentant un extrait de la pièce L’Homme de la Mancha. (Photo : CSTJ – Service des communications et du recrutement)

Les étudiants de l’option « théâtre » du programme Arts, lettres et communication du Cégep de Saint-Jérôme auront l’honneur d’inaugurer le nouveau théâtre Gilles-Vigneault en présentant un extrait de la pièce L’Homme de la Mancha, à l’occasion des portes ouvertes qui s’y tiendront samedi (25 novembre).

« On va être les premiers à offrir une prestation dans le théâtre Gilles-Vigneault. C’est merveilleux! On est extrêmement content! On va être dans le fantastique hall tout vitré qui accueillera un espace cabaret pouvant accueillir une centaine de personnes », s’enthousiasme Patrice Joly, enseignant en théâtre au Cégep de Saint-Jérôme.

Pour cet événement, le metteur en scène et ses jeunes comédiens nous ont préparé une sélection de chansons issues de l’œuvre de Dale Wasserman.

« Ça va être 30 minutes de chant, avec une courte introduction de la part de « notre » Miguel Cervantes. Il va nous présenter Don Quichotte, Sancho Panza et tous les autres personnages », annonce M. Joly.

L’enseignant se réjouit de la vitrine dont bénéficieront ses étudiants et salue l’ouverture de l’organisme En Scène qui les a invités à vivre cette belle aventure.

« On donne une chance à des jeunes qui se dévouent corps et âme de se produire dans une installation hi-tech, même si ce ne sont pas des professionnels. Ce sont des jeunes comme tous les autres qui se consacrent à quelque chose de merveilleux, qui réalisent un rêve. D’ailleurs, il y a un lien à faire avec l’histoire de Don Quichotte : c’est de croire en nos espoirs, de mettre un baume – une grâce – sur ce monde qui nous est souvent présenté comme quelque chose de sale, méchant et cynique », fait valoir M. Joly qui espère se voir renouvelée l’occasion de collaborer avec le diffuseur En Scène.

Ceci n’est pas une comédie musicale!

En plus de l’extrait présenté au théâtre Gilles-Vigneault lors des portes ouvertes, les étudiants en théâtre du CSTJ offriront six représentations de L’Homme de la Mancha à la salle Germaine-Guèvremont, jusqu’au 24 novembre.

« Au fil des ans, nous avons toujours intégré des chansons dans nos différents spectacles. Toutefois, cette année, nous avions envie de nous attaquer à un véritable théâtre musical (et non à une comédie musicale) et l’œuvre de Wasserman se prêtait bien à cela. Dans notre production, nous retrouvons 17 chansons qui ne sont pas des numéros à part, mais bien des chansons qui s’intègrent totalement à l’action et contribuent au développement de l’histoire », mentionne M. Joly.

Sur scène, les comédiens-chanteurs seront accompagnés par des musiciens issus du corps professoral du Cégep de Saint-Jérôme.

« On a Vincent Julien et Alexis Vaillancourt qui sont à la fois guitariste, pianiste, accordéoniste et batteur. De plus, ils ont des voix de rêve! Ce sont eux qui font tous nos arrangements musicaux pour nos solistes, mais aussi pour le chœur. Ces deux-là étaient tellement enthousiasmés par le projet qu’ils ont décidé de nous accompagner sur scène, plutôt que d’enregistrer une bande sonore », souligne le metteur en scène.

Et pourquoi accorder une place si importante aux chansons? Pour permettre aux étudiants d’entrer en contact avec leur vulnérabilité.

 « Ces jeunes-là, ce ne sont pas des chanteurs… Ils ont tous une crainte, ils se mettent en danger. Parce que des fois, on peut être sur la note et avoir l’impression qu’on est faux! Et à l’inverse, on peut chanter faux et être juste dans notre interprétation de l’émotion!

« Grâce à la musique, on est plus près de la fragilité des êtres. La chanson fait ressortir des émotions très profondes, très intérieures… peut-être plus que le jeu dramatique. La chanson est une porte d’entrée vers l’intimité. Lorsqu’ils sont vulnérables, les étudiants sont plus à même de comprendre la fragilité de leur personnage. On entend plein de choses sur le milieu du théâtre où des gens travaillent dans la souffrance. Or, au contraire, moi j’aime travailler dans la douceur, la beauté et la confiance. Quand justement on est en confiance, on peut ouvrir toutes sortes de portes », estime M. Joly.

Nul doute que les étudiants sauront nous toucher et nous transmettre toutes les émotions vécues par les personnages de L’Homme de la Mancha!

Rappelons que la pièce L’Homme de la Mancha est présentée au grand public à la salle Germaine-Guèvremont du Cégep de Saint-Jérôme (455, rue Fournier) jusqu’au 24 novembre. Billets et information : pjoly@cstj.qc.ca.

La population est aussi invitée à assister gratuitement à la présentation d’un extrait de la pièce, le 25 novembre, à 11 h, au théâtre Gilles-Vigneault (
118, rue de la Gare).


LE CLUB JETAD AU 25e COLLOQUE DE L’ACEE

L’événement était présidé par Mitch Garber, président du Cirque du Soleil et PDG de Caesar Acquisition Co., et Serge Beauchemin (sur la photo), investisseur associé dans plusieurs entreprises. (Photo : gracieuseté)

Ils étaient près de 750 étudiants à prendre part au 25e colloque organisé par l’Association des clubs entrepreneurs étudiants du Québec (ACEE), les 10, 11 et 12 novembre, à Drummondville. Parmi eux se trouvaient les membres du club JeTAD du Cégep de Saint-Jérôme.

Lors de cet événement, les « apprentis entrepreneurs » ont pu bénéficier de la sagesse d’hommes et de femmes d’affaires aguerris. Par le biais de conférences, Pierre-Yves Mc Sween, Philippe Richard Bertrand, Serge Beauchemin, Luc Poirier et Lyne Tremblay leur ont partagé le secret de leur réussite.

Sur place, les étudiants ont aussi pu rencontrer des représentants de l’École d’entrepreneuriat de Québec et de Factry, l’école des sciences de la créativité, qui leur ont fourni de précieux outils pour favoriser leur réussite.

Une fin de semaine qui contribuera certainement à l’éclosion de la nouvelle génération d’entrepreneurs!

Les membres du club JeTAD du Cégep de Saint-Jérôme. (Photo : gracieuseté)


11 apprentis-plongeurs affrontent le froid et obtiennent leur certification!

Le groupe d’apprentis plongeurs était au lac Sacacomie à Saint-Alexis-des-Monts, les 18 et 19 novembre. (Photo : gracieuseté)

Qui aurait l’idée d’aller se « baigner » dans un lac quand le thermomètre indique – 5 C? C’est pourtant ce que 11 étudiants inscrits au cours d’éducation physique en plongée sous-marine au Cégep de Saint-Jérôme ont fait, les 18 et 19 novembre derniers, dans le but d’obtenir la certification  « Open Water Diver » PADI leur permettant de plonger sans la supervision d’un professionnel.

Durant le week-end, les « apprentis hommes-grenouilles » du CSTJ ont effectué quatre plongées, afin de démontrer qu’ils maîtrisent parfaitement les 47 habiletés techniques apprises dans le cadre de leur cours d’éducation physique. 

Pour affronter la froide température de l’eau (celle du lac Sacacomie à Saint-Alexis-des-Monts était de 6 C!), les étudiants ont dû s’adapter. En effet, l’eau modifie  la température du corps 20 fois plus rapidement que l’air! C’est pourquoi il est primordial de bien contrôler son environnement dans de telles conditions. Le temps passé sous l’eau, le synchronisme avec son partenaire de plongée, la vérification du matériel, l’usage d’une combinaison appropriée ainsi que la maîtrise des habiletés, sont autant d’éléments auxquels il faut prêter une attention particulière lors d’une plongée hivernale.

Félicitations aux 11 participants qui ont tous réussi cette épreuve avec brio! 

Rappelons que le Cégep de Saint-Jérôme est l’un des rares collèges à offrir une formation de plongée sous-marine. 


Un renouveau philosophique pour le 50e anniversaire des cégeps?

Marianne Di Croce, enseignante de philosophie au Cégep de Saint-Jérôme. (Photo : gracieuseté)

Quelle est la place des femmes en philosophie? Cette question, Marianne Di Croce – qui enseigne au Département de philosophie du Cégep de Saint-Jérôme – s’y intéresse depuis des années. À l’occasion du 50e anniversaire du réseau des cégeps, elle aborde cet enjeu dans un texte publié dans le journal Le Devoir, le 18 novembre.

Celui-ci souligne la faible place des femmes en philosophie et montre l’importance de diversifier les auteurs et les sujets abordés dans les cours de philosophie au cégep. Selon Marianne Di Croce, cela est particulièrement important pour permettre aux jeunes femmes, mais aussi à un plus grand nombre d’étudiants, de se reconnaître dans la réflexion philosophique.

Dans le contexte du 50e anniversaire de la création des cégeps, Mme Di Croce considère qu’il s’agit là d’un enjeu important auquel les enseignants de philosophie au collégial doivent aujourd’hui s’intéresser, afin de permettre à la philosophie de conserver toute sa pertinence et son dynamisme.


Patrice Bélanger rencontre les finissants en Cinéma et en Journalisme et communications

Patrice Bélanger ( Photo : CSTJ – Service des communications et du recrutement)

Patrice Bélanger était de passage au CSTJ, le 15 novembre, pour rencontrer les finissants des options « Cinéma » et « Journalisme et communications » du programme en Arts, lettres et communication. Pendant deux heures, il s’est entretenu du milieu du showbiz au Québec, du métier d’acteur et de celui d’animateur/intervieweur.

Dans le cadre de ses cours, l’enseignant Philippe Lemieux met l’accent sur les bonnes techniques d’entrevue dans le cadre de reportages. Par le biais d’anecdotes personnelles mettant en vedette Antoine Bertrand, Céline Dion, Véronique Dicaire, Justin Trudeau et autres grands noms du showbiz, le jeune conférencier a parfaitement illustré ces concepts.

Patrice Bélanger en compagnie des étudiants des options « Cinéma » et « Journalisme et communications », en compagnie de l’enseignant Philippe Lemieux. (Photo: CSTJ – Service des communications et du recrutement)

Patrice Bélanger a raconté aux étudiants son cheminement professionnel depuis sa graduation du secondaire à aujourd’hui, soulignant au passage à quel point la vie réserve des surprises et des détours inattendus. Il a encouragé les étudiants à poursuivre leurs rêves et surtout de ne jamais abandonner devant l’adversité. Il leur a d’ailleurs conseillé de ne pas donner trop d’importance aux mauvaises langues et de persévérer malgré les obstacles que la vie mettra inévitablement sur leur chemin.

Passionné, généreux et honnête, Patrice a aussi répondu aux nombreuses questions, notamment au sujet des polémiques récentes soulevées dans les médias concernant le harcèlement psychologique et sexuel dont ont été victimes plusieurs de ses collègues.

 Finalement, Patrice a terminé sa causerie sur une note positive en rappelant aux étudiants toute la chance qu’ils ont d’être là et d’étudier dans un domaine de leur choix, de « triper » en gang et d’être dans une institution aussi motivante et à l’écoute de ses étudiants que le Cégep de Saint-Jérôme.

 

Qui est Patrice Bélanger?

  • Animateur de l’émission estivale Sucré Salé (TVA)
  • Co-animateur de l’émission du matin Debout les comiques sur les ondes de CKOI 96.9 FM
  • Béliveau (2017)
  • Les Lavigueurs : la vrai histoire (2008)
  • Bon Cop Bad Cop (2006)
  • Roméo et Juliette (2006)
  • 450 chemin du Golf (2003)

Nombre record de visites aux portes ouvertes du CSTJ

Le 15 novembre, près de 2000 personnes ont répondu à l’invitation lancée par le Cégep de Saint-Jérôme et ont pris part à sa soirée Portes ouvertes. Cette participation record témoigne de l’engouement suscité par le Collège qui est reconnu pour la qualité de son enseignement et de sa vie étudiante, ainsi que pour son accueil chaleureux.

Lors de cet événement, enseignants, membres du personnel et étudiants-guides se sont mobilisés pour répondre aux questions des futurs étudiants et de leurs parents, afin de les aider à prendre une décision éclairée quant à leur choix d’un programme d’études, mais aussi d’un établissement scolaire. Par leur dynamisme et leur enthousiasme, ils ont su transmettre leur passion aux jeunes en réflexion et les inspirer.

Collégien d’un jour
Ceux qui n’ont pas eu la chance de venir nous visiter lors des portes ouvertes ou qui souhaitent venir valider leur choix avant de soumettre leur demande d’admission peuvent participer à l’activité « collégien d’un jour » qui se tiendra en février prochain. Pour connaître les plages horaires disponibles et s’y inscrire, on consulte le cstj.qc.ca/collégien.

Prochain rendez-vous : 7 février 2017
Une seconde soirée portes ouvertes aura lieu le 7 février 2018 pour aider les indécis à arrêter leur choix, juste à temps pour la date limite des inscriptions (1er mars) pour la rentrée de l’automne 2017. Un rendez-vous à ne pas manquer!

 


Lancement officiel de la campagne majeure de financement Voir grand pour soigner!

C’est aujourd’hui que la Fondation du Cégep de Saint-Jérôme lance officiellement sa campagne majeure de financement visant à soutenir le Collège dans l’acquisition d’équipements de pointe pour son programme de soins infirmiers. 

Consistant en l’ajout de nouveaux équipements pour le Centre de simulation haute fidélité, ce projet permettra d’enrichir la formation des étudiantes des campus de Saint-Jérôme et de Mont-Laurier, mais aussi de soutenir le perfectionnement des différents intervenants du milieu dont :  les infirmières, les médecins ainsi que les premiers répondants.  Le coût du projet est évalué à 1,6 M$.

Le centre de simulation haute fidélité :  une révolution technologique

Équipé de fonctionnalités variées, le simulateur haute fidélité (mannequin intelligent) réagit verbalement et possède les caractéristiques physiologiques d’un être humain. Cet outil sophistiqué constitue une révolution technologique qui donne l’occasion aux étudiantes de s’exercer dans un environnement sécuritaire et concret qui se compare au milieu clinique réel.

Détenant une expertise hautement reconnue dans le réseau, le Département de soins infirmiers du Collège a fait l’acquisition, en 2014, d’un parc d’équipements lui permettant d’amorcer ce virage pédagogique et technologique important. Toutefois, de nouveaux équipements étaient attendus afin de rehausser la formation.

Les deux coordonnatrices du Centre de simulation en soins infirmiers, Sylvie Marsan et Annie Denoncourt sont enchantées des ajouts qui viendront compléter leurs installations : « Les nouveaux équipements combleront d’autres besoins liés aux soins apportés en périnatalité, en pédiatrie ainsi que sur le plan des soins spécialisés pour les soins critiques.  Ainsi, nos étudiantes pourront s’exercer et raffiner leurs compétences en étant confrontées à toutes les situations auxquelles elles devront faire face au terme de leur parcours académique.

C’est avec enthousiasme que le maire de Saint-Jérôme, Stéphane Maher, a accepté d’agir comme coprésident d’honneur de la campagne Voir grand pour soigner : « En regard de la santé, notre collectivité a trois devoirs. Un devoir de prévoyance considérant la croissance et le vieillissement de la population, un devoir d’efficacité en ce qui concerne la formation des intervenants et les moyens d’agir mis à leur disposition, et enfin, un devoir de générosité qui est plutôt un élan du cœur, en vue d’améliorer le sort des personnes vulnérables et des générations futures. Je crois que cela constitue d’excellentes raisons pour donner »

« Aider les étudiants à s’épanouir, à voir grand, à avoir des rêves, et leur donner tous les outils pour les réaliser. Tel est l’ADN de notre CÉGEP. Une part importante de la force active du Québec est de son cru, et ce sera encore plus manifeste dans les années à venir », a pour sa part déclaré le député de Saint-Jérôme, Marc Bourcier.

Pour sa part, le Dr Michel Massé –  qui pratique la médecine depuis 1978 dans les Hautes-Laurentides et agit à titre de coprésident d’honneur –  voit d’un très bon œil la concrétisation de ce projet pour le milieu :    

« Ce projet mobilisateur permettra au Collège de se doter d’équipements ultramodernes et de favoriser la rétention de nos étudiantes du domaine de la santé dans la région.  Je suis persuadé que le Centre de simulation joue un rôle essentiel dans la formation polyvalente et rigoureuse des professionnels de la santé et j’invite particulièrement mes collègues médecins et l’ensemble des intervenants du réseau de la santé à y contribuer » a- t-il déclaré.   

C’est avec grande joie que la directrice générale, Nadine Le Gal, a reçu cet appui important de la Fondation du Cégep de Saint-Jérôme

« Notre Collège est l’un des pionniers de la formation infirmière au Québec. Depuis 1968, il a enrichi le réseau de la santé et des services sociaux de plus de 3000 infirmières diplômées à Saint-Jérôme et de plus de 150 à Mont-Laurier, depuis 2001. Ce projet structurant aura des retombées positives pour toute notre communauté.  Nous sommes fiers de contribuer au développement de la vaste région des Laurentides car, c’est notre raison d’être », a-t-elle affirmé à cette occasion.

À noter que le Centre collégial de Mont-Laurier est le premier du réseau à abriter un tel centre, ce qui ajoute à la fierté de Mme Le Gal pour qui, il est primordial d’offrir les mêmes conditions d’apprentissage aux étudiants, qu’ils fréquentent le campus de Saint-Jérôme ou celui de Mont-Laurier.

La présidente du conseil d’administration de la Fondation du Cégep de Saint-Jérôme, Carole Marchand, a déclaré : « Nous sommes très fiers de faire une différence au sein de la région.  Une meilleure formation permettra d’améliorer la qualité des soins de santé à la population.  Grâce à l’appui de généreux donateurs, la réalisation de ce projet d’envergure et porteur d’avenir pour notre santé est tout près ! »

Ce projet a également suscité l’intérêt de la Fondation Marc Chouinard, fondée en l’honneur de ce jeune espoir québécois du golf international qui a évolué au sein de la région des Laurentides et dont la vie a complètement basculé, en 1986, à la suite à un accident automobile.  Rappelons que celui-ci a subi un sévère traumatisme crânien qui a mené à son décès, 5 années plus tard. Ayant pour mission de promouvoir la recherche, les soins et le soutien aux victimes de tels traumatismes, cette fondation souhaite collaborer avec le Collège pour élaborer des simulations qui serviront à outiller davantage les finissantes lors de la prise en charge de la clientèle polytraumatisée.

 « Il était tout naturel pour nous de nous associer avec le Collège, car nous savons que bien souvent, la préparation des intervenants et la qualité des soins prodigués aux patients peuvent faire toute la différence », a déclaré Suzy Chouinard, porte-parole de la Fondation Marc Chouinard.

Déjà plusieurs donateurs, organismes et entreprises ont confirmé leur engagement envers ce projet, ce qui a permis à la Fondation de dévoiler une somme préliminaire de 940 725 K$, soit près de 60 % de l’objectif visé. La Fondation du Cégep de Saint-Jérôme invite la communauté à « Voir grand pour soigner », en appuyant cette campagne de financement. 

Pour en savoir plus : cstj.qc.ca/fondation


Le CSTJ invite la population au concert « L’OSM célèbre les 50 ans des cégeps »

2017-2018 marque le 50e anniversaire du réseau des cégeps. Pour l’occasion, un concert spécial de l’Orchestre symphonique de Montréal (OSM) mêlant musique classique, humour, danse et chanson sera présenté. Lors de cet événement, Catherine Major, Charles Richard-Hamelin, Vincent Vallières, Yann Perreau, Philippe Brach et autres invités-surprises fouleront la scène de la Maison symphonique de Montréal pour célébrer ce fleuron québécois de l’éducation. Le Cégep de Saint-Jérôme invite la population à se joindre à la fête en assistant gratuitement à la retransmission – en direct –  de ce spectacle haut en couleur, le 30 novembre.

Ce concert, organisé par la Fédération des cégeps ainsi que l’OSM, sera diffusé en temps réel à l’auditorium du CSTJ. Il sera précédé d’une courte cérémonie protocolaire, animée par Nadine Le Gal, directrice générale du CSTJ. Le grand public peut se procurer des billets en ligne au www.cstj.qc.ca/osm.

Stéphane Maher, ambassadeur du CSTJ

Diplômé du Cégep de Saint-Jérôme et ancien Cheminot, Stéphane Maher a accepté d’agir à titre d’ambassadeur du CSTJ, dans le cadre des festivités entourant le 50e anniversaire du réseau des cégeps. Lors de la retransmission du concert anniversaire de l’OSM, le CSTJ dévoilera une vidéo où il témoigne de son attachement envers son alma mater.

« Pour moi, le cégep est un point d’appui qui arrive à une période charnière de notre vie : ce moment au début de l’âge adulte où on se cherche un peu. J’ai envie de dire aux jeunes de profiter de leur passage au cégep. Rares sont les moments dans une vie où on a deux ou trois ans pour se définir et décider où on s’en va », a fait valoir, avec passion, M. Maher.

ÉducArt

Toujours dans le cadre des célébrations des 50 ans du réseau collégial public, le CSTJ a pris part au projet ÉducArt, réalisé en collaboration avec le Musée des beaux-arts de Montréal (MBAM).

Chaque cégep était invité à choisir une œuvre de la collection permanente du musée pour réaliser un projet créatif d’interprétation de ladite œuvre. Le CSTJ a décidé d’analyser la toile « Motoneige ski doo (Modèle J61) ». On peut visionner la capsule vidéo réalisée par Gilles Marcoux, enseignant en multimédia, au http://bit.ly/2fTSaXH.

Les 50 ans du réseau

En 1967, le Québec a créé un réseau unique de maisons d’enseignement supérieur : les cégeps.  Issu des recommandations du rapport Parent, ce modèle – à la fois audacieux et avant-gardiste – a permis aux Québécois de réaliser leurs ambitions personnelles, mais aussi collectives.

En effet, les retombées socioéconomiques des cégeps ne sont plus à prouver. Depuis maintenant 50 ans, ces établissements contribuent activement à la vitalité communautaire et au dynamisme économique des régions, en formant une main-d’œuvre qualifiée, mais aussi des citoyens curieux et allumés.

« Les cégeps constituent un important projet de société. Ils ont permis de démocratiser l’éducation supérieure en offrant une formation – générale, mais aussi technique – de qualité. Le CSTJ est fier d’appartenir à ce réseau unique, créé par et pour nous! Grâce aux cégeps, nous sommes « plus grands, ensemble » », de mentionner Mme Le Gal, en faisant un clin d’œil au slogan du Collège.

L’événement entourant la retransmission en direct du spectacle L’OSM célèbre les 50 ans des cégeps se tiendra le 30 novembre, à 19 h 30, à l’auditorium du Cégep de Saint-Jérôme. Ouverture des portes à 19 h. Billets gratuits disponibles en ligne au www.cstj.qc.ca/osm.


Top 50 des meilleurs collèges en matière de recherche Une 5e nomination pour le CSTJ!

Pour une cinquième année consécutive, le Cégep de Saint-Jérôme (CSTJ) s’inscrit au palmarès des 50 meilleurs établissements collégiaux du Canada. Publié par le magazine spécialisé Research Infosource Inc, celui-ci souligne l’excellence en matière de recherche et développement. Le CSTJ se situe au 17e rang de cette prestigieuse compilation, ce qui le classe 6e parmi les 20 établissements québécois qui y figurent.

Le CSTJ s’est démarqué en raison des activités d’innovation des deux centres collégiaux de transfert de technologie (CCTT) auxquels il est affilié, soit l’Institut du véhicule innovant (IVI) et le Centre de développement des composites du Québec (CDCQ).

Les derniers mois ont été fastes pour ces deux CCTT qui sont reconnus pour être des chefs de file dans leur domaine respectif.

Né d’une fusion de l’Institut du transport avancé du Québec et du Centre national du transport avancé, l’IVI a vu son nombre d’employés augmenter à la suite de cette unification. Cela a également engendré une hausse de ses revenus de recherche, en 2016. L’IVI a également obtenu une subvention majeure du Programme d’innovation dans les collèges et la communauté pour le renforcement de l’innovation.

Pour sa part, le CDCQ a multiplié ses projets de recherche, augmentant du même coup le nombre d’étudiants y prenant part.

Mentionnons que le classement de ce palmarès s’appuie sur les résultats d’une enquête effectuée auprès des collèges publics du pays qui tient notamment compte de la hauteur des investissements dédiés par chaque établissement à ses projets de recherche.

Grâce à l’appui financier des gouvernements provincial et fédéral, le CSTJ a injecté 4 326 000 $ pour soutenir la recherche scientifique au CDCQ et à l’IVI. Si les instances gouvernementales octroient d’importantes subventions au CSTJ, c’est qu’elles reconnaissent le bien-fondé des projets présentés, de même que l’expertise avec laquelle ceux-ci sont menés.

Le Cégep de Saint-Jérôme est fier d’accueillir entre ses murs des agents de changements dont les projets sont synonymes de progrès!

 


Blitz d’entrevues pour les étudiants en Intégration multimédia

Une étudiante, lors de son entrevue avec Pier-André Roy (PAR Design), Chrystelle Brunet (Openmind), Olivier Lamarche (Codems), Lucie Bélair (Traces), Jessica Schwartz (Edelman) et Jean-François Sauriol (Treize).
(Photo : Kathleen Leduc)

Décrocher un emploi ou un stage dans son domaine d’études quand on n’a pratiquement pas d’expérience : c’est le casse-tête de tout étudiant qui se respecte. Afin d’aider ses finissants à décrocher la « fameuse première chance » qui mettra fin à cette impasse, le Département d’intégration multimédia du Cégep de Saint-Jérôme a convié des employeurs à un blitz d’entrevues, les 18 et 19 octobre.

Cette activité – qui en est à sa 5e année – permet de faire d’une pierre trois (!) coups.  D’une part, les étudiants s’exercent à répondre aux questions d’éventuels employeurs, d’autre part, ils se constituent un réseau de contacts qui sera utile tout au long de leur parcours professionnel. Finalement, en se faisant valoir auprès d’employeurs, ils mettent toutes les chances de leur côté de se faire offrir un stage pour la session d’hiver (d’ailleurs, 10 étudiants ont eu une ou plusieurs offres dans les jours qui ont suivi!) qui débouchera peut-être sur un emploi, par la suite! Tout au long de l’activité, les étudiants sont supervisés par un enseignant.

Les entreprises de la région, mais aussi de la métropole,  y trouvent aussi leur compte, puisqu’elles ont un aperçu – en primeur – du potentiel, du talent et du dynamisme de la relève qui se joindra bientôt à leurs rangs.

Au total, sept employeurs et 19 étudiants ont pris part à ce rendez-vous.

Pour en savoir plus sur le programme d’Intégration multimédia au CSTJ, on visite le site Internet du Collège.